Santé

Rougeole: une baisse de l'épidémie dans les wilayas les plus touchées

Publié par Salim Ben le 20-03-2018, 13h52 | 33
|

Une baisse de l'épidémie de rougeole est constatée dans les wilayas les plus touchées du pays et ce, grâce à la vaccination, a révélé, lundi à Alger, le Directeur général de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Dr Djamel Fourar, insistant sur le respect du calendrier vaccinal par les parents.

"Dans les wilayas les plus touchées, nous nous dirigeons vers une baisse de l'épidémie grâce à la vaccination. Nous y avons relevé qu'il y a de plus en plus de personnes qui se dirigent vers les unités de soins", s'est félicité le Dr Fourar, sur les ondes de la chaine I de la Radio nationale, insistant sur le respect du calendrier vaccinal comme "seul" remède contre cette maladie, l'une des plus contagieuses et mortelles.

Abordant la prévalence de l'épidémie par wilaya, le même responsable a fait savoir qu'El-Oued et Ouargla enregistrent, à elles seules, 67 % des cas recensés. Néanmoins, grâce à l'adhésion de la population à l'acte de vacciner, une baisse du nombre des cas y a été constatée, a-t-il détaillé, notant que pour avoir respecté le calendrier vaccinal en 2017, la localité d'El-Mghayer, sise à El-Oued, a enregistré 0 cas, idem pour toute la wilaya d'Adrar.

"Un plan de communication est en préparation et sera lancé dans quelques jours à travers les différents médias afin de sensibiliser les parents" sur l'obligation de faire vacciner leurs enfants", a aussi fait savoir le même responsable. 

Pour ce dernier, la sensibilisation des parents est d'autant plus importante que l'échec de la campagne nationale de vaccination contre cette maladie, en mars 2017, était due à la "réticence" de certains d'entre eux à y adhérer.

Ce qui s'est traduit par le faible taux de 45 % d'enfants scolarisés vaccinés au lieu des 97 % escomptés.

"En raison de cet échec, nous nous attendions à ce qu'il y ait une épidémie de rougeole, car les enfants non vaccinés n'en étaient pas immunisés", a déploré le même responsable, notant que la vaccination "peut toujours se faire" au niveau des unités de soins de proximité pour les enfants et adultes en contact avec un foyer d'épidémie.

"Néanmoins, lorsqu'il y a épidémie, les enfants qui n'ont jamais été vaccinés doivent le faire dès l'âge de 6 mois au lieu des 9 mois habituels" , a-t-il recommandé, assurant que l'ensemble des unités de soins sont dotées "des moyens nécessaires, notamment de vaccins" pour assurer une large couverture vaccinale.

Il  a plaidé pour une " hiérarchisation" des soins, dans le sens où les citoyens doivent d'abord se rendre aux Etablissements de santé publique de proximité (EPSP) et si nécessaire, vers les hôpitaux en second recours.

Lire aussi: Santé: 4 181 cas de rougeole enregistrés au niveau national jusqu'à samedi

Le Dr . Fourar a, par ailleurs, assuré que, dans le cadre de la stratégie mise en place par le ministère de la Santé pour contrer cette épidémie, une cellule de suivi est installée au niveau de toutes les wilayas du pays, y compris celles non concernées par la situation sanitaire actuelle et ce, afin de "parer" à d'éventuels cas. 

De son côté, le Directeur général des Services de Santé dudit ministère,  Mohamed El-Hadj, à fait savoir que, pour faire face au retour de la rougeole, les services de la santé ont eu, par moments, recours aux unités de soins militaires, tandis que des équipes sanitaires se sont déplacées vers les populations nomades du sud pour les faire vacciner. 

Revenant sur la "réticence" affichée par certains parents à faire vacciner leurs enfants, lors de la campagne nationale de mars 2017, les deux responsables ont déploré l'impact négatif des "rumeurs" véhiculées par des personnes méconnaissant la chose médicale, y compris des journalistes.

Depuis l'apparition de l'épidémie en janvier dernier, 4181 cas de rougeole ont été enregistrés au 17 mars courant par les services du ministère de la Santé, dont 6 cas de décès (4 à El Oued, 1 à Ouargla et un autre à Biskra).

Les wilaya d'El Oued, Ouargla et, à un degré moindre, Biskra sont les plus touchées par la maladie.  En terme de vaccination, 259.000 personnes ont été vaccinées jusqu'à samedi dernier, selon le même bilan.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.