Forum

La championne olympique et ambassadrice de bonne volonté de l'Unicef, mme Hassiba Boulmerka, l'invitée du forum de dk news : Plus besoin de s'entraîner à l'étranger

Publié par Said Abjaoui le 11-05-2016, 19h34 | 84
|

Les impératifs d'une politique sportive et de la planification Oser et s'imposer

Eté 1992 était née une étoile aux Jeux olympiques de Barcelone. Une reconnaissance mondiale, car  
d'envergure mondiale. Hassiba Boulmerka. Elle venait de battre le record olympique sur 1500m.  

Un record jamais battu à ce jour. Au vu des conditions dans lesquelles Hassiba Boulmerka avait évolué, un journaliste étranger posait la question si c'est le diable ou les anges qui avaient  accompagné la championne.

Oui, c'était l'un ou les autres qui l'avaient accompagnée. Il faut voir Hassiba avec les yeux de l'époque et pas ceux d'aujourd'hui.

L'Algérie à l'époque ne disposait pas en ce temps-là  des moyens adéquats qui existent aujourd'hui.
A l'époque, bien qu'étant des éléments formés  d'abord par l'Algérie dans des écoles algériennes il avait tout de même fallu à Boulmerka aller en Allemagne et à Morsli d'aller aux Etats-Unis pour continuer à se former et à pousser plus loin leurs capacités intégrales et ce, afin d'augmenter leurs capacités globales, physiques et mentales. Cet été 1092 a été obtenue une moisson d'or récoltée la première fois par l'Algérie,  c'est-à-dire par Hassiba et à Barcelone. Pourquoi depuis lors, n'y a-t-il eu plus «d’autres Hassiba Boulmerka, d'autres Morceli» ? ?20 ans plus tard, soit en août 2012, Hassiba répondit : «Il n'y a pas de politique sportive en Algérie».

Sentence toujours valable aujourd'hui?
La situation n'a pas tellement évolué aujourd'hui.  Dans les années 70 et 80, il y a avait une politique sportive. Les clubs par exemple étaient parrainés par des entreprises économiques. L'Etat ose et s'impose.  Il y avait une planification. On décelait une compétence et on s'occupait d'elle. C'était ainsi que Hassiba fut découverte en 1985 et remporta la première médaille  d'or olympique pour l'Algérie après qu'elle ait progressé sur le plan national et africain en battant des records qui la rapprochaient de l'exploit réalisé aux Jeux olympiques de Barcelone.

Les joueurs de football qui ont constitué la grande équipe qui a battu l'Allemagne en 1982 sont le résultat de la planification. La situation n'a pas évolué dans le bon sens. Avec le sport de masse, à travers le sport scolaire, il y avait au moins 36000 licenciés, pourquoi y en a-t-il aujourd'hui  moins  de trois  mille ? Quel rôle pour   les DJS ?    

A l'époque où en Algérie l'athlète avait une dimension qu'il ne pouvait plus dépasser qu'en allant s'entraîner à l'étranger, Hassiba s'était déplacée en Allemagne et Morceli aux Etats- Unis. Dans ces ces deux pays, les conditions d'entraînement étaient meilleures qu'en Algérie car on y disposait du calme obligatoire pour une concentration et des conditions de sécurité. Il ne faut pas oublier la situation d'insécurité qui régnait en Algérie durant  la décennie de la tragédie.  La solution à venir ? Elle existe sous certaines conditions. Un exemple que notre championne cita. Elle avait pensé à un modèle généralisable  à toute l'Algérie et qu'elle avait commencé à appliquer à Constantine.

Un grand centre multi sportif (multi-discipline) fut implanté dans cette wilaya et fonctionne avec plus de 400 élèves. C'est un véritable centre qui porte une attention très particulière à chacun de ces élèves avec l'idée de généraliser ce modèle à l'échelle nationale. L'encadrement  est de qualité avec des cadres multidisciplinaires qui assurent un suivi médical, psychologique, et même scolaire.  Ainsi, il s'agirait de déceler de futurs champions et particulièrement d'assurer leur éducation en complément de celle reçue dans le milieu parental., Un problème demeure et il est le plus important.

C'est la démission totale des parents. Même convoqués, les parents ne viennent pas. Concernant les conditions d'entraînement, l'Etat aujourd'hui répond à toutes les exigences de logistique. Nous disposons dit Hassiba de merveilleuses installations sportives remplissant toutes les conditions. Nous ne les avions pas à notre époque et c'est bien  dommage. Il y a des centres qui peuvent accueillir nos athlètes dans des conditions au moins équivalentes aux centres étrangers : le centre de Sétif, celui de Biskra...et d'autres encore.



Apaiser les tensions pour faire avancer le sport

La présidente de la Commission du sport féminin au sein du Comité olympique algérien (COA), Hassiba Boulmerka, a invité hier les membres des différentes fédérations sportives à s’organiser et à travailler en équipe pour trouver des solutions concrètes qui contribueront à faire avancer le sport en Algérie.

La médaillée d'or aux Jeux de Barcelone qui a reconnu la complexité de cette tâche, a souligné que les responsables doivent faire preuve de bonne volonté et apaiser les tensions qui existent entre eux pour le bien du sport et des jeunes athlètes algériens.

«On est épargné par les scandales de dopage»

Intervenant sur les différents scandales de dopage qui ont éclaboussé ces dernières années l’image du sport mondial, Mme Boulmerka a indiqué que les sportifs algériens de haut niveau sont épargnés par ce fléau. «Il est vrai que quelques cas de dopage ont été signalé par la commission olympique mais la plupart d’entre eux sont des cas de contamination par des compléments alimentaires ou des vitamines.  D’ailleurs, les laboratoires concernés ont reconnu leur faute et les sportifs contrôlés positifs ont été sanctionnés» a-t-elle souligné. D’autre part, l’actuelle présidente de Mawahib Athlétic Club, a préconisé de sensibiliser les jeunes écoliers aux problèmes du dopage à travers l’organisation de cours spécifiques dans les établissements scolaires.

Des centres de préparation de haut niveau

Depuis quelques années, l’Algérie a construit plusieurs écoles olympiques ou centres de préparation pour les athlètes de haut niveau à l’image de celui de Sétif, l’un des plus beaux centres d’entraînement au monde, d’après Mme Boulemrka.

Implanté dans un site stratégique et disposant de plusieurs terrains d’entraînement, de piscine, d’une clinique, de chambres d’hébergement et de restaurant,  le centre offre toutes les conditions nécessaires pour une bonne préparation des athlètes. Des centres similaires ont été construits à Biskra, Alger (Souidania), Ouargla, Oran et bientôt dans la wilaya de Tamanrasset.

R.R

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.