Santé

Investir dans la santé mentale : OMS : Bon pour la santé et pour les économies

Publié par Dknews le 08-06-2018, 15h47 | 3
|

L'Atlas de la santé mentale 2017 de l'OMS estime que même si certains pays ont réalisé des avancées dans l'élaboration et la planification des politiques de santé mentale, il y a une pénurie mondiale d'agents de santé formés en santé mentale et d'investissements dans les services de santé mentale communautaires.

"Cette dernière édition de l'Atlas de la santé mentale nous fournit des preuves que l'augmentation des ressources pour la santé mentale ne se fait pas assez rapidement. Nous savons ce qui fonctionne. Ne pas investir d'urgence dans la santé mentale aura des coûts sanitaires, sociaux et économiques d'une ampleur que nous avons rarement vue auparavant", a déclaré le Dr Shekhar Saxena, directeur du Département de la santé mentale et de la toxicomanie de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Chaque dollar investi dans l'extension du traitement des maladies mentales courantes telles que la dépression et l'anxiété entraîne un retour de 4 dollars en termes de santé et de capacité de travail.

L'Atlas fournit des informations sur l'existence de politiques, de plans et de lois pour la santé mentale et leur alignement sur les instruments des droits de l'Homme établis, les ressources humaines et financières disponibles, le type d'établissements fournissant des soins, et des programmes de santé mentale pour la prévention et la sensibilisation.

Il repose sur les données fournies par 177 Etats membres de l'OMS, soit 97% de la population mondiale. Il évalue dans quelle mesure les pays renforcent le leadership et la gouvernance en matière de santé mentale, fournissent des soins de santé mentale et sociaux complets, mettent en £uvre des stratégies pour promouvoir la santé mentale et les problèmes de prévention, et renforcent les données factuelles et la recherche, comme indiqué dans le Plan d'action global pour la santé mentale 2013-2020 de l'OMS.

Selon l'étude, dans les pays à faible revenu, le taux de travailleurs de la santé mentale peut être aussi bas que 2 pour 100.000 habitants, contre plus de 70 dans les pays à revenu élevé. Ceci est un contraste frappant avec les besoins, étant donné qu'il est estimé qu'à tout moment une personne sur 10 a besoin de soins de santé mentale.

Moins de la moitié des 139 pays qui ont mis en place des politiques et des plans de santé mentale tiennent compte de l'importance de la transition des institutions psychiatriques vers les services communautaires et la participation des personnes atteintes de troubles mentaux aux décisions les concernant. Et trop souvent, lorsque des plans de santé mentale sont élaborés, ils ne sont pas soutenus par des ressources humaines et financières adéquates.

Les dépenses publiques consacrées à la santé mentale sont très faibles dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Les dépenses publiques en santé mentale sont inférieures à 1 dollar par habitant dans les pays à revenu faible et intermédiaire là où les pays à revenu élevé dépensent plus de 80 dollars. La majorité des dépenses est destinée aux hôpitaux psychiatriques, qui servent une petite proportion de ceux qui ont besoin de soins.

En outre, plus de deux tiers des pays signalent que les soins et le traitement des personnes atteintes de troubles mentaux graves ne sont pas inclus dans les systèmes nationaux d'assurance maladie ou de remboursement. "Personne ne devrait manquer des soins de santé mentale à cause de leur coût", a déclaré le Dr Shekhar Saxena. "C'est pourquoi l'action de l'OMS en

faveur de la couverture sanitaire universelle est si importante".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.