Monde

Sommet Trump-Kim : Entre optimisme et appréhensions, les préparatifs vont bon train

Publié par Dknews le 06-06-2018, 16h45 | 5
|

Le sommet entre le président américain, Donald Trump, et le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, prévu le 12 juin à Singapour alimentait mardi les débats marqués par l'optimisme des uns et le scepticisme des autres, alors que les préparatifs vont bon train pour ce rendez-vous, prévu à Singapour le 12 juin à 9h00 (1h00 GMT).

Dans 8 jours, le monde scrutera avec attention la poignée de mains entre Donald Trump et Kim Jong Un lors d'un sommet "historique".

La rencontre, la première entre un président américain en exercice et un dirigeant nord-coréen, devrait être centrée sur la dénucléarisation de la péninsule et l'amélioration des relations entre Washington et Pyongyang.

"Nous nous préparons activement (pour ce sommet)", a indiqué Sarah Sanders, porte-parole de M. Trump, affirmant que des "progrès significatifs" avaient été enregistrés dans les discussions avec Pyongyang.

Dans une nouvelle manifestation de la détente entre Washington et Pyongyang, le président américain s'est entretenu vendredi avec le général Kim Yong Chol, porteur d'une lettre personnelle du dirigeant nord-coréen. En tête de ses exigences, Washington veut une dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord.

De son côté, Kim Jong Un a assuré vouloir "aller vers une dénucléarisation de la péninsule coréenne", mais via un processus "étape par étape". Les autorités nord-coréennes ont d'ailleurs publiquement exprimé leur refus de tout désarmement "unilatéral".Récemment, Kim Jong Un, qui n'avait jusqu'à cette année jamais effectué de visites officielles à l'étranger, a rencontré le président chinois, Xi Jinping, sur une plage de Dalian, dans le nord-est de la Chine, et s'est changé avec le président sud-coréen, Moon Jae-in, en plein air dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule.

 

Un léger vent d'optimisme et de grosses appréhensions

Un certain sentiment d'optimisme se dégageait des propos de certains observateurs. "Je pense qu'ils vont bien s'entendre", prédit John Delury, professeur de l'Université Yonsei de Séoul. "Contrairement à ce qu'on pourrait penser, je pense qu'ils vont s'écouter".

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a salué, pour sa part, les "efforts destinés à dépasser les confrontations" accomplis par le président américain et le dirigeant nord-coréen. "Avec la Chine, nous saluons les avancées et efforts qui nous aideront à dépasser le manque de confiance et les confrontations et créeront un environnement sain pour (...) parvenir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne", a déclaré M. Lavrov.

Toutefois, un éventuel assouplissement des sanctions imposées contre Pyongyang, rend plutôt sceptiques des sénateurs démocrates américains. Ces derniers, ont appelé le président Donald Trump à suivre une stratégie ferme face à Pyongyang afin de ne pas rater une "occasion historique", l'exhortant à ne pas alléger les sanctions sans avoir obtenu sa dénucléarisation complète et vérifiable, sans quoi le Congrès pourrait agir.

Affirmant soutenir le sommet et £uvrer en faveur de son succès, sept influents sénateurs de la mouvance démocrate ont, dans ce sens, mis en garde Donald Trump contre toute tentation de signer un accord coûte que coûte. "Nous espérons tous que le président réussira dans sa quête de paix. Nous espérons vraiment qu'il sera capable de parvenir à un accord durable et solide', ont-ils écrit. Dans leur lettre, les sénateurs démocrates affirment que "tout accord allégeant implicitement ou explicitement les sanctions contre la Corée du Nord en échange de toute autre chose que la mise en £uvre vérifiable de son obligation de démanteler ses arsenaux nucléaire et balistique serait un mauvais accord".

Pour le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, "la Corée du Nord ne connaîtra de répit sur le front des sanctions que quand elle aura pris des mesures "irréversibles" vers la dénucléarisation. "Nous pouvons nous attendre, au mieux, à un chemin de négociations semé d'embûches", a déclaré M. Mattis.

De son côté Séoul, a indiqué surveiller les changements dans l'armée nord-coréenne après des informations selon lesquelles Pyongyang a remplacé trois de ses plus hauts gradés avant un sommet avec les Etats-Unis. Selon la presse, les changement en cours, rapportés fin mai, pourraient "viser à empêcher d'éventuelles protestations des cadres de l'armée nord-coréenne face à des changements en matière de politique nucléaire".

"Nous allons surveiller les développements", a déclaré un porte-parole du ministère, Biak Tae-hyun. Nous pouvons être prudemment optimistes au moment où nous allons de l'avant", a déclaré de son côté le ministre sud-coréen de la Défense, Song Young-moo, au sujet du dossier nord-coréen. Alors que se profile le sommet entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un,  le pays hôte, Singapour, se prépare à accueillir la rencontre, décidant, entre autres, que le périmètre autour de l'hôtel Shangri-La soit classé du 10 au 14 juin comme "zone d'événement spéciale".

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.