Histoire

France-Algérie : Les crimes contre l’humanité commis par l'armée française en Algérie s'invitent dans le «grand débat national» en France

Publié par Dk News le 23-01-2019, 17h00 | 40
|

Les crimes contre l'humanité commis par l'armée française durant la colonisation de l'Algérie se sont invités dans le «grand débat national» lancé par le président Emmanuel Macron dans le but de résoudre la crise sociale devenue, depuis quelques semaines, politique.

Le président Macron a invité les Français à débattre toutes les questions «sans tabou», rappelle-t-on, afin de trouver une issue à la crise née du ras-le-bol fiscal et de la dégradation du pouvoir d'achat.
C'est dans ce cadre que l'anticolonialiste Henri Pouillot a saisi l'opportunité du débat pour adresser une lettre au chef d'Etat français, en tant que témoin de la guerre de libération nationale, publiée jeudi sur son blog.

«Témoin de la guerre de libération de l’Algérie comme appelé, affecté à la Villa Sésini (de juin 1961 à mars 1962), j’ai eu l’occasion de constater de très nombreuses exactions commises dans cette période par l’armée française (en particulier la torture), des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre, des crimes d’état commis au nom de la France», a écrit ce militant pour la reconnaissance de ces crimes par la France officielle, rappelant qu'il y a trois mois, «vous avez enfin, au nom de la France, condamné le système institutionnalisé de la torture dans cette période» dans l'affaire Maurice Audin».

Henri Pouillot a indiqué que sur ces séquelles de cette guerre de libération de l’Algérie «notre génération d’anciens combattants a un impérieux besoin que les crimes contre l’humanité (tortures, viols, crevettes Bigeard, corvées de bois, camps d’internements -pudiquement appelés alors camps de regroupement-, essais nucléaires,... ), crimes de guerre (les 600 à 800 villages rasés au napalm, l’utilisation du gaz VX et Sarin...), crimes d’Etat (les massacres de Sétif/Guelma/Kherrata en mai 1945, massacres du 17 octobre 1961 à Paris, 8 février 1962 au Métro Charonne à Paris...), commis au nom de la France soient reconnus comme tels et condamnés et qu’ils ne soient plus considérés comme en ayant été les responsables de leur exécution».

«Quelle crédibilité la France peut-elle avoir au plan international pour donner des leçons de droits de l’homme tant qu’elle n’a, ni reconnu ni condamné, ces pratiques», s'est-il interrogé, lui rappelant son intervention devant la rédaction de Médiapart, le 5 mai 2017, lorsqu'il avait déclaré qu'il prendra des «actes forts sur cette période de notre histoire».

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.