Hi-Tech

Enfants-jeux vidéo: un phénomène en progression et aux allures inquiétantes

Publié par DKNews le 23-06-2018, 16h08 | 34
|

L'addiction des enfants aux jeux vidéo, un phénomène grandissant en Algérie comme ailleurs, est en train de prendre des allures inquiétantes depuis qu'il est associé à des cas de suicide parmi cette population, si bien qu'un comité intersectoriel a été mis en place, il y a quelques mois, pour tenter de le cerner.

"Si je devais le laisser toute la journée, il ne se lasserait jamais de sa tablette et de ses jeux vidéo", lâche, sur un ton exaspéré, Samia, maman de Amine, 8 ans.

Un enfant qui n'échappe pas à la "folie" de la toile et à la "magie" de l'écran, tel que le confirment, à l'unanimité, de nombreux proches de ces petits "suspendus" à leurs appareils électroniques et donnant l'air d'être complètement détachés de ce qui les entoure.  Ou "déconnectés", selon certains, pour rester dans le lexique numérique.

Lire aussi: L'utilisation des Smartphones à un âge précoce, un phénomène qui prend de l'ampleur

"J'essaye de limiter le temps que mes enfants passent à jouer, non sans peine, je l'avoue. Parfois, je suis tellement dépassée par mes corvées ménagères que je baisse les bras et les laisse à leur guise, car c'est également une manière de les occuper et de les empêcher de se chamailler entre eux", témoigne Malika, employée dans une banque publique et maman de deux frères âgés de 6 et 8 ans.

Elle reconnait que ses occupations l'empêchent de contrôler le contenu qui captive tant ses chérubins, se contentant d'exiger d'eux qu'ils ne consultent "que ce qui est conforme" à leur âge. "C'est le papa qui se charge, le soir, de vérifier les applications téléchargées et la nature des jeux auxquels ils s'adonnent", poursuit-elle, assurant que "la bonne éducation" de sa progéniture est en soi une "garantie".

Ahmed, fonctionnaire dans une administration publique, ne l'entend pas de cette oreille: "Je tiens à m'assurer en permanence du contenu des tablettes de mes enfants qui, comme leurs semblables, sont accros aux jeux vidéo", soutient ce père de famille, au sujet de son fils et de sa fille, respectivement âgés de 6 et 7 ans.

A force de les accompagner, il a fini par s'imprégner de la terminologie de leur monde de jeux, citant des consoles tels que "X Box", "Play Station 4", ou des jeux comme "Street Fighter", etc, passe-temps favori des petits enfants.

Lire aussi: Dangers de l’Internet: appel à être vigilants à l’égard des produits d’information destinés aux enfants

"Je m'assure, qu'à leur âge, ils ne recourent qu'aux jeux ludiques, éducatifs et susceptibles de stimuler leur créativité et imagination ", précise-t-il, se disant "effaré" par le recours d'enfants en bas âge à des jeux véhiculant la violence à outrance, à l'image de "Assassin's Creed".

Celui-ci étant une série de jeux vidéo d'action-aventure, où les "héros" sont, parfois, amenés à éliminer leurs protagonistes.

D'autres parents reconnaissent, malheureusement, ne jeter "aucun coup d'œil" sur les téléphones ou ordinateurs de leurs enfants, certains avouant ne "rien comprendre" à la technologie de l'informatique, tandis qu'une proportion argumente par "l'impossibilité, de toute façon, d'empêcher l'utilisation d'internet par leurs chérubins".

 

Un phénomène "culturel" à étudier scientifiquement

 

"Il s'agit d'un phénomène culturel dans la mesure où les jeux vidéo font partie de la façon de vivre et d'être de l'enfant, si bien qu'il serait anormal de concevoir, aujourd'hui, que ce dernier ne s'y adonne pas", précise Dr Righi Saïd, psychiatre et membre du Comité intersectoriel, installé en janvier 2018, conséquemment aux cas de suicide chez des enfants ayant recouru au jeu de "La Baleine bleue". Celui-ci étant basé sur le principe du défi et est exécuté en 50 étapes, la dernière consistant pour le joueur à se donner la mort.

Ce comité, rappelons-le, s'attèle actuellement à élaborer les "messages" à adresser aux élèves, leurs parents et enseignants afin de les sensibiliser sur la meilleure attitude à adopter face aux jeux, à savoir le juste milieu entre l'interdiction totale et le laisser-faire illimité, expliquent ces promoteurs.

