Culture

"Errihla El Mouajala" où l’immersion dans le monde des passeurs et des embarcations clandestines

Publié par DKNews le 07-01-2018, 16h28 | 7
|

Le film "Errihla El Mouajala", présenté en avant-première samedi à la maison de la culture Malek Haddad de Constantine, a opéré une immersion dans le monde des passeurs, ceux-là mêmes qui annihilent les rêves des jeunes en organisant des voyages "truffés de dangers" dans des embarcations clandestines.

Le film, dont le scénario a été écrit et réalisé par le jeune Islam Menfouche, dépeint, pendant 50 minutes, les phénomènes du chômage et de l'immigration clandestine à travers l'histoire d'un groupe de jeunes chômeurs, en proie à plusieurs difficultés dans leur vie quotidienne qui les poussent à tenter l’aventure à bord des embarcations clandestines, en quête d’une vie qu’ils croient être meilleure.

Au fil des scènes, non dépourvues de suspens, à travers lesquelles le réalisateur a réussi à captiver l'attention du public, ces jeunes volent la moto d’un expatrié algérien, dont le rôle est interprété par Farid Ait Amar, qui est rentré au pays, après avoir vécu une crise financière en France, où il résidait.

Ces jeunes se sont par la suite rendus dans la ville de Skikda à la recherche d'un homme nommé Salah qui a pour habitude de transporter des Harraga sur l'autre rive de la Méditerranée, mais par "malchance" ces jeunes sont tombés entre les mains d'un escroc qui leur a subtilisé leur argent en se faisant passer pour Salah.

A la fin du film, ces jeunes rencontrent le vrai Salah, en l’occurrence le comédien Noureddine Bechkri, qui les informe qu'il a cessé de transporter des immigrés clandestins après avoir perdu l’un de ses fils au cours d’une expédition, en leur assurant qu’ils ne peuvent trouver mieux que l'Algérie.

Dans une déclaration à l’APS, Islam Menfouche a fait part de son intention de donner suite à ce film pour mettre l’accent sur les pratiques des "commerçants de la mort" -- comme il les a qualifiés-- en laissant justement la fin du film ouverte à toutes les hypothèses.

Il a également fait remarquer qu’il a sciemment rassemblé dans son film des acteurs expérimentés et d’autres nouveaux en vue d’échanger les expériences.

Au fait des activités culturelles, Imed a loué "la performance des acteurs et du réalisateur", notant que de "telles initiatives doivent être encouragées pour promouvoir la scène artistique algérienne".

En plus de Noureddine Bechkri et Farid Ait Amar, les autres rôles du film "Errihla El Mouajala", dont le tournage a été réalisé à Constantine et Skikda, ont été notamment interprétés par Islam Menfouche, Mohcène Houari, Yassine Boudjaâda et Fatiha Nasrallah.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.