Pension des moudjahidine: recul à 74 % de la consommation des montants affectés

Publié par DK News le 04-12-2018, 16h06 | 11

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a affirmé lundi à Alger que le taux de consommation des montants affectés à la pension des moudjahidine et des ayants-droit a reculé à 74 % grâce à l'adoption de mesures financières et administratives "rationnelles".

Répondant aux membres de la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre de l'examen du projet de loi portant règlement budgétaire pour l'exercice 2016, M. Zitouni a précisé au sujet de paiement des charges relatives à la pension des moudjahidine et des ayants-droit que "les affectations qui leur sont mobilisées ont été consommées à hauteur de 74 % et ce suite à l'adoption d'une série de mesures financières et administratives rationnelles".

Concernant les cotisations de la sécurité sociale, le ministre a déclaré que leurs affectations financières ont été "consommées à 100 %, en dépit du fait qu'elles prévoient les cotisations des exercices 2014 et 2015, lesquelles représentent 61,39 % de la totalité du montant dû". 

S'agissant des allocations, il a indiqué que "le taux de consommation des affectations estimées à 195 millions de DA s'élève à 99,29 %", soulignant que ses services "veillent à réaliser le principe de régulation du budget qui exige un suivi mensuel, trimestriel, semestriel et annuel", ce qui leur a permis d'être pionniers en matière de consommation rationnelle des dépenses".

Il a également rappelé les efforts consentis par son département pour parachever la politique de simplification des mesures et d'allègement des documents qui a permis l'assainissement des listes des bénéficiaires, et ce en collaboration avec la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et la Caisse des assurances sociales des non salariés (CASNOS).

Le budget fonctionnement du secteur repose sur deux volets. Le premier comprend l'aspect social à l'instar de la prise en charge des moudjahidine, des ayants droit et des grands invalides, tandis que le second comprend les aspects historique et culturel et la préservation de la mémoire nationale.