Monde

Abbas à la Tribune de l’ONU: El Qods n’est pas à vendre

Publié par DK News le 28-09-2018, 16h16 | 11
|

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré jeudi à New York qu’El Qods occupé n’était pas à vendre et que les droits du peuple palestinien ne sont pas négociables, réaffirmant que les Etats-Unis ne pouvaient être le "médiateur unique" dans le processus de paix à cause de leur partialité.

"El Qods n’est pas à vendre et les droits du peuple palestinien ne sont pas négociables", a lancé Mahmoud Abbas en entamant son discours très attendu à l’Assemblée générale de l’ONU.

Adoptant un ton plus catégorique, Abbas a déclaré : "Les Etats-Unis ne peuvent pas être un médiateur unique. Les Etats-Unis seules non, ils font preuve de partialité".

Mahmoud Abbas a précisé que le parlement palestinien l’a mandaté pour revoir tous les accords politique, sécuritaire, et économique, passés avec le gouvernement israélien et de suspendre la reconnaissance d’Israël jusqu’à ce que ce dernier reconnaisse l’Etat de Palestine sur la base des frontières de 1967.

Le chef de l’Autorité palestinienne a ajouté que le parlement l’a aussi mandaté de se retourner aux tribunaux internationaux, en particulier à la Cour pénale internationale (CPI) pour demander que des enquêtes soient ouvertes sur les violations et agressions commises par l’occupant Israélien.

Mahmoud Abbas a tenu de rappeler, lors de ce discours musclé contre Israël et les Etats-Unis l’adoption de la loi de l’Etat-Nation du peuple juif qu’il a qualifié de "raciste" car "niant au peuple palestinien son droit à l’autodétermination".

Cette loi, rejetée même par de nombreux élus israéliens à la Knesset, "foule au pied les résolutions pertinentes des Nations Unis et les accords passés avec Israël concernant le dossier palestinien", a-t-il indiqué.

L’adoption de cette loi, a-t-il enchainé, "va aboutir à (l’établissement) d’un Etat raciste, et à une situation d’apartheid rendant ainsi caduque la solution à deux Etats", a-t-il met en garde.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.