Hi-Tech

L'intelligence artificielle pourrait augmenter la fracture numérique

Publié par DK News le 05-09-2018, 16h12 | 25
|

L'intelligence artificielle pourrait accroître les écarts de richesse entre pays développés et les autres, mais aussi entre les entreprises et les individus, révèle un rapport du cabinet de consultants américain McKinsey.

Selon cette étude, l'intelligence artificielle devrait gonfler de 1,2% par an la croissance mondiale en moyenne jusqu'en 2030, avec une forte accélération entre 2025 et 2030.

Cette accélération serait comparable à celle apportée par d'autres ruptures technologiques mondiales, "comme la vapeur au XIXe siècle, la première vague de robotisation industrielle ou l'informatique à la fin du XXe siècle", estime le cabinet dans ce rapport.

Mais "les pays aujourd'hui les plus avancés en matière d'adoption des technologies de l'intelligence artificielle (principalement des économies développées) devraient retirer d'ici 2030 des bénéfices nettement supérieurs à ceux des économies émergentes", souligne-t-il.

"Par exemple, d'ici 2025, l'intelligence artificielle devrait permettre à la Suède d'augmenter son PIB de 4%, contre 1% pour la Zambie", indique le rapport. "A l'horizon 2030, ce différentiel sera porté à 24% pour la Suède contre seulement 5% pour la Zambie".

D'une manière générale, les économies développées les plus avancées dans ces techniques pourraient capter "20 à 25%" de la richesse produite, contre "5 à 15%" pour les pays en développement, affirme encore l'étude.

La course n'est toutefois pas perdue d'avance pour les économies émergentes "si elles choisissent très tôt d'investir massivement la recherche et le développement dans ce domaine".

McKinsey fait un diagnostic semblable de renforcement potentiel des écarts pour les entreprises - celles qui se lancent dans l'intelligence artificielle et celles qui seraient lentes à s'y intéresser - et pour les individus.

Les travailleurs aux tâches répétitives, nécessitant de faibles compétences numériques, pourraient voir leurs salaires "stagner, voire baisser".

A l'inverse, une partie de la masse salariale globale (13%) basculerait vers les travailleurs aux tâches non répétitives et aux fortes compétences numériques.

Là encore, "des mesures peuvent être prises pour gérer la transition", estime le document.

S'agissant de la France, le rapport estime que le pays est "bien positionné pour tirer profit du développement de l'intelligence artificielle".

Comme d'autres économies développées, la France "pâtit d'un tassement de ses gains de productivité depuis plusieurs années et d'un coût du travail élevé, qui constituent autant de facteurs structurels militant en faveur d'une plus forte exploitation du potentiel économique de l'IA (intelligence artificielle, ndlr) par l'ensemble de ses acteurs économiques", selon McKinsey.

L'intelligence artificielle englobe notamment des technologies comme la vision par ordinateur, le traitement automatique du langage naturel, l'assistance virtuelle ou l'automatisation des processus robotisés.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.