Selon le chercheur Amer Rekhila : Impératif de préserver la Proclamation du 1er Novembre 1954 de la déformation

Publié par Dk News le 29-10-2018, 16h06 | 64

L'universitaire et chercheur spécialiste du   mouvement national, M. Amer Rekhila a mis l'accent, lundi à Alger, sur   l'importance de préserver la Proclamation du 1er Novembre 1954 de toute   forme de déformation et altération, révélant à cet égard, qu'un total de 75   versions de ce document constitutif avaient été enregistrées résultant de   travaux de traduction.   

 Intervenant lors dÆune conférence, organisée par le Centre national   d'études et de recherche dans le mouvement national et la Révolution du 1er   Novembre (CNERMN54),  dans le cadre de la célébration du 64ème anniversaire   du déclenchement de la Guerre de libération nationale, M. Amer Rekhila a   mis l'accent sur le nécessité de préserver le contenu de la Proclamation du   1er Novembre 1954 dans sa version originale, d'autant, a-t-il dit, que "ce   document constitutif  a connu, dans les années 90 et début de ce siècle,   plusieurs traductions donnant ainsi pas moins de 75 versions différentes",   notamment en Orient.   

"Le ministère des Moudjahidines a heureusement remédié à ce problème en   proposant une traduction conforme au document original", a fait savoir   l'intervenant, précisant que cette action est "un acquis important" pour ce   document de référence qui requiert "à ce jour un intérêt et une attention   de la part des historiens et des chercheurs".   

La Proclamation du 1er Novembre 1954 n'a pas été une "une proclamation   politique seulement, mais un programme intégré qui a acté la naissance   d'une nouvelle Algérie", a assuré M. Rekhila.    Evoquant, en outre, les principes dont la Proclamation du 1er Novembre   tire toute son importance historique, l'intervenant a relevé que le   document a fait que "le mouvement national passe de l'étape de la   conception à celle de la concrétisation sur le terrain", en sus de sa   participation à mettre un terme à toutes formes d'hésitation dans le   passage à l'action armée, ce qui l'a érigé, a-t-il expliqué, "en un   couronnement mûr de toutes les chartes et de tous les textes qui se sont   cristallisés au cours de trois décennies de vision de libération".  

   La proclamation du 1er novembre a également "sauvé le mouvement   national de la crise qu'il traversait à travers le rejet des différends   politiques et l'orientation vers la source de la révolution, à savoir le   peuple ", a ajouté M. Rekhila.  Dans ce sillage, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni a mis en   exergue les idéaux et les principes de liberté, de souveraineté, de progrès   et d'unité nationale portés dans la Proclamation du 1er novembre qui   "furent et demeureront le bouclier protecteur et l'infranchissable rempart   de la nation algérienne". 

La jeunesse algérienne s'inspire encore du combat de ses aïeux et   s'abreuve des nobles valeurs de sa glorieuse révolution, ce qui exige,   a-t-il soutenu, "aujourd'hui plus que jamais, d'ancrer ce référent sacré".   A noter qu'un hommage a été rendu, lors de cette conférence, au moudjahid   et historien Djamel Guenane, auteur de plusieurs ouvrages, dont "Les   relation algéro-françaises" , "des textes politiques algériens du 19e   siècle" et "l'éducation des indigènes à l'époque coloniale".   

A rappeler que les cérémonies commémoratives du 64e anniversaire du  déclenchement de la révolution du 1er novembre 1954, seront placée cette   année sous le thème "L'Algérie, un message de gloire et Novembre l'étendard   de ses principes et valeurs".