Histoire

Conférence animée samedi par Abdelkader Chekroun, spécialiste en philatélie : Le timbre, témoin de la colonisation française en Algérie

Publié par DKNews le 15-04-2018, 15h16 | 22
|

«La colonisation française en Algérie à travers le timbre postal de 1924 à 1958» a été au centre d’une conférence animée samedi par Abdelkader Chekroun, spécialiste en philatélie, à la Maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou dans le cadre des festivités commémoratives du 38ème anniversaire du printemps amazigh. 

Placé sous le thème générique «Quand le timbre algérien est porteur de l’identité et du patrimoine culturel nationaux», cette conférence a été l’occasion pour M. Chekroun de démontrer le rôle et l’importance du timbre dans l’entreprise coloniale. «Le colonialisme français a essayé, à travers les timbres, de falsifier l’identité nationale, s’accaparer du patrimoine algérien déjà existant et l’attribuer à la civilisation française», a relevé le conférencier qui a développé, au cours de son intervention, les différentes étapes de la saga du timbre français en Algérie.

Le timbre poste est apparue en France en 1948, quelques années après son apparition en Grande-Bretagne, mais le premier timbre émis en Algérie date de 1924. « Ils étaient destinés à la poste algérienne et portaient la mention République française» a-t-il indiqué.

«Les premiers timbres émis durant cette première période 1924-1925 portaient également la mention +Algérie+ ou poste algérienne» a relevé M. Chekroun, avant de souligner «l’évolution de la valeur faciale des timbres émis en fonction des évènements». En 1926, les timbres émis portaient sur des paysages de la ville d’Alger, dont la Casbah et la mosquée de sidi Abderrahmane.

L’année 1930 qui marquait la célébration du centenaire de la colonisation, a été marquée par l’émission, par les autorités coloniales, de 13 timbres dont 10 portant sur le patrimoine algérien ancien, à l’instar des ruines de Djemila, la gare d’Oran et des paysages de la ville d’Alger.

Les années 1937 et 1938 qui marquèrent les centenaires de la prise de, respectivement, Constantine et de Skikda, ont vu l’émission de 27 timbres dédiés à ces évènements. «Pour la ville de Skikda, un timbre portant image du port de Skikda, pourtant construit par les romains, a été émis», a souligné le conférencier.

En 1939, « les autorités françaises se sont tournées vers le Sahara en émettant des timbres portant des images sur l'Oued Mizab et d’autres régions du grand Sud du pays, mais aussi en lançant une campagne d’évangélisation qui s’est appliquée à exploiter les conditions sociales difficiles des habitants de ces régions», a soutenu M. Chekroun.

La période allant de 1941 à 1944, marqué par le contexte de guerre mondiale, des timbres portant l’effigie du maréchal Pétain et le signe de la victoire « V», ainsi que, à partir de 1943, des timbres de « Marianne», marquant le début de la victoire des français et de leurs alliés sur les allemands.
En 1946 est apparue l’aérophilatélie les autorités françaises ont alors émis 6 timbres.

A partir de 1947 et jusqu’à 1958, période marquée par l’évolution de la prise de conscience politique et nationale chez les algériens, la France a commencé à mettre en circulation des timbres fiscaux visant à alourdir les charges sur les Algériens.

En 1955, quelques mois après le début de la guerre de libération, les autorités françaises «tentèrent une falsification de l’histoire, en émettant un timbre sur la coexistence entre Algériens et Français, victimes, selon elles, de la terreur du FLN», a indiqué le conférencier.

Le timbre montre deux femmes, l’une musulmane et l’autre française, avec leurs enfants, tout souriant. En juillet 1958, un arrêté du gouvernement français a supprimé la mention « Algérie» des timbres émis par les autorités coloniales, et ce, jusqu’à l’indépendance du pays en 1962.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.