Forum

Le président-directeur général de la compagnie Caarama Assurance, M. Mokhtar Naouri, invité du Forum de DK News : La Conquête du marché assurée, Caarama en toute assurance !

Publié par Said Abjaoui, O. Larbi, Rachid Rachedi le 25-11-2015, 17h56 | 484
|

L'assurance est un des indices d'évaluation de la santé de l'économie nationale, affirme M. Mokhtar Naouri, PDG de CAARAMA Assurances, une filiale à 100% de la CAAR. Née en février 2011, dans le cadre de la loi 06-04 qui autorise la séparation des activités, cette filiale investit dans le domaine des assurances «personnes» et non des assurances « dommages ».

90% dans les assurances collectives de groupes, le reste dans les assurances individuelles, ce qui se traduit en chiffres d'affaires soit 924 millions de DA pour le poste assurance groupe et 354,5 millions de DA Assurances voyage, 211 millions pour le poste Temporaire au décès.

Quatre années depuis sa naissance, CAARAMA acquiert 21,6% en parts de marché sur un marché de 8 Milliards de DA où il existe 8 compagnies. C'est une part assez importante dans la mesure où cette filiale à elle seule gagne un peu plus du cinquième du marché, 7 autres compagnies se partageant le reste.

Evolutions des parts du marché dues à la croissance du nombre de cadres recrutés et formés et bénéficiant de l'expérience de la maison mère. Pouvons-nous dire qu'existe une culture d'assurances en Algérie ? Si nous comparons les taux de pénétration des assurances par rapport à nos voisins, celui-ci est de 0,81% pour l'Algérie, 1,82% pour la Tunisie, 2,95% pour ce qui concerne le Maroc.

L'assurance a encore du chemin à faire en Algérie. Pour ce qui concerne le nombre de clients de CAARAMA, il est de 163 000 pour l'assurance voyage et accidents, 1650 pour l'assurance Vie-décès, et 1350 pour l'Assurance Groupe. Le poste vie décès en chiffre d'affaires ne représente que 87 millions de DA par rapport au premier qui est de 311 millions de DA et 910 millions de DA pour le troisième poste.

Quel potentiel d'assurances pour l'Algérie ? Le marché actuel qui est de 8 milliards de DA est il appelé à connaître une expansion ?

CAARAMA est en expansion à travers la création de centres régionaux. Le nombre de 250 agences est ciblé pour le réseau direct et indirect. Une stratégie d'expansion sur deux axes. Le premier s'appuie sur l'expansion des réseaux lesquels à terme couvriront progressivement le territoire national. Objectif « bancassurance», avec le recours aux réseaux de la maison mère « CAAR » et avec le concours du CPA, de la BNA, et de BANK ABC...

Le second axe concerne l'évolution de l'offre tant en prestations qu'en produits.

Des mesures novatrices, rembourser avant CNAS et la prise en charge des maladies redoutées telles que les infarctus, les AVC et le cancer à travers la perception d'un capital pour faire face aux besoins spécifiques induits par les maladies précitées.

D'autres offres sont proposées, à savoir la diversification de la gamme du produit « HAYATI » qui couvre les assurés contre les risques des aléas de la vie tant en milieu professionnel que domestique.

Said Abjaoui


Mokhtar Naouri : « La sinistralité est une notion à intégrer socialement »

Le P-DG de CAARAMA, la compagnie d’assurances spécialisée dans une démarche de capitalisation collective pour la couverture de risques comme celle des Groupes, des accidents ou de voyage qui permet aux contractants ou à leurs ayants droit de faire face aux aléas de la vie.

Les chiffres clés de CAARAMA Assurance sont très bons : le CA prévisionnel est de 2,1 milliards de DA, en croissance de 20% par rapport à l’année 2014.

Les parts de marché sont de 21,6% sur un marché de 8 milliards de DA où il existe 8 compagnies.

Ce qui frappe dans le discours de M. Naouri, c’est son credo pour convaincre que l’assurance volontaire n’est pas chère, bien au contrai-re :

L’assurance « Hayati » est de 60DA par mois, le capital resservi est de   200 000 en cas de décès.

Il en est de même pour l’assurance scolaire ou des étudiants.

 

Innovation et exclusivité

Le produit phare de CAARAMA Assurance est « Djemmaatna » qui a introduit deux mesures : la première est « le remboursement avant CNAS qui permet d’anticiper la perception des prestations de santé avant même le remboursement par la CNAS. »

La deuxième mesure « qui constitue une exclusivité sur le marché des assurances de personnes est la prise en charge des maladies redoutées, telles que les infarctus, les AVC et le cancer à travers la perception d’un capital pour faire face aux besoins spécifiques induits par ces maladies ».

