Volley : les clubs contestataires maintiennent leur boycott

Publié par Dk News le 02-12-2018, 16h44 | 3

Les présidents des clubs de volley-ball qui animent le Championnat d'Algérie de Super-Division (messieurs) et de Nationale Une (dames), ont décidé, samedi à Blida, de poursuivre le boycott de la compétition, jusqu'au règlement de leurs problèmes, au plan financier notamment.

En effet, en dépit des appels du président de la Fédération algérienne de volley-ball (FAVB), Mustapha Lemouchi, lancés à leur intention, pour reprendre les compétitions, les présidents des clubs ont maintenu le choix de boycott du championnat national, dont le début a été reporté à maintes reprises depuis le 1er novembre écoulé.

Dans leurs interventions à cette rencontre les ayant réunis avec le président de la FAVB, au Centre de loisirs scientifiques de Blida, les présidents de club ont soutenu que la décision d'entamer les compétitions était tributaire de l’examen des différents problèmes posés.

Ils ont notamment exigé du président de la FAVB de soumettre le problème de manque de finances, qui est, selon eux, "un problème commun à la majorité des clubs", au ministre de la Jeunesse et des Sports, tout en appelant ce dernier à la "prise de toutes les mesures susceptibles d’améliorer leur situation, qui impacte négativement sur les résultats de leurs clubs sur le terrain", estiment-ils.

Selon Djamel Kharissat, président du NR Bordj Bou Arréridj, multiple champion d'Algérie chez les messieurs, les "subventions étatiques accordées aux clubs ne couvrent pas tous les frais des clubs de volley-ball".

Une vision corroborée par le président du WA Tlemcen, Hakim Ben Abdellah, qui a critiqué le "soutien considérable" accordé par l’Etat aux clubs de football et au développement de ce sport "aux dépens d’autres disciplines sportives, dont le volley-ball" qui est, selon lui, "insuffisamment soutenu  en dépit de ses bons résultats sur le terrain".

Outre le manque de soutien financier, les intervenants ont, également, abordé le manque de formation et d’encadrement accusés par les clubs, tout en appelant au soutien des structures dédiées à ce sport.

Après avoir insisté auprès des présidents de club sur le fait que la décision de boycott n’est pas la "meilleure solution pour venir à bout de ce blocage préjudiciable pour l’avenir du volley-ball national", a-t-il dit, Mustapha Lemouchi s’est engagé à transmettre leurs doléances au ministère de tutelle, tout en les appelant à privilégier la "sagesse et le dialogue et à assumer leurs responsabilités".

A noter que sur les 22 clubs animant le championnat national de volley-ball messieurs et dames, seul le GS Pétroliers, sous la coupe de Sonatrach, s'est présenté sur le terrain à l'occasion de la première  journée.