Actualité

Le président Macron pour un "partenariat d'égal à égal" avec l'Algérie

Publié par Dk News le 06-12-2017, 17h49 | 12
|

Le président français, Emmanuel Macron, a plaidé pour un "nouveau rapport" avec l'Algérie, fondé sur un "partenariat d'égal à égal" et pour la construction d'un "axe fort" entre les deux pays autour de la Méditerranée, avec un prolongement vers l'Afrique. 

"Le nouveau rapport que je veux construire avec l'Algérie et que je propose aux Algériens est celui d'un partenariat d'égal à égal, construit dans la franchise, la réciprocité et l'ambition", a affirmé le président français dans une interview au quotidien El Watan publiée mercredi. 

"Avec l'Algérie, la France doit construire un axe fort, un axe autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l'Afrique", a-t-il soutenu, ajoutant que "les objectifs de notre relation doivent être en particulier notre sécurité et notre prospérité commune autour de projets concret et innovants". 

Qualifiant l'Algérie de "partenaire économique majeur" de la France, Macron a rappelé que le stock d'investissements français en Algérie hors hydrocarbures s'élevait à 2,3 milliards d'euros, observant que "si les projets en cours de développement se concrétisent", le montant de ces investissements pourrait afficher une "forte augmentation" dans les années à venir. 

Il a soutenu que les entreprises françaises qui investissent en Algérie dans le long terme "agissent en convergence avec les priorités de l'Algérie: produire sur place, produire +algérien+, c'est-à-dire avec un taux d'intégration local important, apporter des savoir-faire et des technologies pour créer de l'emploi et participer à la diversification et au développement de l'économie algérienne". 

Sur le chapitre de la mémoire et à la question de savoir s'il maintenait l'expression "crime contre l'humanité" à propos de la colonisation, employée lors de sa visite à Alger en février dernier alors qu'il était candidat à la présidence française, M. Macron a déclaré: "Mes convictions sur ce point n'ont pas changé depuis que j'ai été élu président de la République. 

"Je suis d'une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire", a-t-il affirmé, estimant, cependant, qu'il ne fallait pas s'"enferrer" dans ce passé mais "construire un avenir commun et une espérance". 

A propos de la lutte antiterroriste au Sahel, le président français a souligné que "la France et l'Algérie ont un intérêt commun, celui de la stabilité de la région et la lutte contre les groupes terroristes, qui ont frappé et meurtri à plusieurs reprises nos deux pays". 

Il a ajouté attendre "une coopération totale de tous ceux qui partagent l'objectif d'une paix durable au Mali" et "j'attends beaucoup de l'Algérie dans ce domaine". 

Au sujet du drame de la migration et son lot de victimes, le chef d'Etat français a évoqué une "responsabilité partagée" entre l'Europe et l'Afrique, observant que le réponse qui doit être apportée est multiple. 

"Elle est sécuritaire sans aucun doute mais elle est également politique, comme en Lybie ou les trafiquants profitent de l'instabilité du pays pour prospérer", a-t-il précisé. 
"Il s'agit de travailler sur le long terme sur les raisons qui poussent ces populations à quitter leurs pays et risquer leur vie", a-t-il ajouté. 

A une question sur la crise libyenne, Macron, après avoir rappelé que la France et l'Algérie soutiennent "pleinement" la médiation des Nations unies, a indiqué qu"'il faut à présent convaincre l'ensemble des acteurs que la seule solution pour résoudre la crise libyenne est politique", soulignant que "l'Algérie joue un rôle important sur ce dossier en animant avec la Tunisie et l'Egypte un groupe de travail dont l'objectif est de jouer un rôle constructif et de soutien à la médiation de l'ONU".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.