Histoire

L'époque du général De Gaulle était la plus violente et la plus sanglante en Algérie

Publié par DKnews le 29-09-2017, 16h30 | 14
|

L'historien français Benjamin Stora a affirmé jeudi à Saida que l'époque du général De Gaulle a été "la plus violente et la plus sanglante" en Algérie.

Dans une communication intitulée "Les racines du nationalisme algérien", présentée lors d'une conférence organisée par l'association locale "culture et cinéma" en collaboration avec l'université de Saida, il a souligné que "le plan de Charles de Gaulle pour réprimer la Révolution algérienne a fait 140.000 morts parmi les Algériens durant la guerre de libération".

Benjamin Stora a soutenu que l'indépendance de l'Algérie a été "le fruit de la résistance des Algériens dans les batailles armées qu'ils ont livrées à l'armée française".

Il a, à cette occasion, évoqué son intérêt pour la recherche sur les origines du mouvement national, s'attardant surtout sur la personnalité militante de Messali Hadj, qui revendiquait l'indépendance de l'Algérie depuis les années vingt du siècle dernier.

Messali Hadj a fondé le parti "Etoile nord-africaine en 1925/1926, qui défendait les intérêts matériels, moraux et sociaux des Musulmans de l'Afrique du Nord. En 1929, la France a dissous ce parti à cause de la revendication de Messali Hadj exigeant l'indépendance totale de l'Algérie et il fonda le Parti populaire algérien (PPA) en 1937 jusqu'à 1939, ensuite le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), qui a encadré la lutte du peuple algérien depuis 1946 et qui fut dissout par le gouvernement français.

Messali Hadj mourut en 1974 en France et fut enterré en Algérie plus exactement dans la wilaya de Tlemcen.

A son arrivée mercredi à Oran, l'historien français avait soutenu que l'apaisement des relations algéro-françaises impliquait un "travail de deuil que doit faire la France en acceptant sa défaite et guérir de cette grande blessure qu'a occasionnée l'indépendance de l'Algérie".

"En France, le problème est qu'on n'accepte pas cette défaite", a-t-il déclaré, estimant que plusieurs explications "complexes et sophistiquées" sont avancées pour maquiller cette défaite, les uns estimant, selon lui, que le général de Gaulle aurait trahi les Français, alors que pour les autres la France a gagné militairement et perdu politiquement.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.