Forum

Le Pr Messaoud Zitouni, coordinateur national du plan cancer, invité hier du forum de dk news - Lutte contre le cancer : Le Pr Messaoud Zitouni insiste sur la prévention

Publié par DKNews le 14-03-2018, 18h30 | 76
|

La partie financière n’est pas le seul moyen qui permet d’endiguer le mal du cancer. Il faut organiser et former les acteurs  concernés, afin de mieux assumer leurs responsabilités médicales et professionnelles.

Mettant la prévention et le dépistage au centre du Plan national de la lutte contre le cancer qui enregistre un nombre de 45000 nouveaux cas chaque année,  le Pr Messaoud Zitouni, chirurgien qui n’est plus à présenter appelle à la mise en place d’une nouvelle stratégie politique en matière de lutte contre le cancer. «  L’Etat a donné tous les moyens nécessaires pour endiguer cette maladie mortelle, mais, malheureusement, le résultat ne suit pas sur le terrain pour plusieurs raisons », a-t-il déploré hier, lors de son passage au Forum DK News.

Accompagné du Pr Abid Mourad, chef de service de chirurgie CAC  de Batna, ainsi que Farid Benhamdine, président de la Société algérienne de pharmacie (SAP), Pr Zitouni a souligné d’emblée la nécessité d’adapter la stratégie de lutte contre le cancer dans un cadre global, tout en mettant en cause la responsabilité individuelle et collective.  Il est temps de jeter un pont avec le secteur de l’éducation, afin de développer l’éducation préventive au niveau de la tranche d’âge 12 à 15 ans et plus, afin de mieux prévenir d’améliorer le système de santé. 

Remettant en cause le modèle de la consommation quotidienne qui se répercute négativement sur la santé, le Pr Zitouni, n’a pas manqué de pointer le doigt sur la dégradation de l’environnement qui favorise l’émergence de plusieurs virus et facteurs de propagation des maladies chez les individus. 
La mauvaise alimentation transforme le comportement des personnes au point de négliger leurs propres santés. 

Situant le danger qui suit les patients pour les hommes à partir de 60 ans    et de 57 ans pour les femmes, l’invité du Forum a révélé que le programme de lutte contre la prostate a donné des résultats assez importants, et ce, contrairement aux femmes, dont le résultat reste plus faible, en raison du cancer des seins qui frappe une grande frange de femmes en Algérie et dans le monde.   

Déplorant le comportement des individus  qui sont à l’origine de la propagation de cancer,  l’initiateur du Plan national de lutte contre le cancer, n’a pas lésiné pour déclarer ouvertement qu’il faut aller dans le sens du changement des mentalités, afin d’avancer et améliorer le service médical.

« L’Etat a mis en place des lois qui interdisent le tabac dans les places publiques. Mais, concrètement, on ne voit pas l’application sur le terrain. La politique de lutte contre le tabagisme qui enregistre un taux de 70% dans le cancer est très faible », a-t-il regretté.

Le prix du paquet de cigarettes a été estimé à 1000 DA en Australie, alors que le prix d’un paquet de cigarette est de 200 DA en Algérie.

La partie financière n’est pas le seul moyen qui permet d’endiguer le mal. Il faut bien organiser et former les acteurs  concernés, afin de mieux assumer leurs responsabilités médicales.

S’exprimant avec des arguments  scientifiques et loyaux, tout en faisant appel aux expériences des pays développés dans le secteur médical, le Pr Zitouni, n’a pas hésité à déplorer l’égoïsme des médecins qui travaillent en solo au lieu de travailler en concertation globale qui a mis en place l’ensemble des voies et moyens et travailler  dans un cadre interdisciplinaire pour lutter de manière efficace et continue  contre le cancer qui ne pardonne pas.

Amar CHEKAR


Des charlatans proposent leurs services à 400.000 DA/patient

Pr Zitouni n’a pas manqué d’éveiller l’intelligence citoyenne, afin de ne faire confiance qu’aux médecins.  Les médecins ont la responsabilité médicale et morale vis-à-vis des patients. Contrairement aux charlatans qui profitent des situations et de l’ignorance et autres faiblesses, et qui arnaquent les patients.

Voilà pourquoi l’Etat assure le traitement des maladies cancéreuses.    « On ne peut demander à un patient de payer  400.000 DA. L’Etat assure la gratuité des soins. Même s’il y a quelques points faibles, on peut toujours y remédier », a-t-il soutenu en réponse à une question qui porte sur le remboursement des frais au niveau de la CNAS. De son côté, Pr Abid Mourad, chef de service de chirurgie du Centre algérien du cancer (CAC) venu de Batna pour apporter une valeur ajoutée au secteur médical, a souligné que le centre de Batna accueille les patients de toutes les wilayas. 

