Economie

Finance : Le FMI s’inquiète des effets des politiques d’assouplissement monétaire

Publié par DKnews le 11-10-2017, 18h40 | 13
|

Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué hier à Washington que le maintien de l’appui monétaire dans les grandes économies pourrait intensifier les vulnérabilités et impacter la reprise économique.

Le rapport du FMI sur la stabilité financière dans le monde, publié mercredi à Washington, a pointé du doigt les risques encourus avec le maintien de l’assouplissement monétaire, institué en 2008 par plusieurs Banques centrales pour relancer la croissance.

«L'appui monétaire prolongé envisagé pour les grandes économies pourrait favoriser une accumulation des excès financiers», souligne l’institution de Bretton Woods dans son rapport.
La recherche de rendements s'intensifie, et s’accompagne de facteurs de vulnérabilité qui se transposent au secteur non bancaire.  « Il y a trop d'argent en quête de trop peu d'actifs rentables», explique Tobias Adrian, le conseiller financier du FMI lors de la présentation du rapport.

Actuellement moins de 5 % des 18.000 milliards de dollars du volume mondial d'actifs ayant valeur d'investissement génèrent un rendement supérieur à 4 %, contre 80 % des 15.800 milliards de dollars avant la crise. Les Etats-Unis sont le seul pays avancé qui a décidé de mettre fin à ces mesures exceptionnelles en décidant en septembre dernier de cesser de réinvestir dans les bons de Trésor américain.

L'endettement des principales économies de la planète s'accroît, constate le FMI. L'effet de levier dans le secteur non financier est désormais plus élevé qu'avant la crise financière mondiale dans l'ensemble des pays du G20.

Même si cette situation a favorisé la reprise économique, elle a rendu le secteur non financier plus vulnérable aux variations de taux d'intérêt, selon le FMI.  L’augmentation des ratios du service de la dette du secteur privé dans plusieurs des grandes économies a met à rude épreuve la capacité des emprunteurs plus faibles à assurer ce service dans certains pays ou secteurs.

La fin de l’assouplissement monétaire est porteur de risques graves En parallèle, les risques liées au service de la dette et les niveaux d'endettement dans le secteur privé non financier sont déjà élevés dans plusieurs pays comme la Chine, le Canada et la Corée du sud.

Ces pays sont susceptibles d’opter pour un resserrement des conditions financières qui aura comme effet un ralentissement de l’activité économique.

Les répercussions économiques du resserrement des conditions financières mondiales seraient considérables, constate le rapport qui relève que la normalisation monétaire connaît une régression aux Etats-Unis et s'arrêterait partout ailleurs.

La fin des politiques monétaires accommodantes aura des impacts disproportionnés sur les pays émergents qui pourraient se traduire par une baisse des flux de portefeuille estimée à 100 milliards de dollars sur un an.

Les fonds propres des banques subiraient l'impact le plus sévère dans les marchés où les banques sont plus exposées aux secteurs du logement et des entreprises.

Le FMI préconise de tirer parti de l'amélioration des perspectives mondiales et d'éviter un relâchement de la vigilance en s'attaquant à la montée des facteurs de vulnérabilité à moyen terme. « Les décideurs et les autorités de réglementation doivent régler les problèmes hérités de la crise dans leur intégralité et exiger un renforcement du bilan des banques et des compagnies d'assurance dans les pays avancés», relève le rapport.

« Notre message clé est que l’heure n’est plus à la complaisance. L’action est requise car les vulnérabilités sont en train de se développer et pourraient mettre à risque la croissance mondiale», note Tobias Adrian.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.