Flash Actu

L'enjeu dans les relations franco-algériennes est à présent la paix des mémoires

Publié par Dk News le 23-02-2017, 10h09 | 4
|

L'enjeu dans les relations franco-algériennes est à présent "la paix des mémoires", même si le passé colonial a été "brutal et tragique", a affirmé le secrétaire d'Etat français chargé des Affaires européennes, Harlem Désir, à l'Assemblée française.

"En outre, des liens humains et culturels très profonds rassemblent nos deux pays. Si le passé colonial a été brutal et tragique, l'enjeu est à présent la paix des mémoires", a-t-il répondu au cours de la séance de mardi à une question du chef du groupe Les Républicains, interpellant le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, suite à la déclaration à Alger du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron.

Pour le secrétaire d'Etat français, qui représentait le ministre, l'Algérie est un "important partenaire" politique et économique de la France "avec lequel il faut construire un avenir commun", soutenant que c'est la démarche dans laquelle s'inscrit l'action du président François Hollande et du gouvernement.

Sous les huées des députés des Républicains, selon le compte-rendu intégral de la séance mis en ligne mercredi, Harlem Désir a souligné que la déclaration d'Alger sur l'amitié et la coopération entre la France et l'Algérie, signée lors de la visite du président Hollande en 2012, a été suivie de la mise en place d'un comité intergouvernemental de haut niveau et d'un comité mixte économique franco-algérien.

"C'est en renforçant notre coopération avec l'Algérie dans tous les domaines que nous contribuerons à la paix des mémoires. Tous ici, nous devons nous consacrer à la relation entre la France et l'Algérie, indispensable à nos deux pays comme à la Méditerranée", a-t-il encore affirmé.

La qualification de la colonisation française par Macron de "crime contre l'humanité" a soulevé un tollé en France, notamment au sein de la classe politique de la droite et de l'extrême droite, des harkis et des rapatriés français après l'indépendance de l'Algérie, alors que certains intellectuels et historiens français ont saisi cette occasion pour souligner que la nécessité de "regarder ce passé (colonial) en face" est devenue "plus impérative".

Publié dans :
|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.