Société

Yennayer: une fête de plus en plus fédératrice pour les Algériens

Publié par DKNews le 10-01-2018, 16h21 | 15
|

Les Algériens sont de plus en plus nombreux, ces dernières années, à s'approprier et à s'identifier à Yennayer, le nouvel an amazigh qui les fédère autour de festivités nationales à forte et multiple symbolique, d'autant qu'elle bénéficie désormais de la reconnaissance officielle.

"Les Algériens ont également leur réveillon. Ils ont Yennayer qu'ils fêtent chaque année". Que de fois n'a-t-on entendu cette assertion, si révélatrice du sentiment de fierté d'appartenance à une identité culturelle qui est propre au peuple algérien et qui par, ailleurs, partagée avec d'autres peuples par certains aspects , souligne Malika D, cadre dans une entreprise nationale.

Lire aussi: Yennayer, une fête séculaire encore célébrée au 21ème siècle

Yennayer : Patrimoine de l'humanité
Publish at Calameo

Le fait est que ce rituel festif prend, depuis quelques années, des proportions plus importantes au sein de la société. Il me semble que les Algériens revendiquent et assument davantage Yennayer, ce qui rend cette fête plus visible depuis un certain temps", a-t-elle ajouté.

Même constat chez Fatima, mère de famille, issue d'un quartier populaire de la capitale, évoquant une célébration plus "prononcée" par les Algérois et qui "le sera certainement davantage à partir de cette année, étant donné que le 12 janvier est désormais journée chômée et payée", prédit-elle.

Lire aussi: Oran: coup d’envoi des festivités célébrant ‘’Yennayer’’

Qu'il s`agisse de "Lâadjouza" pour l'Algérois, "El-Fetacha", "El-Mabdaâ" ou "Djenber" pour la Kabylie et les Aurès ou encore du Carnaval  Ayrad  des Beni-Snouss à Tlemcen, la célébration du 12 janvier obéit à la même symbolique: appréhender la nouvelle année sous les bons présages de profusion, partage, santé et bonheur.

La célébration de cet héritage culturel et identitaire est quasiment assimilée à "une mode" par certains, arguant, par exemple, de la tendance observée ces dernières années et consistant en l'échange de messages de vœux, essentiellement via SMS, à cette occasion pour se souhaiter "Asseguas Ameguass" entre proches et amis.

 

Friandises et ambiance joyeuse pour accueillir positivement l`année

 

S'il est évident qu'au fil des décennies, le rite a connu une évolution mais aussi des perditions, il est heureux de constater qu'un peu partout, Yennayer résiste encore: fruits secs, friandises (Traz) en tous genres et pâtisseries gourmandes sont consommés après un repas traditionnel spécialement conçu à l'occasion, associant couscous, rechta et tchekhtcoukha à de la viande blanche, de préférence.

Le tout, continuant encore d'agrémenter les tables algériennes autour desquelles sont obligatoirement rassemblés tous les membres de la famille.

Lire aussi: Yennayer 2968/Tindouf : "Hakouza", un plat traditionnel pour fêter le nouvel an amazigh

Le cérémonial varie selon les goûts et l'appartenance régionale des familles qui, soucieuses de perpétuer la transmission, s'y souscrivent non sans plaisir. Ceci, même si certaines coutumes se sont, hélas, éclipsées au profit d'exigences plus modernes, déplorent des nostalgiques de la tradition, à l'image d'Ali, retraité de son état et résidant à Bologhine (Alger).

"Je me rappelle que je me déguisais moi-même en simulant ‘Lâadjouza’ (la vieille) pour effrayer les petits avant de les récompenser par des friandises. Chacun avait droit alors à sa petite bourse. De nos jours, ce rituel est plutôt rare, de même que d'autres démonstrations qui faisaient tant la joie des petits et des moins jeunes", déplore-t-il.

"L’essence de Yennayer est préservée, car, celle-ci se trouve dans les entrailles humaines et non dans l’assiette, d'où la force de résistance d’un phénomène comme Yennayer malgré des situations sociales différentes", assure, de son côté, Gualléze Louisa, docteur en Philosophie et chercheur en anthropologie culturelle au centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH).

Elle explique que l'apparition de nouveaux objets, au fil du temps, a transformé le mode préparatoire de Yennayer "si bien qu'aujourd'hui, les familles ne sont plus contraintes de prévoir 7 volailles pour le repas de circonstance".

Lire aussi: Nouvel an amazigh: lancement à Ghardaia des festivités célébrant officiellement Yennayer

"Contrairement au reste de l'année, chacun doit manger lors de Yennayer à satiété pour présager d’une année fertile", souligne-t-elle, tout en rappelant que ce principe est né de la tradition qui consistait à ce que "les riches donnent aux pauvres", sous la bienveillance d'un "chef de tribu ou de village ayant pour mission de prémunir tout le monde de la faim, en temps de rude froid".

"C'est cette moralité de la solidarité qui est perpétuée, de nos jours, entre autres, à travers le carnaval des Béni Snouss", note-elle, avant d'observer que Yennayer est également "un jour de bilan familial et économique".

Au niveau institutionnel, le caractère national de Yennayer est mis en avant à travers le choix du programme des festivités tracé par le Haut Commissariat à l`Amazighité (HCA) qui a opté pour la capitale de l'Ouest, Oran, pour marquer le début des célébrations, alors que la ville de Touggourt (Ouargla), dans le sud du pays, en abritera la clôture.

Le retour de Yennayer sur la scène nationale, porté depuis 2002 par la reconnaissance de la langue amazigh comme langue nationale puis son officialisation en 2016, a entraîné dans son sillage un regain d'intérêt de la part des médias qui consacrent désormais des espaces plus conséquents à tout ce qui a trait aux rituels liés à cet héritage séculaire. Pour beaucoup, cette "mise à l'honneur" de Yennayer n'est qu`un "juste retour" des choses à leurs sources.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.