Economie

Brexit Les eurodéputés décident la fermeté dans les négociations avec Londres

Publié par DK NEWS le 14-02-2020, 17h56 | 1
|

 Les élus européens ont décidé mercredi d'être plus exigeants et ferme dans les négociation avec le Royaume-Uni, approuvant ainsi les grandes lignes du mandat publié récemment par la Commission européenne.

La résolution non-contraignante sur les relation futures entre Londres et le bloc européen a été approuvée par 579 voix pour et 24 contre.
 Comme Bruxelles, les élus européens réclament "des conditions de concurrence équitables" entre l'UE et le Royaume-Uni "dans les domaines environnemental et social ainsi qu'en matière d'emploi, de fiscalité et d'aides d'Etat".
Mais "les normes de l'UE" dans ces domaines doivent être préservées "afin d'éviter tout nivellement par le bas, en vue d'une harmonisation dynamique", c'est-à-dire qui évolue dans le temps, écrivent-ils, allant plus loin que le mandat initial de la Commission.
 
Londres veut une coopération amicale 
 Dans ce contexte, le porte-parole du Premier ministre britannique Boris Johnson, a souligné que "le peuple britannique a voté pour l'indépendance et le contrôle de nos règles et de nos lois, nous n'accepterons donc en aucune façon l'alignement sur les règles de l'UE".
"Nous voulons une relation avec l'UE qui soit fondée sur une coopération amicale entre égaux souverains et centrée sur le libre-échange.
Nous ne demandons pas un accord spécial sur mesure ou unique, mais un accord comme celui que l'UE a déjà conclu avec d'autres pays amis comme le Canada", a-t-il rappelé.
La résolution du Parlement n'a pas de valeur contraignante, mais les eurodéputés rappellent qu'ils auront le dernier mot sur l'accord qui doit être négocié cette année entre Bruxelles et Londres en raison du Brexit.
Le mandat de négociation de la Commission doit être approuvé le 25 février par les Etats membres.
Les pourparlers devraient commencer début mars.
Mardi le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, a mis en garde Londres contre toute "illusion" sur la place des services financiers dans la future relation entre le Royaume-Uni et le continent, que les deux parties vont négocier cette année.
"Je voudrais (...) dire clairement à certains responsables britanniques qu'il ne doit pas y avoir d'illusion sur cette question: il n'y aura pas d'équivalence générale, globale ou permanente sur les services financiers", a affirmé M. Barnier à Strasbourg devant les eurodéputés. M. Barnier adresse ainsi une réponse directe au ministre britannique des Finances, Sajid Javid, qui a affirmé mardi matin son intention de bâtir une "relation durable" avec l'UE en matière de services financiers, secteur crucial pour Londres.
Le Royaume-Uni, qui a quitté l'UE le 31 janvier, est entré dans une période de transition jusqu'au 31 décembre, pendant laquelle il continuera d'appliquer les normes européennes.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.