Economie

Energies renouvelables: l'Algérie veut se doter de sa propre industrie

Publié par DKNews le 05-03-2018, 16h09 | 22
|

La politique des pouvoirs publics mise sur l'intégration nationale pour l'instauration d'une industrie nationale des énergies renouvelables, permettant au pays d'atteindre son objectif de produire 27 % de son mixte énergétique à partir de ces énergies d'ici 2040, a indiqué dimanche à Alger, la ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati.

"L'Etat a affiché sa volonté pour le développement des énergies renouvelables, d'autant qu'il est ouvert à toute proposition, mais il ne veut pas se lancer dans une aventure. On n'a pas besoin de faire le clé en main, la partie locale doit être intégrée dans ce genre de projet, c'est indiscutable", a insisté Mme Zerouati, en marge d'une conférence-débat, organisée par le Club Energia du Forum des chefs d’entreprise (FCE), sous le thème : "financement des énergies renouvelables : benchmark et apports de la SFI".

Soulignant que l'Algérie a "beaucoup" investit dans les énergies renouvelables, permettant au pays d'avoir "une industrie qui commence à prendre forme" et "des recherches qui commencent à donner leurs fruits", la ministre a précisé que le pays à ses spécificités et "ne veut pas du copier-coller".

Mme Zerouati a expliqué, dans ce sens, "qu'il ne s'agit pas d'une question de financement seulement", appelant dans ce cadre à "parler des contraintes d'une manière globale et comment avoir tous les ingrédients pour faire mûrir un projet d'avenir", citant notamment l'intégration du produit local, le renforcement de la capacité de production nationale, et aussi la maîtrise de la maintenance et l'entretien des projets des énergies renouvelables.

Rappelant que l'Algérie possède plus de 300 chercheurs dans les énergies renouvelables et des "niches importantes" de production notamment dans l'éolien et le solaire, la ministre a appelé à "s'inscrire dans une vision globale de développement durable", permettant au pays d'atteindre son objectif de produire 27 % de son mixte énergétique à partir de ces énergies d'ici 2040.

Pour leur part, les experts de la Société financière internationale (SFI), une organisation du Groupe de la Banque mondiale, spécialisée dans les solutions pour stimuler le développement du secteur privé, ont souligné le potentiel "exceptionnel" de l'Algérie dans les énergies renouvelables, notamment sa position reconnue mondialement dans le domaine des énergies à travers ses groupes Sonatrach et Sonelgaz, ainsi que ses niveaux d'irradiation qui figurent parmi "les meilleurs" au monde.

Elena Merle-Beral et Adel Louahem M'sbah, experts et représentants du SFI ont également mis en valeur la volonté politique affichée pour le développement des énergies renouvelables, en appelant toutefois "à améliorer davantage le cadre juridique et règlementaire pour attirer l'investissement étranger".

Les deux experts ont, par ailleurs, présenté l'expérience de la SFI dans l'accompagnement et le financement de plusieurs projets pour le développement des énergies renouvelables dans plusieurs pays, notamment la Jordanie, l'Egypte et le Maroc, tout en expliquant le processus de la solution "clé en main" de la SFI, proposée aux gouvernements, allant de la préparation du projet, son financement et jusqu'à la construction et mise en opération des projets des énergies renouvelables.

Intervenant lors de cette conférence, le représentant du FCE, Brahim Benabdesalam, a affirmé que cette action s'inscrit dans la démarche du FCE, qui avait organisé du 17 au 19 janvier dernier une conférence-exposition consacrée aux énergies renouvelables, et dans laquelle il avait émis une série de recommandations, dont celle de réaliser des investissements pour la production allant de 500 MW à 1G d’ici fin 2018.

A cet effet, le Forum cherche à trouver les mécanismes et les financements pour concrétiser les objectifs tracés dans ce domaine, a-t-il ajouté.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.