Monde

Restriction sur les visas : Relations diplomatiques perturbées entre Washington et Ankara

Publié par DKnews le 09-10-2017, 17h06 | 4
|

Les relations diplomatiques entre la Turquie et les Etats unis ont été remis en cause après que les Etats Unis ait décidé de cesser de délivrer des visas à des turcs, hors visas d'immigration, et après qu'Ankara ait rétorqué en prenant une décision similaire à celle prise par Washington.

Les restrictions turques vont apparemment plus loin que celles décidées par les Etats-Unis car elles s'appliquent «aux visas figurant dans les passeports, aux visas électroniques et aux visas obtenus à la frontière», en plus de ceux délivrés par les missions diplomatiques aux Etats-Unis, selon une déclaration de l'ambassade turque à Washington.

Les Etats-Unis et la Turquie ont donc réduit dimanche leurs services de délivrance de visas respectifs, alimentant une tension diplomatique encore accentuée par l'arrestation d'un employé turc à la mission américaine à Istanbul mercredi.

L'ambassade américaine à Ankara, a déclaré que le gouvernement américain avait été forcé à réévaluer «l'engagement» de la Turquie à l'égard de la sécurité des services et du personnel des missions diplomatiques, et ce à la lumière des «événements récents».

Au-delà de cette formulation sur des «événements récents», l'ambassade américaine n'a pas explicitement mentionné l'arrestation de son employé turc.

Celui-ci a été placé en détention provisoire par un tribunal d'Istanbul mercredi soir, accusé de liens avec le mouvement du prêcheur Fethullah Gulen, réfugié aux Etats-Unis, qu'Ankara estime impliqué dans le coup d'Etat raté de 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan.

Les Etats-Unis ont «suspendu tous les services de visas pour les non-immigrants dans tous les bureaux diplomatiques américains en Turquie». Les visas de non-immigrant sont délivrés à ceux qui se rendent aux Etats-Unis pour le tourisme, des traitements médicaux, les affaires, un travail temporaire ou des études.

Les visas d'immigrant concernent ceux qui cherchent à vivre aux Etats-Unis de façon permanente.

Ankara suspend tous les services de visas, Washington préoccupé

La Turquie a répliqué dimanche en suspendant «tous les services de visas» pour les Américains aux Etats-Unis, précisant que cela vise également les visas délivrés en ligne et à la frontière.

Dès jeudi l'ambassade des Etats-Unis s'était déclarée «profondément préoccupée» par l'arrestation de son employé, et elle avait rejeté les allégations visant celui-ci comme «totalement sans fondement» car l'homme a été inculpé pour espionnage et tentative de renversement du gouvernement.

Le porte-parole d'Erdogan, Ibrahim Kalin, avait justifié cette arrestation, affirmant «qu'il y avait des preuves sérieuses», citant un appel téléphonique du consulat américain d'Istanbul à un suspect clé le soir du coup d'Etat, le 15 juillet 2016.

La Turquie a ainsi fait pression sur Washington pour obtenir l'extradition de Gulen, basé en Pennsylvanie, qui nie pourtant tout lien avec l'organisation du coup d'Etat.

L'absence d'avancée sur la question a encore détérioré les liens entre les deux Etats, déjà tendus, notamment suite au «soutien américain à une milice kurde syrienne qu'Ankara considère comme un groupe terroriste».

De même, des membres de la sécurité d'Erdogan ont été inculpés par les autorités américaines à la suite d'affrontements avec des manifestants au cours d'une visite officielle aux Etats-Unis.

Le pasteur américain Andrew Brunson, qui dirigeait une église dans la ville occidentale d'Izmir, est quant à lui détenu par les autorités turques depuis octobre 2016, accusé d'appartenir au réseau Gulen également.

Erdogan a suggéré en septembre que la Turquie pourrait le libérer en échange de Gulen.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.