Société

Très attendu par les fidèles clients de l’ENTMV : Le Tariq Ibn Ziyad bientôt de retour

Publié par Dk News le 21-02-2018, 20h16 | 275
|

Le car-ferry emblématique de l’Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV), Tariq-Ibn Ziyad, victime d’un incendie dans la nuit du 11 au 12 novembre 2017 alors qu’il effectuait une traversée ordinaire entre les ports de Marseille et Alger, reprendra la mer d’ici la fin du mois pour une première phase d’essais avant sa remise en service progressive.

Cette bonne nouvelle a été annoncée par les membres de l’équipage rencontrés à l’occasion d’une visite effectuée cette semaine par l’équipe de DK News au niveau du port d’Alger, pour s’enquérir de l’état avancement des travaux de réparation qui ont débuté dès son rapatriement au pays le 9 décembre dernier.   

Aujourd’hui, il ne reste plus beaucoup de traces visibles de cet incendie qui a provoqué des dégâts, à des degrés différents, sur une quarantaine de véhicules ainsi que sur les installations du garage, notamment le réseau électrique. La société chargée d’effectuer les réparations en l’occurrence l’Entreprise nationale de réparation navale (ENARV), a mobilisé plusieurs équipes dont celles d’Alger (en entier), Béjaïa et Oran (en partie), pour accélérer la cadence des réparations et permettre au navire de reprendre du service le plus rapidement possible.

«17km de câblage et une partie de la tuyauterie qui a fondu sous le coup de la chaleur, ont été ainsi remplacés. Les vérins de manœuvres qui permettent de soulever la rampe supérieure du garage ont fait également l’objet de réparations», a indiqué le second capitaine A.H. 

Une fois les travaux achevés, le navire devra faire l’objet d’une expertise pour renouveler ses certificats de sécurité et de navigation. Il subira également des tests pour mesurer ses performances et sa navigabilité. «La réglementation est très stricte à ce sujet. Le contrôle se fera par des experts dépêchés par les instances internationales mais également par ceux du ministère des Transports», nous a expliqué l’officier ingénieur B.M.    

Le rapport d’expertise incrimine un véhicule défectueux 

Selon un rapport établi par une commission d’enquête algérienne, chargée par le ministère des Travaux publics et des Transports de faire la lumière sur les circonstances de l’incident du Tariq, un véhicule embarqué (défectueux), serait à l’origine du feu qui a failli détruire le navire. Ledit rapport mentionne également que l’intervention rapide, coordonnée et précise des membres de l’équipage, a permis de contenir le feu et éviter que ce dernier ne se propage dans les autres compartiments du navire.

Les membres de cette commission considèrent à cet effet, que les procédures prévues en cas de départ de feu ont été rigoureusement appliquées. D’ailleurs, ces derniers ont souligné le professionnalisme et la bonne réaction de l’équipage qui a combattu l’incendie de façon tout à fait remarquable jusqu’à ce que le car-ferry accoste au port d’Alcudia (Espagne).

Le rapport mentionne également la bonne réaction des guides des passagers qui ont contribué à l’évacuation de l’ensemble des voyageurs en lieu sûr. Les enquêteurs ont conclu que, sans cette action, les fumées et les chaleurs dégagées par l’incendie auraient certainement causé des pertes humaines.

Conclusion générale, l’implication du navire et des membres de l’équipage dans le déclenchement de l’incendie a été totalement écartée par les enquêteurs. Ces derniers ont indiqué que les principaux certificats et documents du navire étaient en état de validité au moment des faits. L’effectif embarqué ce jour-là répondait non seulement aux exigences du certificat d’effectif minimum, mais il était également en surnombre pour répondre plus efficacement aux besoins commerciaux et de sûreté.    

Le pire évité grâce à l’intervention de l’équipage 

Samedi 11 novembre 2017 à 13h34, le navire battant pavillon algérien «Tariq Ibn Ziyad» quitte le port de Marseille à destination d’Alger. Vers 21h35, soit après 8h de route, l’alarme incendie retentit au niveau du car-deck (garage), indiquant un éventuel départ de feu.

Le matelot de quart est envoyé sur place pour vérification et ce dernier confirme l’incident. Immédiatement, le lieutenant informe le capitaine qui ordonne aussitôt l’exécution du plan d’urgence. «Dès lors, deux équipes sont constituées.

La première divisée en deux groupes, a été dépêchée au garage pour cerner et combattre l’incendie. Une seconde équipe a été déployée dans les compartiments passagers pour évacuer les voyageurs et refroidir le plancher afin de réduire la chaleur et éviter que le feu ne se propage», a indiqué l’officier ingénieur B.M. Parmi les les équipes d’attaque chargées de la lutte contre le sinistre se trouvait l’officier pont M.M.

