Démarrage de la production "début 2019" au complexe de fabrication de turbines

Publié par DKNews le 13-03-2018, 16h09 | 21

Le complexe de fabrication de turbines, situé au parc industriel de la commune d’Ain Yagout, entrera en phase de production "début 2019", a annoncé lundi à Batna le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni.

Lors de l'inspection du projet, le ministre a souligné que cette usine "unique en son genre en Afrique" et "troisième au monde" s’inscrit dans le cadre d’un partenariat algéro-américain (groupe Sonelgaz et General Electric), ajoutant qu’elle démarrera la production avec 1.500 mégawatts à diriger vers la centrale d’Oumèche (Biskra) pour renforcer l’approvisionnement en électricité.

L’usine commencera par la production de deux turbines à gaz et une autre à vapeur, puis produira chaque deux ans 2.500 mégawatts jusqu’en 2024, a précisé M. Guitouni qui a souligné que le projet rentre dans le cadre du programme du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, pour répondre aux besoins nationaux en électricité par la production de 8.000 mégawatts d’ici 2024 et 8.000 autres mégawatts en 2028.

Le réseau national d’électricité qui fonctionne actuellement avec 16.000 mégawatts aura d’ici 2028 un total de 32.000 mégawatts, outre les énergies renouvelables, a soutenu le ministre.

Lire aussi: Sonatrach et General Electric examinent des projets de partenariat 

L’énergie solaire fournit actuellement 400 mégawatts exploités par le réseau national d’électricité et ce volume passera à 22.000 mégawatts entre 2025 et 2030, a relevé M. Guitouni qui a insisté sur la nécessaire production de panneaux solaires "à l’échelle nationale et en quantités suffisantes".

Le ministre a donné, à l’occasion, le coup d’envoi de la mise en service de la centrale Ain Djasser-3 qui, a-t-il noté, fournira au réseau national 800 mégawatts devant permettre de passer le prochain été sans coupures à Batna et dans le reste des wilayas du pays, notamment avec la prochaine réception des extensions des centrales d’Ain Djasser, d’Ain Arnet (Sétif), de Boutlélis (Oran) et de Cap Djinet (Boumerdès).

Après avoir suivi des explications sur les centrales Ain Djasser 1, 2 et 3, le ministre a estimé que l’Algérie dispose de suffisamment d’énergie jusqu’en 2030, "mais cela exige une exploitation rationnelle surtout que l’Etat consacre annuellement trois (3) milliards de dollars pour satisfaire les besoins de la population" en cette énergie. Il a en outre affirmé que l’augmentation du tarif d’électricité "n’est pas actuellement posée".

Au cours de la visite, il a été procédé à la mise en service du projet d’alimentation en électricité de 200 ménages du village Sidi El Kheiyer, dans la commune de Djerma, et au raccordement au réseau d'alimentation en gaz naturel de 500 foyers du village Tabegaret, dans la commune d’Ouled Si  Slimane.

Le ministre devait poursuivre sa visite par l’inspection de projets dans les communes de Batna et Tazoult.