Hi-Tech

Sciences : Le monde pas assez préparé aux catastrophes, déplorent des scientifiques

Publié par DK NEWS le 01-03-2023, 19h46 | 5
|

Séismes, inondations ou tempêtes: le monde n'est pas assez préparé à affronter les catastrophes, auxquelles les gouvernements ne font trop souvent que réagir après coup, déplore un rapport publié mardi qui appelle à repenser la gestion des risques. 
En 2015, la communauté internationale avait adopté les objectifs de Sendai visant à réduire d'ici 2030 le nombre de victimes et les dommages en investissant dans l'évaluation et la réduction des risques, et la préparation aux catastrophes -- que ce soient des séismes ou des catastrophes climatiques renforcées par le réchauffement. Or "il est très improbable" que les objectifs soient remplis, estime le rapport de l'International Science Council, qui compte des dizaines d'organisations scientifiques. 
Depuis 1990, plus de 10.700 catastrophes (séismes, éruptions volcaniques, sécheresses, inondations, températures extrêmes, tempêtes...) ont touché plus de 6 milliards de personnes dans le monde, selon les données du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes. 
En haut de la liste, inondations et tempêtes, multipliée s par le changement climatique, qui comptent pour 42% du total. 
Ces catastrophes aux conséquences en cascade "sapent des avancées de développement difficilement réalisées dans de nombreuses régions du monde", souligne le rapport. 
Mais "alors que la communauté internationale se mobilise rapidement après des catastrophes comme les séismes en Turquie et en Syrie, trop peu d'attention et d'investissements sont dirigés vers la planification à long terme et la prévention, que ce soit le renforcement des codes de construction ou la mise en place de systèmes d'alerte", a commenté dans un communiqué Peter Gluckman, président du ISC. 
"Les défis multiples des trois dernières années ont mis en lumière le besoin fondamental d'une meilleure préparation aux prochaines catastrophes", a renchéri Mami Mizutori, représentante spéciale de l'ONU pour la réduction des risques. 
"Nous devons renforcer les infrastructures, les communautés et les écosystèmes maintenant, au lieu de les reconstruire après." Le rapport attire ainsi l'attention sur un problème d'allocation des ressources. 
Par exemple, seulement 5,2% de l'aide aux pays en développement pour faire face aux catastrophes entre 2011 et 2022 ont été dédiés à la réduction des risques, le reste étant alloué aux secours et à la reconstruction après coup. 
L'ISC appelle également à la généralisation des systèmes d'alerte précoces, notant qu'avertir d'une tempête 24 heures à l'avance pouvait réduire les dommages de 30%. 
Un rapport publié fin janvier par l'Assemblée générale de l'ONU soulignait lui aussi que les pays n'étaient "pas en voie" d'atteindre les objectifs de Sendai. Le nombre de personnes affectées chaque année par les catastrophes augmente, tout comme les dommages directs, qui atteignent une moyenne de 330 milliards de dollars par an sur la période 2015-2021.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.