Les RDV réservés aux patients ne dépassent pas 1 mois.  Par ailleurs, Dr Abid a déploré le manque des consommables qui répondent aux besoins des médecins et du centre de manière générale.
A.C.


80% des cancers seraient causés par des facteurs liés à l’environnement et à l’alimentation 

Plus de 80% des cancers qui se manifestent chez l’être humain seraient causés par des facteurs liés à la pollution, au tabac et aux changements des habitudes alimentaires. Une grande partie de ces cancers pourrait être évitée avec une bonne hygiène de vie, une alimentation saine et un peu d’exercice.

«La lutte contre la progression de la maladie passe par le changement du comportement individuel et sociétal», a indiqué le Pr Messaoud Zitouni.  Le cancer existait avant mais il n’était pas aussi répandu car l’espérance de vie était inférieure à celle d’aujourd’hui. C’est une maladie essentiellement du sujet âgé (au-dessus de 60 ans pour l’homme et 57 ans pour la femme). 

La transition épidémiologique qui s’est opérée depuis l’indépendance avec la disparition des maladies transmissibles et l’apparition de nouvelles maladies non-transmissibles, l’augmentation de l’espérance de vie et l’amélioration du système de santé ont contribué à la progression de la maladie. Pour y faire face, l’Etat a déployé beaucoup d’efforts, notamment sur le plan financier.

Le Plan cancer, tracé par les plus hautes autorités de l’Etat, coordonne les efforts visant à lutter contre la progression de la maladie. «L’Algérie est l’un des premiers pays, économiquement comparables, à adopter un plan cancer.

Il a été adopté par le Conseil des ministres du 24 mai 2015, ce qui lui confère une valeur institutionnelle incomparable. Toutes les étapes de la mise en œuvre de ce plan sont sanctionnées par des rapports réguliers transmis aux plus hautes autorités de l’Etat», a souligné le Pr Zitouni.      
Rachid. Rachdi.   


Centre anti-cancer de Batna : Des rendez-vous pour la radiothérapie en 1 mois

Epargné du problème des rendez-vous «récurrent» qui se pose depuis longtemps au niveau d’Alger, le Centre anti-cancer de la wilaya de Batna, propose à ses patients atteints de cancer, des rendez-vous pour la radiothérapie ne dépassant pas un mois alors qu’en chirurgie les délais d’attente varient entre 20 et 30 jours à partir de la première visite du patient. 

«Ces résultats positifs ont été obtenus grâce aux moyens techniques et humains mis à notre disposition mais également grâce au caractère régional du centre», a indiqué hier le Pr Mourad Abid, chirurgien chef du service oncologie au Centre anti-cancer de Batna. 

L’éminent spécialiste qui a mis en exergue le saut quantitatif et qualitatif réalisé en matière de prise en charge du cancer dans le pays (que ce soit en nombre de nouveaux centres ouverts ou bien des moyens et techniques utilisés), a avoué qu’il reste un effort supplémentaire à faire sur le plan organisationnel, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en consommables, pour assurer la pérennité et l’efficacité du Plan cancer.  
R.R.


Pr Farid Benhamdine, président de la Société algérienne de pharmacie : «60% des médicaments importés ou distribués par le PCH sont destiné au traitement du cancer»

Plus de 60% des médicaments importés ou distribués par la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), sont destiné au traitement des différents types de cancer, a affirmé hier le Pr Farid Benhamdine,  président de la Société algérienne de pharmacie. L’invité du Forum a souligné que le budget réservé à l’achat des médicaments a été multiplié par dix (10) au cours de ces dix dernières années et une grande partie de ces ressources financières a été orientée pour l’achat des anticancéreux.

«Un énorme effort a été fait par les pouvoirs publics pour assurer la disponibilité des médicaments en Algérie et pourtant on trouve toujours des personnes qui ne sont pas satisfaites de résultats obtenus jusqu’à aujourd’hui», a souligné le Pr Benhamdine qui a indiqué au passage que le coût du traitement annuel d’un seul patient atteint de cancer peut atteindre ou dépasser les 40 000 euros.

L’intervenant qui a émis plusieurs recommandations pour améliorer la prise en charge médicale des patients notamment en ce qui concerne le choix des traitements, a exprimé le souhait de prendre part aux réunions de concertations pluridisciplinaires organisées par le comité national de pilotage et de suivi du Plan cancer afin de permettre aux pharmaciens d’apporter leur expertise et participer à la rationalisation des dépenses en offrant les meilleurs traitements au meilleur prix.

Le Pr Benhamdine a plaidé également pour l’introduction de cours de pharmaco-économie dans le programme de formation des pharmaciens pour renforcer leur capacité d’analyses et d’action. 
R.R.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.