Monde

Barrage de la Renaissance: L'accord ouvrira des horizons de développementconjoint entre les Etats du Nil (al-Sissi)

Publié par DK NEWS le 23-02-2020, 17h23 | 3
|

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a estimé que l'accord sur le barrage de la Renaissance, construit sur le Nil, ouvrira de vastes horizons de coopération et de développement conjoint entre les Etats du Nil (Egypte, Ethiopie, Soudan).

Le président al-Sissi a rencontré samedi l'envoyé spécial du Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn au Caire où les deux dirigeants ont discuté de la question du grand barrage de la «Renaissance» éthiopien. Après des années de discussions ministérielles difficiles entre les trois pays, de nouveaux cycles de négociations ont repris à Washington sous le parrainage des Etats-Unis et un accord final devrait être conclu fin février.
«L'accord ouvrira de vastes horizons de coopération, de coordination et de développement conjoint entre l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan et marquera une nouvelle étape dans le développement des relations entre ces pays», a déclaré le porte-parole de la présidence égyptienne, Bassam Rady, dans un communiqué, soulignant qu'il «devrait maintenir l'équilibre des intérêts en tre toutes les parties». Le communiqué souligne également la volonté de l'Egypte d'oeuvrer au succès des négociations tripartites parrainées par Washington. De son côté, le Premier ministre éthiopien a passé en revue la question du barrage de la Renaissance à la lumière de ce qui a été convenu jusqu'à présent dans le cadre des négociations tripartites entre l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan. L'Ethiopie, pays en amont du bassin du Nil, a commencé à construire son grand barrage hydroélectrique en 2011 sur le Nil bleu, tandis que l'Egypte, pays en aval, s'inquiète que le barrage puisse affecter sa part annuelle de 55,5 milliards de mètres cubes d'eau du Nil. Le Soudan, qui à l'instar de l'Egypte, est également en aval du bassin, voit les bénéfices qu'il pourra tirer de la construction du barrage malgré les inquiétudes égyptiennes. La mise en eau du réservoir, dont la capacité totale est de 74 milliards de mètres cubes, pourrait prendre plusieurs années, c'est néanmoins la lenteur de cette opération que privilégie l'Egypte pour éviter les effets négatifs d'une pénurie de la ressource, un point essentiel de leurs discussions. Le barrage devrait produire plus de 6000 mégawatts d'électricité et devenir le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique une fois terminé.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.