Coopération

Conférence Afrique-Pays nordiques : Messahel se félicite du renforcement de cet espace

Publié par Dknews le 08-06-2018, 12h55 | 25
|

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, s'est félicité jeudi à Copenhague, du renforcement, chaque année, de l'espace de coopération de la Conférence ministérielle Afrique-Pays nordiques dans la vocation que les deux parties lui ont assignée, à savoir celle de cadre de dialogue, de concertation et d’échange sur les questions de paix, de sécurité et de développement durable entre l’Afrique et les Pays nordiques.

Chaque année, a poursuivi M. Messahel lors de son adresse à cette conférence, "il permet (l'espace) à l’Afrique de sensibiliser ses partenaires nordiques sur ses multiples priorités liées tant à la paix et la sécurité qu’à la promotion de son développement socioéconomique, comme il lui permet de faire connaître à ces mêmes partenaires combien sont nombreuses les opportunités d’investissements et d’échanges commerciaux générés par cette dynamique de croissance qui a distingué notre continent durant ces deux dernières décennies".

Illustrant les réalisations de ce mécanisme de coopération, le ministre s’est référé à l’intérêt porté par les pays nordiques aux cinq axes prioritaires de la stratégie décennale de la BAD pour 2013-2022, à savoir "l’énergie, l’agriculture, l’industrie, l’intégration et l’amélioration des conditions de vie des populations africaines ainsi que leur participation  au Fonds Africain de Développement".

« Il en est de même de l’appui de ces mêmes pays aux efforts de l’Afrique en matière de construction de sa propre architecture de paix et de sécurité", a soutenu le chef de la diplomatie algérienne.

Abordant les thématiques liées au développement, au commerce et à la promotion des jeunes et du dividende démographique, M. Messahel a souligné que "l’Afrique s’emploie à construire des sociétés moins vulnérables et ambitionnant légitimement de se donner les moyens d’être progressivement toujours plus fortes, et ce, dans un monde dominé par une globalisation porteuse à la fois d’opportunités et de défis".

"Les dynamiques de démocratisation et de croissance économique enregistrées par notre continent durant les deux dernières décennies attestent de sa volonté de s’inscrire durablement dans cette voie" a-t-il ajouté.

Messahel a, dans le même temps, mis en exergue le fait que "la force des sociétés de demain réside dans la mise en œuvre de programmes qui prônent l’égalité, la promotion des droits de l’homme et des libertés individuelles, l’ancrage de la démocratie et des principes démocratiques tant dans les esprits des citoyens que dans les comportements et les actions des institutions, la promotion de la bonne gouvernance et de la reddition des comptes ainsi que dans la lutte sans répit et sans concession contre les fléaux sociaux dans leur diversité".

S’appuyant sur l’expérience algérienne, le ministre a fait savoir que "le dialogue social impliquant les institutions publiques, les partenaires économiques publics et privés, les syndicats ainsi que les organisations de la société civile est une condition de la réussite des politiques basées sur ces valeurs".

"C’est dans cet esprit que mon pays a mis en place, à l’initiative du Président Abdelaziz Bouteflika, d’abord en 2006 puis en 2014, un Pacte national économique et social prônant le dialogue et la concertation dans tous les domaines de la vie économique et sociale du pays et visant à contribuer concrètement au renforcement du processus démocratique dans lequel le pays s’est résolument engagé", a ajouté le ministre.

Ce pacte est venu conforter avec succès, a-t-il expliqué, la politique de concorde civile et de réconciliation nationale qui a permis au pays de "rétablir la paix et la stabilité et de consacrer ses efforts aux défis du développement socioéconomique".

 Messahel a également souligné que "la mise en œuvre de ces approches inclusives facilitent la mobilisation des ressources, des énergies et des moyens de la société dans le cadre d’alliances innovantes, tels que le partenariat public-privé sous ses différentes formules, construits autour d’objectifs communs guidés par la préservation de l’intérêt général dans une logique de gagnant-gagnant et prospérité partagée".

A partir de cette conviction, l’Algérie, a-t-il déclaré, "a favorisé la signature, pour la première fois, le 23 décembre 2017 de la Charte instituant et organisant le Partenariat public-privé dans l’économie algérienne".

