Sports

CAN-2019 : Hayatou réagi aux déclarations d'Ahmad Ahmad

Publié par DKnews le 09-08-2017, 16h31 | 2
|

L'ex-président de la Confédération africaine de football (CAF), le Camerounais Issa Hayatou, a réagi mardi aux déclarations de son successeur malgache Ahmad Ahmad qui avait estimé que le Cameroun "n'était pas prêt" à accueillir la Coupe d'Afrique des nations (CAN) en 2019. 

"Il faut venir d'abord constater avant de sortir ce qu'il (Ahmad) a sorti.  A l'heure actuelle, le Cameroun a déjà cinq stades, on ne parle pas de ceux qui sont en train d'être construits.  Personne ne peut dire que le Cameroun n'a rien fait.  On peut compter le nombre de pays qui ont ce que nous avons là.  Nous sommes en avance.  

Il (Ahmad) n'est pas obligé de faire ce que j'ai fait mais il est obligé de rester près de la logique et de la loi", a dit Hayatou sur les ondes de RFI.  

"A l'heure où nous parlons, on a deux ans devant nous, on ne peut pas juger l'insuffisance du Cameroun à l'organisation de la CAN, deux ans avant.  

Il faut attendre que le délai arrive", a ajouté celui qui a présidé la CAF pendant 29 ans, de 1988 à mars 2017.  La semaine dernière, Ahmad a dit que le Cameroun "n'était pas prêt" à organiser la CAN-2019, étendue de 16 à 24 équipes par une décision de la CAF prise le 20 juillet.  

Il avait émis samedi l'hypothèse d'un "plan B", une "ouverture des procédures d'appel d'offres pour qu'il y ait d'autres (pays) qui participent" à l'organisation.  

Une mission d'inspection de la CAF doit se rendre au Cameroun du 20 au 28 août afin d'évaluer "si nous pouvons organiser cette CAN" dans le pays, avait précisé le président de l'instance africaine.  
Lundi, la Fédération camerounaise (Fécafoot) a fait part de sa "profonde consternation". 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.