Monde

Sahara occidental: la délégation de l'UE à Rabat doit limiter ses actions au territoire internationalement reconnu du Maroc

Publié par DKNews le 06-03-2018, 16h08 | 31
|

La délégation de l'Union européenne (UE) à Rabat doit limiter ses actions, dans le cadre de l'accomplissement de son  mandat, au territoire internationalement reconnu du Maroc et exclure le Sahara occidental, ont plaidé des eurodéputés.

Dans une question écrite adressée à la Commission européenne, de nombreux députés européens dont Bodil Valero, Josep-Maria Terricabras, Neoklis Sylikiotis et Renata Briano ont appelé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini à "confirmer que le mandat géographique et les activités de la délégation de l'UE au Maroc et de son personnel soient strictement limités au territoire internationalement reconnu du Maroc, et excluent le territoire du Sahara occidental".

Soulignant le statut "séparé" et "distinct" du Sahara occidental par rapport au Maroc tel que confirmé par la Cour européenne de justice (CJUE) dans son arrêt du 21 décembre 2016, les eurodéputés ont rappelé que le Commissaire européen à l'énergie et à l'action pour le climat, Miguel Arias Caneté avait déclaré que la Commission "tiendra dûment compte du statut séparé et distinct du territoire du Sahara occidental au regard du droit international".

De nombreux autres eurodéputés dont Javier Couso Permuy, Brando Benifei, Eleonora Evi, Fabio Massimo Castaldo et Isabella Adinolfi ont interpellé la Commission sur la visite organisée par la direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire (DG SANCO) dans les territoires occupés du Sahara occidental.

Une visite destinée à mettre à jour la liste des entreprises autorisées à exporter leurs produits vers l'UE, alors que la CJUE a stipulé qu'aucun accord commercial avec le Maroc ne peut être appliqué au Sahara occidental.

La mission de la DG SANCO s'était rendue le 7 décembre dernier dans plusieurs bureaux vétérinaires "dans le but de vérifier les systèmes de contrôle sanitaire existants en vue de mettre à jour la liste des entreprises autorisées à exporter leurs produits vers l'UE", a écrit la Commission en réponse à une organisation sahraouie qui demandait à rencontrer la délégation. 

Lire aussi: Règlement du conflit du Sahara occidental: poursuite d'un processus malgré les entraves marocaines

Les députés européens ont exigé, à ce titre, de la Commission de fournir une liste des établissements qu'elle a visités au cours de cette mission, et de préciser si des membres du personnel de la délégation de l'UE au Maroc ont participé à cette mission.

L'arrêt de la CJUE de décembre 2016 exclue définitivement le territoire du Sahara occidental du champ d’application des accords d’association et de libéralisation conclus entre l’UE et le Maroc, et reconnaît "sans aucune ambigüité" au peuple sahraoui le droit à l’autodétermination et à la souveraineté permanente sur ses ressources naturelles comme énoncé par la Charte des Nations unies.

Dans son arrêt, la CJUE reconnaît également au peuple sahraoui le droit d’être reconnu comme un tiers susceptible d’être affecté par la mise en oeuvre des accords UE-Maroc, qui doit ainsi donner son consentement quant à l’exploitation et à l’exportation de biens en provenance de son territoire.

En février 2018, la Cour européenne de justice a conclu également que l'accord de pêche UE-Maroc n'est pas applicable au Sahara occidental et aux eaux y adjacentes.

Selon la CJUE,  l’inclusion du territoire du Sahara occidental dans le champ d’application de l’accord de pêche enfreindrait plusieurs règles de droit international général applicables dans les relations entre l’Union et le Royaume du Maroc, notamment le principe d’autodétermination.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.