Actualité

2ème anniversaire du Hirak : L'ambassadeur Djoudi met en garde contre la "guerre de quatrième génération" qui cible l'Algérie

Publié par DK NEWS le 21-02-2021, 18h24 | 38
|

L'ancien diplomate algérien Noureddine Djoudi a alerté samedi l'opinion publique nationale sur la guerre non conventionnelle, dite "guerre de quatrième génération", menée contre l'Algérie par des puissances étrangères hostiles et revanchardes, avec la complicité d'éléments de l'intérieur, pour porter atteinte à l'unité de son territoire et de son peuple.

"A la veille du 2e anniversaire du 22 Février, il faut plus que jamais rester vigilant face aux tentatives de détournement des acquisitions du Hirak par l'infiltration d'éléments ennemis de la démocratie en Algérie", a mis en garde M. Djoudi dans une contribution publiée par le quotidien El Watan.

Bien que l'Armée nationale populaire (ANP) ait mis en place, en coordination avec l'ensemble des services de sécurité, "d'efficaces contre-mesures pour éliminer cette menace", M. Djoudi a relevé toutefois que toutes ces "mesures ne pourraient être pleinement efficaces si elles n’étaient pas soutenues par une solidarité réelle et effective de l'ensemble des forces vives de notre peuple".

Pour expliquer les raisons qui ont pouss é les ennemis de l'Algérie à opter pour cette nouvelle forme de guerre, l'ancien diplomate a rappelé "la capacité de nos forces armées de contenir et déjouer toute agression armée, et l'expérience tirée de l'extraordinaire épopée d'une Armée de libération nationale et d'un peuple faiblement armés, combattant avec succès une des plus puissantes armées de l'OTAN (l'armée française) près de huit ans durant".

"Il fallait trouver une forme plus subtile et moins visible de guerre pour détruire définitivement une Algérie qui gêne par sa fidélité aux principes", a-t-il précisé. Et de détailler que la nouvelle stratégie des puissances qui cherchent à "déstabiliser, voire à balkaniser l'Algérie, est le recours à ce qui est appelé +guerre de quatrième génération+".

L'auteur a rappelé ensuite que cette méthode, explicitée devant un aréopage d'officiers de l'OTAN, réunis en 2018 en Israël, par Max G. Manwaring, ancien professeur à l'Institut d'études stratégiques de l'US Army War College, consiste à "affaiblir de l'intérieur l'Etat ciblé en lieu et place de l'ancienne intervention militaire, contournant ainsi la capacité de réaction de son armée".

Elle s'appuie sur deux axes: "action à partir de l'extérieur, puis manipulation d'éléments à l'intérieur même du pays visé", a-t-il ajouté, rappelant ses cons équence dans l'ex-Yougoslavie ou -plus récentes- la guerre en Syrie. Pour l'ambassadeur Djoudi, cette méthode s'apparente à l'ancienne pratique de l'armée coloniale française sous le nom d'action des Services Psychologiques de l'Armée, tout en étant "autrement plus sophistiqué".

En ce qui concerne l'Algérie, la guerre de quatrième génération s'articule autour de ces deux axes. Le premier axe s'appuie sur une action à partir de l'étranger. "Tout d'abord procéder à un encerclement, aussi étanche que possible, de notre pays par des pays voisins hostiles où hébergeant volontairement ou non des bases d'actions ou des éléments provocateurs contre notre territoire", a indiqué M. Djoudi. D'où l'envoi par Israël au Maroc de spécialistes militaires et la fourniture d'armement de dernière génération (drones et matériel de guerre électronique), "non seulement pour aider une armée d'occupation incapable de faire face aux assauts de l'Armée de libération sahraouie, mais également pour jeter une base d'action contre notre pays".

A la frontière Sud, "le versement par les services français d'une rançon de plusieurs millions d'euros aux terroristes activant au nord Mali a servi non seulement au renflouement des caisses du terrorisme, mais a surtout contribué à la libération, réactivation et infiltration en Al gérie de terroristes notoir ment connus", dont bon nombre ont été capturés ou éliminés grâce à la vigilance de l'ANP et sa présence sur le terrain.

A la frontière Est, la guerre civile destructrice de l'Etat libyen, "telle qu'organisée par un ex-président français et son complice sioniste (...) Bernard Henri Lévy, est une menace directe non seulement pour la nation tunisienne, mais également pour notre pays du fait de l'infiltration de terroristes par notre longue frontière avec la Tunisie et la Libye". Le deuxième axe s'appuie à la fois sur "une offensive des médias étrangers ou supposés maghrébins mais aussi et surtout en coordination avec des néo mercenaires d’origine algérienne".

L'ambassadeur a estimé qu'"on ne peut conclure sur ce deuxième axe sans mentionner cette arme redoutable et invisible qui vise notre plus précieux capital, notre jeunesse. Il s'agit de la drogue et des psychotropes", rappelant que le Maroc est classé par l'agence des Nations unies spécialisée en la matière comme "premier producteur et exportateur" de cannabis (haschisch).

Toutefois, conclut l'ambassadeur Djoudi, les promoteurs de cette nouvelle guerre asymétrique, visant "l'implosion" de l'Algérie, "ont omis une arme puissante et fondamentale pour la défense de l'Algérie: celle de la capacité du peuple algérien , toutes appartenances politiques ou sensibilités dans le corps social confondues, à oublier les divergences ou les éléments conflictuels qui le traversent pour s'unir dans une solidarité sans réserve chaque fois qu'il sent que sa liberté, sa souveraineté ou l'intégrité de notre territoire national sont menacées". Officier de l'Armée de libération nationale (ALN), Noureddine Djoudi a été durant sa carrière de diplomate en poste dans plusieurs capitales, notamment en Afrique du Sud, en Angola et aux Pays-Bas.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.