Russie : Aucun survivant dans le crash de l'avion de ligne près de Moscou

Publié par DKNews le 12-02-2018, 16h23 | 20

Les 71 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion de ligne qui s'est écrasé dimanche près de Moscou "sont mortes", a indiqué le parquet russe. "65 passagers et six membres d'équipage se trouvaient à bord de l'appareil, tous sont morts", a annoncé dans un communiqué l'antenne du parquet spécialisée dans les transports, précisant que l'Antonov An-148 avait disparu des radars quatre minutes après son décollage de l'aéroport de Domodedovo.

L'appareil Antonov An-148 de la compagnie Saratov Airlines avait décollé en direction d'Orsk, une ville de l'Oural. Il s'est écrasé dans le district Ramenski de la région de Moscou. Selon les agences, des témoins ont vu l'appareil en flammes tomber près du village d'Argounovo, au sud-est de Moscou. Les 71 passagers et membres d'équipage "n'ont eu aucune chance" de survivre, a déclaré à l'agence de presse Interfax une source au sein du ministère des Situation d'urgence. La carlingue de l'appareil "est disséminée sur environ un kilomètre", a précisé à Interfax un responsable du ministère russe des Situations d'urgence.

"Plus de 150 personnes et environ 20 véhicules de secours se sont rendussur le lieu du crash", a précisé dans un communiqué le ministère des Situations d'urgence. Alors que la neige est encore tombée dimanche sur Moscou et sa région, les médias russes rapportaient que les véhicules de secours n'étaient pas en mesure d'accéder au lieu du crash, forçant les secouristes à poursuivre à pied.

Les images diffusées par les télévisions russes montrent des débris de l'appareil, aux couleurs oranges de Saratov Airlines, disséminées dans des champs enneigées. "A l'heure actuelle, les sauveteurs ont réussi à arriver sur le lieu du crash. Il y a beaucoup de corps et de fragments de corps", a déclaré une source à l'agence Interfax.

Le ministre russe des Transports, Maxime Sokolov, est également sur place, ont annoncé les médias russes, ajoutant qu'une enquête avait été ouverte et que plusieurs causes pour le crash étaient envisagées. Un centre de crise a été ouvert à l'aéroport Domodedovo, le second plus grand aéroport de la capitale russe en terme de passagers.


La neige complique l'enquête sur le crash d'un Antonov

Les enquêteurs russes recherchaient lundi, dans des conditions rendues difficiles par une épaisse couche de neige, les causes du crash d'un avion de ligne près de Moscou qui a causé la mort des 71 personnes à bord, dont un Suisse et un Azerbaïdjanais.

Les autorités ont indiqué étudier toutes les hypothèses, citant les conditions climatiques, le facteur humain ou un problème technique, sans mentionner la piste terroriste. L'avion de ligne, un biréacteur Antonov An-148 de la compagnie Saratov Airlines mis en service en 2010, s'est écrasé près de Moscou dimanche peu après avoir décollé de l'aéroport de Domodedovo.

L'appareil a disparu des écrans radar à 14H28 locales (11H28 GMT), quatre minutes après son décollage en direction d'Orsk, une ville de l'Oural à la frontière du Kazakhstan. Il s'est écrasé dans le district de Ramenski, à quelque 70 km au sud-est de Moscou, près du village de Stepanovskoïe.
"Nous constatons que les 71 personnes à bord sont mortes", a déclaré le ministre des Situations d'Urgences Vladimir Poutchkov sur le site du crash pendant la nuit, annonçant la fin des opérations de sauvetage pour laisser la place à la recherche des corps et des débris.

"Nous prévoyons d'effectuer le plus gros des travaux de recherches au cours des sept prochains jours, en raison de la surface très vaste sur laquelle les débris sont éparpillés, de la neige et du relief des lieux", a-t-il ajouté, cité par les agences russes.

La liste des victimes publiées par les autorités comprend deux étrangers, un Suisse et un Azerbaïdjanais, et trois enfants, le plus jeune ayant cinq ans.

Le citoyen suisse se rendait à Orsk pour le lancement d'une nouvelle unité d'une raffinerie locale, selon une porte-parole des autorités locales citées par Interfax. La majorité des passagers étaient originaires de la région d'Orenbourg, où se situe Orsk et dont le gouverneur a décrété une journée de deuil lundi. Sur le site du crash, les opérations de recherches, qui ont mobilisé toute la nuit plusieurs centaines de personnes, sont rendues difficiles par une importante couche de neige, contraignant les secours à utiliser motoneiges et déneigeuses.

Une boîte noire a cependant pu être retrouvée dimanche. Une enquête a été formellement ouverte pour identifier d'éventuelles violations aux règles de sécurité, a annoncé le Comité d'enquête russe.