Monde

Tunisie: grogne sociale contre la hausse des prix, sécurité renforcée autour d'Institutions publiques

Publié par DKNews le 10-01-2018, 16h23 | 24
|

Des protestations contre la hausse des prix et la nouvelle loi de finances en Tunisie ont repris dans la nuit de mardi à mercredi dans des villes du pays, où des "unités de l'armée" étaient présentes, selon les médias locaux, sur les lieux d'Institutions publiques et privées afin de parer à des actes de pillage.

Pour la deuxième nuit consécutive, la grogne sociale monte notamment contre la hausse de la TVA entrée en vigueur au 1er janvier dans le cadre d'un budget d'austérité. Une manifestation à l'appel de plusieurs organisations de la société civile a rassemblé sans incident une centaine de personnes mardi soir dans le centre de la capitale Tunis, selon l'agence de presse TAP.

Des marches de protestations pacifiques pour dénoncer la cherté de la vie ont été également eulieu à Jebeniana et à Sfax, à l’appel des coordinations régionales de la campagne "Fech nestanou", (Qu'est-ce qu'on attend, ndlr) lancée en début d'année pour protester contre les hausses de prix, et auquelles ont pris part des représentants de la société civile, des jeunes et des diplômés sans emplois ainsi que plusieurs écoliers et lycéens dans la région.

Les manifestants ont scandé des slogans appelant le gouvernement à "revenir sur les dernières hausses des prix dictées par la nouvelle loi des finances, à consacrer la justice sociale et à mettre en œuvre des programmes de développement".

A Sfax, plusieurs étudiants, diplômés "en chômage" et composantes de la société ont revendiqué "l’annulation des nouvelles taxes et charges fiscales" imposées par la loi des finances 2018 compte tenu de leur "impact négatif sur le pouvoir d’achat du Tunisien".

Face à ce mouvement de protestation, le ministre des Finances tunisien, Ridha Chalghoum, a assuré que le gouvernement garderait le cap des augmentations d'impôts.

Lire aussi: Les Tunisiens dans la rue contre la cherté de la vie, le gouvernement s'engage à prendre des mesures

"Le chef du gouvernement s'est engagé à ne pas augmenter les produits de première nécessité", a-t-il indiqué. "Parmi les acquis de la démocratie il y a la possibilité de manifester, mais on a aussi l'obligation de travailler pour une économie tunisienne saine où cette croissance, qui a pointé le bout du nez en 2017, se consolide davantage et soit créatrice d'emplois", a-t-il ajouté.

Lors d'incidents ayant éclaté dans plusieurs villes depuis lundi soir, 49 agents de la police ont été blessés et plus de 200 personnes arrêtées, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur Khlifa Chibani. Des bâtiments publics ont été en outre endommagés et des routes coupées.

"Ce qui s'est passé hier constitue une violation de la loi puisque l'état d'urgence est déclaré en Tunisie", a affirmé Khlifa Chibani, porte-parole du ministère. Le pays a instauré l'état d'urgence il y a plus de deux ans après une série d'attentats terroristes sanglants.

Afin de parer à des actes de pillage par les manifestants, des unités de l’armée nationale ont été déployées près des Institutions et établissements publics à Jelma (gouvernorat de Sidi Bouzid) après que des heurts ont éclaté, mardi, entre manifestants et forces de l’ordre. Les protestataires, dont plusieurs des écoliers et lycéens, ont bloqué la route nationale n 3 reliant Tunis à Gafsa, mis le feu à des pneus et lancé des pierres sur les forces de l’ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène, selon les médias locaux.

Des "unités de l’armée" ont été déployées au centre ville de Tebourba (gouvernorat de Manouba) et à l’avenue principale de la ville d’El Battan pour protéger les établissements publics.

 

La classe politique appelle à un dialogue national économique et social

 

Plusieurs députés ont dénoncé mardi les actes de pillage qu'ont connues certaines régions durant la nuit de lundi à mardi, et mis en garde contre la gravité de pareilles dérives, appelant au respect du droit de manifester pacifiquement tel que garanti par l'article 37 de la Constitution et à l'ouverture d'un dialogue national économique et social.

Dans leurs interventions en plénière, les députés sont unanimes à croire que "certaines parties politiques sont à l'origine de ces mouvements pour servir leurs propres intérêts dans le cadre d'une campagne électorale précoce".

D'autres députés de l'opposition ont critiqué, pour leur part, une tentative de "réduire les protestations, contre la flambée des prix et la loi de finances 2018, à des actes de pillage et de vandalisme survenus la nuit". Selon eux, ces manifestations sont légitimes et la situation dans le pays commande une loi de finances complémentaire comportant des décisions annulant toutes les mesures prises.

De son côté, le secrétaire général de l'Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Noureddine Tabboubi a dénoncé mardi, à l'ouverture du 11ème congrès ordinaire de l'Union régionale du travail à Monastir, les actes de violence et de pillage, perpétrés la nuit, portant atteinte aux biens publics, et appelé à préserver l'intérêt du pays.

Les partis doivent assumer leurs responsabilités, a encore dit Tabboubi, soulignant le rejet de la violence et de l'anarchie, tout en appelant le peuple tunisien à participer aux prochaines élections municipales pour, a-t-il dit, "choisir les compétences capables de faire sortir le pays de cette crise".

Ces protestations interviennent au moment où la Tunisie s'apprête à organiser des élections municipales en mai prochain, attendues de longue date pour consolider la transition démocratique. Les élections étaient initialement prévues en décembre dernier, et avaient été reportées une première fois au 25 mars 2018, et après reportées pour la deuxième fois au 6 mai à la demande des principaux partis politiques.

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a mis en ligne son guide des candidatures pour le scrutin, qui définit  les procédures de candidature, de retrait, de recours, et de remplacement des candidats, le cas échéant.

L'ISIE a en outre publié une décision complétant et amendant une décision en date du 8 septembre 2014 relative aux procédures de vote et de dépouillement. Il s'agit notamment de l'ajout de la mention "municipale et régionale" et d'alinéas qui concernent les opérations de vote et le droit de vote aux municipales de mai 2018. Le vote des militaires et des forces de sécurité intérieure est  prévu le 29 avril.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.