Aux yeux de ce spécialiste, il existe une relation d'"interaction entre l'enfant et l'écran", qui présente beaucoup d'"avantages" lorsqu'elle est "raisonnable et régulière", comme l'amélioration des fonctions cognitives, l'attention visuelle, la concentration, la réactivité, l'imagination, etc.

Lire aussi: L'addiction aux jeux vidéo va être reconnue comme une maladie par l'OMS

En revanche, cette relation s'avère "néfaste" si elle n'est pas rationnelle et doit être interdite pour des enfants de moins de 10 ans, ajoute-t-il.

Evoquant en particulier les jeux vidéo, il considère que certains devraient être interdits même pour les adolescents de moins de 18 ans, à l'instar de "Mortel Combat", où la notion de mort est dangereusement banalisée. Il est aussi des jeux, poursuit le spécialiste, aux contenus immoraux dont l'interdiction doit être impérativement "expliquée" à l'enfant  pour qu'il "comprenne" le pourquoi de cette décision, préconise-t-il aussi, citant l'exemple du "Grand Theft Auto".

S'agissant de "La Baleine bleue", un jeu auquel on attribue le suicide de quelque 200 enfants de par le monde, dont des cas en Algérie, Dr Righi est catégorique: "il ne s'agit même pas d'un jeu vidéo, qui est divertissant par essence, mais de quelque chose d'étrange qui s'appuie sur la stimulation la curiosité de l'utilisateur".

A ses yeux, il est question d'un "phénomène à étudier scientifiquement pour éviter toute spéculation", considérant "insuffisants" les témoignages recueillis en Algérie auprès des parents d'enfants décédés à la suite de leur recours à ce "jeu". Il rappelle, à ce propos, que même le concepteur de "la Baleine bleue", un d'origine russe, n'a pu être inculpé longtemps dès lors qu'il a déclaré n'avoir " demandé à personne de se suicider".

Lire aussi: Jeu-"la baleine bleue": Mme Feraoun plaide pour la sensibilisation

Pour autant, observe-t-il, les études étrangères menées jusque-là n'ont pas démontré qu'il existait "un lien direct" entre les actes violents, criminels ou autres et l'utilisation des jeux vidéo, qui en sont cependant considérés comme des "facteurs de risque". Et de déplorer, à ce propos, qu'en Algérie, "aucune réglementation ou norme" n'est appliquée dans ce domaine, au moment où, note-t-il, les jeux "piratés" sont vendus à même les trottoirs de nos villes.

Lire aussi: Membre du comité ad hoc chargé de se pencher sur la problématique de l'addiction des enfants aux jeux vidéo, la présidente de la Fédération nationale des associations de parents d'élèves, Mme Djamila Khiyar affirme avoir tiré "la sonnette d'alarme", il y a quelques mois, à la suite des cas de suicide liés au "jeu de La Baleine bleue".

"Nous avons donné instruction à toutes les Fédérations de wilayas de prendre en charge ce problème en demandant aux responsables d'établissements scolaires de consacrer, avant l'entame des cours, quelques minutes à expliquer les dangers de l'utilisation irrationnelle d'internet.

Ce qui a commencé à être mis en œuvre depuis environ 3 mois, avec le concours de spécialistes en la matière", explique-t-elle.

Lire aussi: Protection de l'enfance: l'Algérie poursuit ses efforts

"Les parents restent les premiers interpellés sur la question", poursuit-elle, conviant ces derniers à "ne pas laisser, des heures durant, leurs enfants face aux jeux vidéo et autres contenus, isolés dans leurs chambres", avant d'interpeller le ministère de la Poste,  des Télécommunications, des Technologies et du Numérique (PTTN) afin d'accentuer et d'élargir la campagne de sensibilisation à l'utilisation de l'application inhérente au contrôle parental des contenus internet de leurs enfants.

Outre les parents, Mme Khiyar considère que cette problématique est "l'affaire de tous", citant les départements ministériels de la Jeunesse et des Sports, de l'intérieur, de la Famille, de la Culture, etc., car, argumente-t-elle, "si les choses ne pas prises en main dès maintenant, il sera trop tard par la suite".

Il y a lieu, enfin, de relever que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de reconnaitre de manière formelle, l'addiction aux jeux vidéo comme étant une "maladie", car causant un "trouble" et figurant, désormais, dans sa liste internationale des pathologies.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.