Actualité

Tribunal criminel d'Alger : Ouverture du procès des proches du terroriste Abdelhamid Abou Zeid

Publié par DK News le 19-05-2015, 20h09 | 58
|

Le procès de 12 individus dont le fils et les deux frères du terroriste Abdelhamid Abou Zeid, poursuivis en 2010 pour leur implication dans des attentats terroristes dans le grand sud algérien, s'est ouvert mardi devant le tribunal criminel d'Alger, a constaté une journaliste de l'APS. Après le choix de deux jurés assesseurs faisant partie de la composition du tribunal criminel, la greffière a procédé à la lecture de l'arrêt de renvoi. Après quelques instants la présidente du tribunal criminel a ordonné la suspension de l'audience qui reprendra à 14H00.

Les 12 individus dont 4 sont en état de fuite devront répondre des chefs d'inculpation d'«appartenance à un groupe terroriste armé activant à l'intérieur et à l'extérieur du pays, détention d'armes lourdes, contrebande portant atteinte à l'économie nationale et trafic de drogue dans une bande criminelle organisée».

Ils sont poursuivis, notamment pour «blanchiment d'argent, violation de la législation et le règlement relatifs aux changes et aux mouvement des capitaux». Parmi les accusés, figurent aussi trois autres membres de la famille d'Abou Zeid (Ghadir), qui approvisionnaient en vivres et en carburants les groupes terroristes dirigés par Abou Zeid, «El-Para» et Mokhtar Belmokhtar «activant dans la région est du grand sud algérien pour faciliter les attaques visant les touristes étrangers et les biens de l'Etat». Selon l'arrêt de renvoi, l'affaire remonte à 2010 lorsque les forces de sécurité avaient arrêté des membres d'une grande famille dans le sud-est du pays, recrutés par l'un de ses membres qui n'est autre que le terroriste Mohamed Ghadir alias Abdelhamid Abou Zeid.

Selon la même source, le terroriste Abou Zeid avait pris pour base la ville de Khalil au Mali ainsi qu'une ville libyenne (près de la frontière algérienne) alors que les éléments de soutien logistique (les accusés) étaient basés dans les régions de Mahnoussa (El-Oued), Dabdab, Adrar, Touggourt, Hassi Messaoud,  Illizi, Ouargla,  In Amenas et Goléa. Après l'arrestation des éléments du groupe issu de la région de Mahnoussa, Abou Zeid avait constitué un autre groupe dirigé par le dénommé Ghadir Omar Abderrahmane.

Le groupe est également impliqué dans le trafic de drogue à travers les frontières Est et Ouest du pays au sein d'un groupe terroriste transfrontalier ayant pour mission de financer le terrorisme dans le sud algérien. Selon la même source, le frère d'Abou Zeid, le dénommé Ghadir Sassi, principal accusé dans cette affaire, a été arrêté avec son groupe en 2010, en possession d'explosifs et de munitions de guerre.

Concernant le deuxième frère d'Abou Zeid, le dénommé Ghadir Omar Abdelkader (arrêté),  il a reconnu durant l'enquête avoir approvisionné en 2001 les groupes d'Abou Zeid, d'Abderrezak El-Para et de Mokhtar Belmokhtar, en carburant et en vivres contre d'importantes sommes d'argent.Il a reconnu avoir rencontré son frère Abou Zeid en 2003 en compagnie d'Abderrezak El-Para et d'une trentaine de terroristes dans la région de Lafaa à Ouargla pour lui remettre des quantités importantes de carburant et de vivres.

Le fils d'Abdelhamid Abou Zeid, Ghadir Lakhdar a reconnu, selon les procès verbaux, être impliqué dans le trafic  de drogue et avoir remis à maintes reprises d'importantes quantités à un individu de nationalité libyenne contre de l'argent, utilisé pour financer les opérations terroristes. Il a reconnu avoir utilisé cet argent pour l'achat de véhicules de type 4×4, de carburant et de vivres au profit de groupes terroristes dans le sud algérien, dirigés par Abou Zeid, El-Para et Mokhtar Belmokhtar. Abdelhamid Abou Zeid a été abattu par les forces françaises et tchadiennes le 25 février 2013 au nord du Mali et sa mort a été officiellement confirmée en mars 2013.

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.