Conseil de la nation : attachement de l'Algérie à la démocratie en tant que "choix populaire et officiel"

Publié par DK NEWS le 15-09-2021, 19h14 | 47

Le bureau du Conseil de la nation a affirmé, mardi, l'attachement de l'Algérie à la démocratie en tant que "choix populaire et officiel adopté depuis la Glorieuse Révolution du 1er novembre 1954", réitérant son engagement à la coopération avec tous les parlements du monde pour œuvrer "à sa  consécration et à l'élargissement de sa pratique".

Dans un communiqué émis par le bureau du Conseil de la nation, sous la présidence de Salah Goudjil, la veille du 14e anniversaire de la journée internationale de la démocratie, célébrée le 15 septembre, le bureau a souligné "l'attachement de l'Algérie à la démocratie en toute circonstance, la qualifiant de choix populaire et officiel adopté par notre pays depuis la glorieuse Révolution du 1 novembre 1954".

"Le bureau réaffirme son engagement à coopérer avec tous les parlements frères et amis, à travers le monde pour la consécration de la démocratie et l'élargissement de sa pratique, en évitant son exploitation pour la création de crises au lieu d'en faire une voie de règlement", lit-on dans  le communiqué.

Pour ce faire, a-t-on ajouté, "il doit être mis fin définitivement à tous les types de colonisation, en accordant aux peuples leurs droits fondamentaux et leurs libertés civiles, tel que stipulé dans les chartes internationales et conformément aux principes fondateurs de la démocratie authentique, à savoir le droit à l'autodétermination".

Le bureau du Conseil de la nation a salué, dans ce sens, "le bond qualitatif réalisé par le parlement algérien à travers l'amendement de la Constitution initié par le président de la République, M.

Abdelmadjid Tebboune, en application de son programme électoral, en témoigne l'amendement de la Constitution soumis au référendum en novembre 2020, dans une manifestation démocratique sincère visant à consolider la participation du peuple à la définition des contours de son Etat et partant contribuer à la consécration d'une Algérie nouvelle où sont ancrées les valeurs et pratiques démocratiques".

Le bureau a rappelé que la nouvelle Constitution "a renforcé la place du Parlement dans l'Algérie nouvelle dans le cadre du principe de l'équilibre entre pouvoirs et a entériné des procédures législatives et institutionnelles garantissant aux membres du Parlement l'exercice de leur rôle législatif et de contrôle en toute liberté, sous-tendant une grande e fficacité dans la performance parlementaire et consacrant l'exercice démocratique en tant que tradition nationale inculquant la culture politique du pays".

C'est pourquoi les prémices de l'Algérie nouvelles étaient de choisir les représentants du peuple en toute liberté et souveraineté, étant donné que le président de la République, M.

Abdelmadjid Tebboune a appelé à des échéances nationales consécutives pour parachever la construction des institutions constitutionnelles concrétisant l'exercice démocratique et renforçant aussi bien l'immunité institutionnelle que sociétale, les dernières étant les élections locales anticipées prévues le 27 novembre prochain, en tant que pierre angulaire dans le processus du changement et de la réforme".

Le bureau du Conseil de la nation a mis en avant "le rôle pivot que jouent les parlementaires à travers des mécanismes parlementaires notoires dans la concrétisation, le soutien et la protection des valeurs démocratiques dans les systèmes politiques nationaux via des cadres multiples de la diplomatie parlementaire au double plan international et régional aussi bien que dans l'établissement des règles solides d'une véritable démocratie autour de laquelle adhèrent tous les acteurs internationaux et dans laquelle les caractéristiques et les normes liées aux diffé rents peuples et nations sont respectées".

Ce rôle est facilité par l'opération du développement de l'action parlementaire de par le monde et qui a abouti à un grand élargissement des réformes parlementaires en tant qu'autorité reposant sur des garanties assurées par les fondements de la démocratie moderne, renforcées par la séparation des pouvoirs et imposées par une position privilégiée accordée par les constitutions nationales aux représentants des peuples".

A l'occasion de cet élan mondial de solidarité, le bureau tout en estimant que "la démocratie est un cadre précieux et un système réaliste qui s'étend dans le temps et dans l'espace", considère que la démocratie vit véritablement une phase de crise presque sévère caractérisée par le recul d'anciens régimes démocratiques sur les valeurs sous-tendant la démocratie elle-même".

A cette occasion, le bureau du Conseil de la Nation, félicite à la veille de la célébration du 14e anniversaire de la Journée internationale de la démocratie (15 septembre), toutes les femmes parlementaires du monde en cette journée.