"C’est aussi partant de cette conviction dans la nécessité d’encourager la société à mobiliser toutes ses ressources que l’Etat algérien a opté pour une approche volontariste de promotion du statut et du rôle de la femme, ce grand partenaire incontournable dans la construction du pays" a conclu le ministre.

 

Messahel souligne l'engagement de l'Algérie en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique et au-delà 

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a souligné l'engagement de l'Algérie en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique et au-delà, lors des travaux de la Conférence ministérielle Afrique-Pays Nordiques qui se déroulent jeudi dans la capitale danoise Copenhague.

Invité à introduire, au nom de la partie africaine, le débat sur les questions de paix et de sécurité, M. Messahel a souligné que "le contexte d'adversité auquel fait face notre continent est porteur de menaces pour les efforts louables que les pays africains déploient pour sortir du sous-développement, éradiquer la pauvreté, soutenir les dynamiques de croissance enclenchées avec succès dans un nombre croissant de pays".

Il a indiqué que "ces menaces sont essentiellement constituées des fléaux du terrorisme, de la progression du phénomène de radicalisation, des conflits armés, de la migration irrégulière, du crime organisé transnational, ainsi que des changements climatiques".

Le ministre a mis en exergue les efforts que déploie l'Afrique pour affronter ces défis en comptant d'abord sur ses propres ressources et capacités mais également en faisant appel à la coopération régionale et internationale, et à la solidarité de la communauté internationale au nom du principe de l'indivisibilité de la sécurité.

Abordant en détail les principales problématiques de paix et de sécurité, M. Messahel a mis en garde contre le redéploiement du phénomène terroriste vers l'Afrique, notamment au Sahel et ses espaces périphériques, en raison de la défaite de DAECH en Syrie et en Irak, tout en relevant les difficultés que cela pose à l'Algérie et à la région de l'Afrique du Nord, comme au reste du monde.

Il a, dans ce cadre, ajouté que "l'Algérie qui a vaincu le terrorisme mais combat toujours ses résidus, maintient un haut niveau de vigilance sur son territoire et sur ses frontières, partage son expérience et développe une dense coopération et collaboration sécuritaire avec les pays de son voisinage immédiat ainsi qu'aux plans bilatéral, régional et international". "C'est dans ce cadre que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a été désigné par ses pairs africains en tant que Coordonnateur de l'Union africaine pour la Prévention et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent", a rappelé le ministre.

Il a, par ailleurs, indiqué que cette menace du terrorisme est aggravée par une connexion de plus en plus importante avec d'autres fléaux du crime organisé ainsi que par l'expansion du phénomène de la radicalisation et de l'utilisation d'internet, notamment les réseaux sociaux, les plateformes cryptées et le Darknet, à des fins de propagande et du recrutement. 

Abordant les situations des conflits et de crises en Afrique, le ministre des Affaires étrangères a réitéré la position constante de l'Algérie en faveur de solutions politiques basées sur le dialogue et la réconciliation nationale. Il s'est félicité, à cet égard, des avancées enregistrées dans la mise en £uvre de l'Accord de paix au Mali grâce à une Confiance de plus en plus affichée entre les parties maliennes et leur appropriation du processus de paix, tel que constaté par la rencontre de Bamako à laquelle le M. Messahel a pris part en sa qualité de Président du Comité de suivi (CSA) avec le Secrétaire Général de l'ONU, Antonio Guterres.

Quant à la question de la migration qui a figuré parmi les points de discussion de cette Conférence, M. Messahel a indiqué que l'Algérie qui a été un pays pourvoyeur de migrants, puis un pays de transition, est devenu aujourd'hui un pays de destination.

C'est pour cela, a-t-il ajouté, qu'elle travaille avec les pays d'origine de ces migrants au rapatriement de ceux-ci dans le respect de leur dignité et de leurs droits humains conformément aux conventions internationales en la matière.

Cette introduction liminaire a donné lieu à un débat riche et intense sur les voies et moyens pour les pays africains et leurs partenaires nordiques à même de leur permettre de faire face, collectivement et dans le cadre d'une coopération fructueuse, à ces défis qui menacent la stabilité des Etats.

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.