Ce côté « soutien de familles » est revendiqué par CAARAMA. L’autre nouveauté de l’offre CAARAMA Assurance est « la diversification de la gamme de produit Hayati qui couvre les assurés contre les risques des aléas de la vie tant en milieu professionnel que domestique. Cette offre a été pensée différemment par CAARAMA Assurance pour la personnaliser et l’adapter à la demande de sa clientèle. A c e titre, la gamme Hayati a été déclinée pour répondre aux besoins des professionnels, des familles et des individus ».

« DJEMAATNA » se distingue en tant « que couverture de choix et de qualité qui a séduit plus d’une entreprise dont Sonatrach qui participe à l’assurance de chacun de ses employés.

« La couverture groupe offre des garanties qui peuvent être scindées en trois grands volets distincts :

Le premier a trait à une couverture prévoyance qui prévoit principalement le versement d’un capital aux bénéficiaires suite au décès toutes causes de l’assuré, mais aussi le versement d’une rente éducation au profit des enfants à charge pour leur scolarité, et même le versement d’une rente au veuf. Aussi et en exclusivité dans le marché des assurances de personnes en Algérie, CAARAMA Assurance commercialise la garantie maladies redoutées, qui a pour but de verser une partie du capital décès au cas où l’assuré serait atteint d’une maladie grave, capital qui lui servira à subvenir aux premiers besoins médicaux. En deuxième lieu, une couverture santé, qui englobe des garanties liées directement à l’état de santé de l’assuré ou bien de ses bénéficiaires, avec le remboursement des dépenses, et prend en charge, notamment, les frais médicaux, pharmaceutiques, d’hospitalisation et même le transport sanitaire, mais aussi le remboursement des frais d’imagerie, les cures thermales, etc. Et enfin, le troisième volet Indemnités Forfaitaires qui consiste en une aide financière. Elle est allouée à l’assuré à l'occasion des événements heureux ou malheureux de sa vie.

Ainsi, le forfait mariage est versé en cas de mariage de l’assuré, alors que le forfait naissance est alloué en cas d’accouchement. Le forfait circoncision est octroyé en cas de circoncision d’un enfant de l’assuré. Les frais funéraires sont versés en cas de décès de la mère de l’assuré, de son père, de son conjoint, ou de son enfant. La compagnie participe également avec une contribution à certains événements en versant des indemnités forfaitaires en cas de départ en retraite, départ aux Lieux saints de l’islam «Hadj/Omra» et réussite au BAC/forfait scolarité. » Source : Site CAARAMA.

 

Gisements de contribution volontaire

Le principe de « Culture-building» « qui vise à installer une culture de l’assurance auprès de nos concitoyens » est l’ambition et la préoccupation de tout le staff dirigeant de CAARAMA. Il y a des gisements de partenariat qui restent inexploités, déduit-on, car les institutions ne saisissent pas ces opportunités pour réduire au minimum et à peu de frais les risques de sinistres qui reviennent si cher à la collectivité.

Le gouvernement, les institutions financières et les caisses d’assurances sociales, les mutuelles et le mouvement associatif sont interpellés : l’indice d’assurance des personnes est un indicateur du développement réel d’une économie. Un séminaire international s’impose sur ces thèmes économiques et sociaux, de culture de gestion des risques.

O. Larbi


Pour une cotisation de 60 DA par mois Bénéficiez d’un capital allant jusqu’à 200 000 DA

D’après le P-DG de Caarama Assurance, il existe deux types de gens, ceux qui s’en remettent à la fatalité en cas d’accident et ceux qui prévoient ce risque en souscrivant une assurance.

 Le citoyen actif qui prend une assurance et paye régulièrement ses cotisations se met à l’abri ainsi que les membres de sa famille en cas de décès par exemple.

En cotisant une somme de 60 DA par mois, les ayants droit de l’assuré peuvent bénéficier jusqu’à 200 000 DA en cas d’accident regrettable. En matière d’assurance-vie, les employés de Sonatrach ont une assurance de 6 millions de DA par tête. Remettre une telle somme aux membres de la famille est beaucoup plus confortable financièrement que de recevoir le chèque de la Cnas.

 

Faire de l’assurance un moteur de l’économie

Le P-DG de Caarama Assurance a appelé les décideurs à accorder plus d’importance au secteur des assurances qui constitue un moteur de croissance pour l’économie des pays développés.

Selon M. Naouri, le taux de pénétration du secteur dans l’économie nationale est très faible par rapport à ce qui se fait ailleurs dans le monde.

Sur le plan continental, l’Afrique du Sud est le pays où le taux de pénétration des assurances est le plus important avec un taux de 12%.

 

Assurance de personnes : Pas assez développée

Selon M. Naouri, la culture de l’assurance de personnes n’est pas encore ancrée chez la population algérienne. Sur ce plan, le P-DG de Caarama Assurance a fait remarquer qu’il reste  un grand effort à faire en matière de communication pour convaincre et faire comprendre aux gens que l’assurance est indispensable, elle n’est pas chère et elle peut rendre service en cas d’accident.

Rachid Rachedi

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.