Santé

Une vaccination dès 11 ans contre les papillomavirus humains

Publié par Dk News le 08-01-2019, 16h40 | 4
|

Les papillomavirus humains (HPV) sont des virus sexuellement transmissibles, à l'origine de lésions (petites verrues) au niveau de l'appareil génital et de l'anus. Chez les femmes, ces lésions peuvent évoluer et se compliquer en cancer du col de l'utérus. Des vaccins sont disponibles (Gardasil et Cervarix) et confèrent une protection contre les types d'HPV majoritairement responsables des cancers du col.

Jusqu'à présent, en France, la vaccination contre l'infection à papillomavirus humain était recommandée chez les jeunes filles de 14 à 23 ans, avant leur première expérience sexuelle ou dans l’année qui suit celle-ci. De récentes données suggèrent de débuter cette vaccination à un âge plus précoce. Tenant compte de ces nouveaux éléments, le HCSP (Haut Conseil de santé publique) recommande de pratiquer la vaccination contre les HPV dès l'âge de 11 ans, comme c'est déjà le cas dans la plupart des pays.

Les arguments en faveur de cette modification sont nombreux. L'âge des premiers rapports sexuels est un paramètre important à prendre en compte, sachant que la vaccination contre les HPV est plus efficace chez les personnes n'ayant jamais été exposées, c'est-à-dire n'ayant pas débuté leur vie sexuelle. Selon une enquête menée en 2010 auprès des collégiens français, l'âge des premiers rapports sexuels tend à s'abaisser.

D'un point de vue technique de surcroît, la réponse immunitaire, c'est-à-dire la réaction de défense de l'organisme provoquée par le vaccin, semble meilleure chez les filles de 9 à 15 ans, par rapport aux filles plus âgées. Enfin, selon les données disponibles, la protection vaccinale semble persister pendant plusieurs années.

Le fait d'avancer l'âge de vaccination contre les HPV à 11 ans présente un autre avantage ; celui de coïncider avec le rappel des vaccinations contre la diphtérie, la poliomyélite, le tétanos et la coqueluche.

Les nouvelles données montrent que la co-administration de ces vaccins est possible. Pour le HCSP, cette modification du calendrier vaccinal pourrait permettre d'améliorer l'adhésion à la vaccination contre les HPV. Contrairement à d'autre pays comme l'Australie ou le Royaume-Uni où le taux de vaccination des filles est élevé (la vaccination est réalisée à l'école), la France enregistre un taux de vaccination contre les HPV ne dépassant pas 50 %. Une diminution a même été observée entre 2010 et 2011.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.