Santé

Etats Unis : La péridurale ne ralentit pas l'accouchement

Publié par DKnews le 11-10-2017, 15h41 | 5
|

L'administration de tranquillisants par péridurale lors de l'accouchement ne ralentit pas le travail de la femme enceinte, selon une étude américaine publiée mardi qui vient contredire la croyance populaire. L'enquête, dévoilée par la revue Obstetrics and Gynecology, suggère que la pratique, commune dans les hôpitaux, d'interrompre la péridurale ou de réduire ses effets en fin de travail pourrait être «obsolète et imprudente».

La péridurale, administration d'antidouleurs aux nerfs entourant la colonne vertébrale par un cathéter, est largement utilisée dans le monde depuis les années 1970 pour réduire les douleurs lors des accouchements. Pour cette étude, 400 femmes, toutes primipares et en bonne santé, ont accepté de débuter le travail sous péridurale puis, désignée au hasard et sans le savoir, de continuer sous antidouleurs ou avec un placébo de solution saline.

Personne - futures mamans, chercheurs, sages-femmes ou obstétriciens - ne savait ce qui était diffusé par les cathéters, une méthode dite de «double aveugle» pour assurer la fiabilité et l'impartialité de l'étude.

La seconde partie de l'accouchement intervient quand le col de l'utérus est complètement dilaté et se termine quand le bébé vient au monde. Plus le travail est long, plus les risques sont élevés, notamment pour la santé du bébé.

Et pour éviter les complications, les obstétriciens décident souvent d'interrompre la péridurale.
Mais les résultats de l'étude indiquent que, péridurale ou pas, la durée de l'accouchement est à peu près la même: 52 minutes pour les femmes bénéficiant d'antidouleurs contre 51 pour celles ayant obtenu la solution saline, soit une différence de 3,3%.

La péridurale n'a pas non plus d'effet sur la santé des nouveaux-nés, le taux d'accouchement par voie naturelle, la position du bébé à la naissance et toute autre mesure du bien-être de l'enfant, selon l'étude. L'essai a été stoppé pour 38 femmes - 17 sous placebo, 21 sous péridurale - dont l'accouchement était compliqué. Comme attendu, les femmes n'étant plus sous péridurale ont connu une fin d'accouchement plus douloureux.

«Nous n'avons pas vu d'effet négatif mais l'analgésie péridurale lors de la seconde étape de l'accouchement reste sujet à controverse et mérite des études supplémentaires», a commenté l'auteur principal de l'enquête, Philip Hess, directeur du service d'anesthésie obstétrique au Centre médical Beth Israel Deaconess à Boston, et professeurs-associé à l'Ecole de médecine de Harvard.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.