Forum

La présidente de l'Union des jeunes africaines invitée du Forum de DK News : «L’avenir du continent est entre les mains de sa jeunesse»

Publié par Said Abjaoui, Rachid Rachedi le 09-03-2016, 23h10 | 233
|

L'Union panafricaine de la jeunesse était à l'honneur hier au Forum de DKNews dont elle était l'invitée pour débattre de la femme africaine et arabe. Sa présidente, Mme Francine Muyumba, à l'occasion de la Journée mondiale de la femme, a beaucoup insisté sur les conditions de promotion de la femme africaine, et de la jeunesse africaine.

Si l'Afrique d'aujourd'hui , c'est-à-dire l'UA, n'est pas comparable à l'Afrique du temps de l'OUA dont les pays étaient dirigés par de grands noms, des hommes qui avaient arraché l'indépendance, tels par exemple Patrice Lumumba, N'Krumah, Modibo Keita, Mandela il en demeure encore  de ceux qui ont pris conscience que les volontés des peuples doivent être respectées,   et que la jeunesse africaine est arrivée à sa maturité, à un niveau   où elle est adaptée à la réflexion et à l'action que celle-ci sous-tend  dans un contexte mondial qui a beaucoup changé.

Peut-être y a-t-il des conflits de génération, des difficultés pour la jeunesse à  tout à fait faire admettre sa vision. Question de démocratie ?   Il ne faut certes pas appliquer le modèle version occidentale aux sociétés africaines dont les clivages internes ne sont pas ceux de l'Europe, mais chercher un modèle adapté qui fait participer la société à la gestion de sa destinée. La jeunesse tend à vouloir s'intégrer aux niveaux de l'élaboration des choix des orientations  et de l'aide à la prise de décisions. La jeunesse africaine n'est pas encore toute mobilisée pour participer aux rencontres internationales de la jeunesse autant que les organisations de jeunes des continents  asiatique, européen, américain, mais de plus en plus, elle en prend conscience pour agir en conformité.

Il faut bien le dire qu'il y a problème quand de l'extérieur du continent, les regards étrangers se braquent à travers des fenêtres qui leur donnent la perception qu'elles s'ouvrent toutes sur des conflits internes. Oui le problème est réel, et on se dit quand même que l'UA est décidée à prendre en charge ses problèmes de façon à leur trouver des solutions africano-africaines.

Mme la présidente de l'Union panafricaine ne croit pas que tout est sombre ou qu'il faille tout assombrir.  Il faut mettre l'accent sur les politiques des réformes qui s'élaborent en Afrique et il faudrait tenir compte que depuis la création de l'UA, les mécanismes de règlement des conflits sont mis en place, des mécanismes juridiques liés au fonctionnement du Conseil de paix et de sécurité et d'intervention de forces en attente. L'espoir existe mais il va falloir d'abord éradiquer les organisations terroristes qui œuvrent en Afrique.

Mme la présidente a beaucoup insisté sur l'aide aux jeunes dans le domaine de la capacité à acquérir pour leur inculquer des mentalités d'investir et les soutenir durant les premières phases.

Elle souhaite également que les prochaines rencontres à Alger de la jeunesse africaine autour des projets d'investissements communs ou individuels vont aboutir à des succès.   La généralisation de ce type de coopération amèneront à l'uniformisation  des législations nationales africaines, soit des pas à faire vers la possible création d'une Afrique plus soudée.

La cinquième assemblée générale de la conférence de Kigali qui s'est tenue cette semaine à Alger à laquelle a participé Mme la présidente Francine Muyumba a fait des recommandations à même de «faire les armes». Rappelons que cette  conférence  s'est tenue à Alger les 7 et 8 mars et est relative au rôle des organes de la sûreté dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes et jeunes filles.

