Actualité

Macron doit reconnaître "enfin et publiquement" à Alger les crimes de la colonisation française

Publié par Dk News le 06-12-2017, 17h34 | 6
|

Le président français Emmanuel Macron, en visite d'amitié et de travail mercredi en Algérie, doit reconnaître "enfin et publiquement" les crimes de la colonisation française, 55 après l'indépendance de l'Algérie, a appelé mercredi le politologue Olivier Le Cour de Grandmaison.

"Cinquante-cinq ans après la fin de la guerre d’Algérie, il est impératif de le faire en déclarant publiquement, dans la capitale de ce pays comme à Paris, que des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre ont été commis par la France depuis la prise d’Alger en 1830 et la +pacification+ de ce territoire par les colonnes infernales du général Bugeaud", a déclaré dans une tribune, dont l'APS a reçu une copie, cet auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la colonisation, estimant que c'est la seule façon de "rendre hommage aux centaines de milliers d’hommes et de femmes qui ont été tués, massacrés, exécutés sommairement, torturés ou qui ont fait l’objet de disparition forcée".

 Lire aussi: Le président français entame une visite d'amitié et de travail en Algérie

S'adressant à ceux, en France, qui sont contre cette reconnaissance, le professeur de sciences politiques à l'Université Paris-Saclay-Evry-Val-d'Essonne a souligné que la "glorieuse" France républicaine se signale par "son conservatisme, sa pusillanimité et son mépris pour celles et ceux qu’elle a exploités, opprimés et massacrés au cours de son histoire coloniale, et pour leurs héritiers français ou étrangers", affirmant qu'Emmanuel Macron "doit mettre un terme à cette situation qui n’a que trop duré".

Il présume que le chef de l’Etat doit être "fidèle" au candidat qu’il a été, lequel admettait, en février dernier, lors de sa visite à Alger que "la colonisation était un crime contre l’humanité".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.