Forum

Usage du dopage en milieu football : Le carton rouge de Abidat

Publié par Said Abjaoui, Rachid Rachedi le 30-01-2016, 18h13 | 147
|

Un mal qui ronge progressivement le sportif qui accepte d'encourir tous les dangers pouvant menacer gravement sa santé, c'est le dopage et c'est également l'usage de drogues. Pour ce type de sportif, la gloire compense tous les maux physiques susceptibles de l'affecter, sachant que le cœur peut se fatiguer et ne plus jouer convenablement son rôle de pompe.

L'invité du forum de DKNEWS a énuméré à la fois les risques graves pour la santé et les précautions à prendre dans la consommation des médicaments, de certains médicaments. L'invité, Mr Abdelkrim Abidat,   est expert international, chargé de la prévention généralisée et il est intervenu sut le thème «prévention et lutte contre le dopage en milieu sportif».

Prévention et lutte contre le dopage en milieu sportif. Plutôt en milieu de football. Une conférence débat qui a abandonné le terrain théorique pour emprunter la voie de la pratique, et montrer aux pratiquants de cette discipline quelques unes des erreurs qu'ils commettent en croyant qu'ils s'en tireront sans grand risque, c'est-à-dire échapper au contrôle de dopage.

Il y a des produits qui pour eux ne leur font aucun risque d'être découverts. Certains en consomment parce qu'ils pensent que cela n'est pas décelable, alors que d'autres en prennent  disent ils par ignorance que le test de dopage de ces produits particuliers ne sera jamais positif.

Il y a des médicaments qui sont répertoriés dans la nomenclature des produits dopants. Ceux là sont bien connus mais certains sportifs trop ambitieux en matière d'endurance ou d'exploits en prennent en pensant que peut être ils ne seront pas contrôlés. Loi du hasard. Mais même s'ils ne sont pas désignés  pour subir le test de contrôle, leur performance du jour peut jeter sur eux la suspicion, et les ajouter dans la liste des joueurs à contrôler.

Pour un médicament non encore répertorié, c'est un médicament pensent ils qui ne pourra jamais avoir les vertus d'un dopage. Et combien le contrôle de dopage soit d'abord réalisé et que le test s'avère positif, ils pourront toujours faire preuve de bonne foi en brandissant l'ordonnance du médecin ou la recommandation du pharmacien. Le néo codion par exemple peut être conseillé par le pharmacien  consulté pour un rhum ou un mal de gorge. Le sportif consomme sans prendre la peine de lire la notice qui accompagne ce médicament. La notice précise bien que l'usage du médicament expose au test positif pour contrôle de dopage.

Des techniques de contrôle rapide existent aujourd'hui et les résultats sont pratiquement immédiats, soit quelques minutes seulement au lieu de recourir à un examen fait à l'étranger et dont le résultat, arrive au bout de six mois, pénalisant le joueur suspendu durant la période d'examen du test.

Un appareil nouveau, petit, non encombrant, ou va détecter avec précision le genre de drogue  consommée par le toxicomane ou la « nature du produit ayant servi au dopage.», a indiqué Abdelkrim Abidat, président du Conseil national des associations pour la sauvegarde de la jeunesse. Le Dr Amrane qui accompagnait Mr Abidat, a présenté le dit appareil et confirmé les dires du conférencier.

Concernant les jeunes accoutumés à la drogue, Mr Abidat fait remarquer que les jeunes ont tendance à abandonner le hachich et la drogue au bénéfices des comprimés plus faciles à leur transport. L'association organise des campagnes antitabac et anti-sida dans les différentes cités et localités au niveau national. Afin de prévenir et de lutter contre la drogue dans les quartiers, un projet pilote, soutenu par le ministère de la Jeunesse et des Sports, a été mis en place.

Said Abjaoui


À retenir à retenir à retenir à retenir

4 cas de dopage en une saison !

Après la rue, la drogue fait son apparition dans le milieu sportif algérien. En une saison (2015/2016), 4 cas de dopage ont été signalés et révélés au grand public. En plus de ternir l’image du sport et des clubs, la révélation de ces cas a mis, prématurément, un terme à la carrière sportive de trois espoirs du football algérien (Belaili, Boussaïd et Ghassiri) ayant écopé d’une suspension de quatre années et plus. «Cette situation alarmante nécessite une action commune pour mettre un terme à ce fléau qui menace les différentes disciplines sportives», a souligné M. Abidat. Rappelons que la commission de discipline qui traite toute infraction à la réglementation prévoit des sanctions qui vont de 2 ans et plus pour un contrôle positif aux substances psychoactives et produits dopants, et une sanction de 4 ans et plus pour un contrôle positif à une substance interdite.

 

Une campagne de sensibilisation destinée aux joueurs de Ligue1 et Ligue 2

Lors de son intervention, M. Abidat a signalé qu’une campagne d’information et de sensibilisation a été lancée pour informer les joueurs professionnels évoluant en Ligue1 et en Ligue2, sur les risques encourus en cas de prise de médicaments sans avis médical ou bien en cas d’injection de produits dopants. Le premier club ayant répondu à l’appel de M. Abidat fut le CR Belouizdad. «L’objectif de cette campagne est d’informer les joueurs sur les conséquences de l’automédication et du dopage. Un joueur contrôlé positif à une substance contenue dans un médicament est suspendu pendant trois mois par la commission de discipline jusqu’à la parution des résultats finaux. Notre but est d’apprendre aux athlètes à déchiffrer les notices avant la prise de médicament pour éviter toute confusion» a-t-il souligné.

 

Le résultat apparaît au bout de 5 minutes : Des tests mobiles pour contrôler les joueurs

Pour un joueur professionnel, prendre une substance médicamenteuse, même à titre curatif, peut induire des résultats positifs lors d’un test antidopage. Même si l’intention est bonne, le joueur doit se justifier auprès de la commission antidopage et expliquer son geste. Pour éviter que de tels incidents ne se produisent, des tests mobiles sont disponibles et les clubs sont appelés à les utiliser à l’avenir. Les  résultats du test dont la sensibilité dépasse les 90%, apparaissent  en seulement 5 minutes. Il dépiste aussi bien les substances interdites (drogue, opiacées, etc.) que les substances médicamenteuses.

Rachid Rachedi

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.