Said Abjaoui


"La jeunesse doit préserver la paix et de la sécurité en Afrique"

Après avoir pris part au combat pour l'émancipation des peuples africains et la libération du continent du colonialisme, la jeunesse africaine se retrouve aujourd'hui confrontée au terrorisme, un nouveau défi qui incombe une collaboration et une solidarité entre tous les pays sans exception.  "La libération du continent africain s'ait fête par des jeunes dont la plupart étaient âgés de moins de 35 ans. Aujourd'hui avec tous les problèmes sécuritaires qui se posent dans le continent, la jeunesse africaine est appelé encore une fois à se mobiliser et à faire face ensemble à ce nouveau défi. L'Avenir du continent est entre les mains de sa jeunesse" a indiqué Mme Francine Muyumba qui a ajouté que les jeunes doivent faire preuve de patriotisme, défendre leur souveraineté et préserver la paix et la sécurité dans leurs Etats.

 

Signature d'un protocole avec l'Union africaine pour la promotion de l'entrepreneuriat

Pour la première fois de son histoire, l'Union des jeunes africaines a signé un protocole avec l'Union africain pour la mise en place d'une stratégie concrète pour la promotion de l'entrepreneuriat dans le continent. "L'objectif de cet accord est d'assoir une liberté économique et politique en Afrique" a indiqué Mme Muyumba. Ce protocole permettra au continent de faire face aux différents problèmes économiques, créer de la richesse et de l'emploi.

 

Permettre aux jeunes de participer à la prise de décision

La présidente de l'UJA qui s'est dite "très honoré" d'être de retour en Algérie a l'occasion de la 5e Assemblée générale de la conférence de Kigali sur le rôle de la police africaine dans la lutte contre la violence faite aux femmes et aux fille, organisée par suite à l'invitation de la Direction général de la Sûreté nationale (DGSN), a félicité le gouvernement algérien pour l'adoption de la nouvelle Constitution qui d'après elle ouvre de nouvelles portes aux femmes et aux jeunes. "La nouvelle Constitution qui consacre le principe de parité entre les hommes et les femmes, offre de nouvelles possibilités aux jeunes Algériens en leur permettant de participer à la gouvernance et à la prise de décision" a souligné Mme Muyumba.

 

Faire entendre la voix de la jeunesse africaine

Profitant de l'invitation du Secrétaire général de l'Organisation des nations unies pour prendre part aux travaux de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, les représentants de la jeunesse africaine ont fait entendre leur voix en affichant leur désir de prendre part aux décisions qui concernent le continent. Saisissant cette opportunité, l'UJA a défendu les positions de l'Union africaine d'avoir une place permanente au Conseil de sécurité de l'ONU. "Il est important pour l'Afrique d'être représentée au sein de cette instance internationale. Aujourd'hui, plus de 60% des affaires traitées par le Conseil de sécurité de l'ONU concernent le continent africain d’où la nécessité d'avoir un regard africain sur les questions qui concerne les pays du continent.    

 

35% des femmes dans le monde sont exposées à la violence

D'après la présidente de l'UJA, 35% des femmes dans le monde sont exposées à une forme de violence. "Les violences faites aux femmes et aux filles ont atteint des niveaux inacceptables. Aujourd'hui, une femme sur trois est victime de violences physiques ou sexuelles. Dans la majorité des cas, les femmes souffrent en silence et n'osent pas dénoncer leurs agresseurs. Seules 10% d'entre elles osent le faire et portent plainte" a-t-elle souligné.

 

Hommage aux femmes palestiniennes et sahraouies

A l'occasion de la célébration de la Journée internationale de la Femme (8 mars), le président du Rassemblement pour la jeunesse algérienne (Raja), M. Nabil Yahiaoui, a rendu un vibrant hommage aux femmes palestiniennes et sahraouies. "Ces dernières jouent un rôle important dans la lutte de leurs peuples pour l'autodétermination" a souligné M. Yahiaoui. 

Rachid Rachedi


  • Union de la jeunesse panafricaine

Une médaille de l'Union de la jeunesse panafricaine délivrée à l'Algérie en 1996 a été remise comme décoration à la présidente. Des burnous ont été offerts à l'actuelle présidente et à la représentante  de la jeunesse sahraouie.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.