Ce dernier, présent au premier rang durant toute la durée de l’opération d’extinction, a indiqué que «l’équipage, qui a suivi une formation de haut niveau, était bien préparé et tout à fait en mesure de faire face aux situations d’urgence quelles qu'elles soient leur nature. Les marins participent régulièrement à des exercices de simulation ce qui leur permet d’être toujours prêts».  Rejoignant son collègue, l’officier ingénieur B.M, a ajouté que «les membres de l’équipage, étaient tous conscients du danger auquel ils s’exposaient. Ils étaient motivés de surcroît par trois facteurs : L’instinct de survie, la sécurité des passagers et la préservation de leur outil de travail».

Le fait que l’équipage soit composé entièrement de marins algériens a par ailleurs facilité la communication et l’évacuation des voyageurs vers les lieux de rassemblements désignés au préalable a savoir le restaurant et le salon de thé.  Pendant toute la durée de l’intervention, l’équipage du Tariq devait faire face à un défi spécifique à la marine, l’extraction de l’eau utilisée pour l’extinction mais aussi pour le refroidissement du parquet du niveau supérieur. Avec les débris emportés, les eaux risquaient en effet de boucher les daleaux et les conduits d’évacuation.

Ce mélange appelé aussi «carène liquide», rend le bateau instable et augmente le risque de chavirer. Au bout de 4h de lutte acharnée le feu est maitrisé.

Le navire a pu accoster sans problèmes et avec ses propres moyens de propulsion au port d’Alcudia en Espagne. Jugeant l’intervention de l’équipage du Tariq suffisante, les pompiers espagnols ne sont montés à bord que 2h après l’arrivée du bateau. Une cellule de veille a été constituée pour surveiller les petits foyers et éviter que le feu ne reprenne. L’incendie a été totalement maîtrisé vers 8h du matin. 

Hommage appuyé au commandant à l’équipage et à l’ENTMV

Les membres de l’équipage rencontrés sur le chantier ont profité de cette occasion pour rendre un vibrant hommage au commandant du navire, aux marins et à l’ensemble des personnels de l’ENTMV, qui ont contribué au sauvetage du Tariq et des vies de ses passagers. Ces derniers ont mis en exergue le professionnalisme et le sang-froid avec lequel le personnel navigant avait géré la situation.

A cet effet, l’officier ingénieur B.M., a estimé que le premier responsable du navire avait fait confiance à ses subordonnés et n’a demandé l’assistance extérieure qu’au dernier moment.

«Le commandant a bien géré la situation. Il a fait confiance à ses hommes et a exécuté à la lettre son plan d’urgence. Il s’est dirigé vers la terre ferme la plus proche qui était dans ce cas-là le port de Alcudia, pour évacuer les passagers et mettre fin à ce regrettable incendie», a indiqué cet officier du Tariq qui a ajouté au passage que «sans la bonne intervention de l’équipage, l’entreprise aurait récupéré une épave au lieu d’un navire».

Notre interlocuteur a ajouté qu’un commandant étranger a déclaré en voyant les dégâts qu’avait subis le navire : «Si mon bateau avait subi 10% de ces dommages  je l’aurais abandonné  sans hésitation».  Rappelons qu’aucune victime n’a été enregistrée pendant cet incident.   
R. R.


Gestion de l’évènement : La cellule de crise de l’ENTMV a très bien rempli son rôle

Quelques minutes seulement après la survenance de l’évènement, soit vers 21h45, le président directeur général de l’ENTMV, convoque l’ensemble des directeurs concerné pour la constitution d’une cellule de crise. Vers 22h30, tous les responsables étaient réunis : la directrice des Affaires juridiques, le directeur Armement et technique, le directeur commercial, le directeur hôtellerie, ravitaillement et armement, le superintendant et les responsables des services de sûreté et de sécurité.

Le rapport établi par la commission d’enquête indique que chaque membre de la cellule de crise de l’ENTMV a pleinement rempli son rôle, tel qu’édicté par les procédures contenues dans le manuel de gestion de la sécurité de la compagnie. Les travaux de la réunion se sont poursuivis jusqu’à une heure tardive (3h35 du matin).

L’opération était suivie minute par minute au niveau de la direction générale. Les autorités locales étaient également tenues informées de l’évolution de la situation. Vers 9h du matin, le P-DG de l’ENTMV arrive à Alcudia pour s’enquérir personnellement de la situation et s’assurer de la bonne prise en charge de l’ensemble des passagers. Ce dernier a veillé au rapatriement de l’équipage hôtelier par avion tandis que le personnel technique est resté à bord. 
R.R.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.