Histoire

Assassinat de Maurice Audin : Plus d’une cinquantaine de personnalités demandent la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français

Publié par DKNews le 01-06-2018, 15h50 | 19
|

Plus d’une cinquantaine de personnalités, historiens, politiques, juristes, journalistes et cinéastes, ont demandé au président Emmanuel Macron de reconnaître la responsabilité de l’Etat français dans l’assassinat par l’armée française de Maurice Audin en juin 1957.

«Le 11 juin 1957, pendant la bataille d’Alger, Maurice Audin, mathématicien communiste de 25 ans, était arrêté par les parachutistes du général Massu devant sa famille, avant d’être torturé. Le jeune assistant à la faculté d’Alger n’en est jamais revenu, et l’armée française a fait disparaître son corps», ont d’emblée rappelé les signataires de la lettre ouverte adressée au président Macron.

Ils ont souligné que tous ceux qui ont travaillé sur cette «affaire» ont établi que Maurice Audin avait été torturé et assassiné par l’armée française, agissant dans le cadre des pouvoirs spéciaux votés par le pouvoir politique.

Ils estiment, dans cette lettre ouverte dont une copie est parvenue à l’APS, que le moment est venu pour «des actes forts sur cette période de l’histoire», comme Emmanuel Macron en avait promis.
Pour eux, la reconnaissance des sévices subis par Maurice Audin, puis de son assassinat par l’armée française «serait cet acte fort» ( ) «pour sa famille d’abord, qui attend depuis plus de soixante ans, mais aussi pour les milliers d’Algériens +disparus+ comme Maurice Audin de l’autre côté de la Méditerranée».

«Des deux côtés de la Méditerranée, les mémoires algérienne et française resteront hantées par les horreurs qui ont marqué cette guerre, tant que la vérité n'aura pas été dite et reconnue», ont-ils soutenu, estimant qu’il est aujourd’hui «grand temps d’apaiser cette mémoire pour aller de l’avant».

En février dernier, l’affaire a été relancée médiatiquement après le témoignage d'un ancien soldat français appelé de contingent, publié par le quotidien L'Humanité, qui pense avoir enterré le corps de Maurice Audin. «Je crois que c'est moi qui ai enterré le corps de Maurice Audin», avait confié ce témoin des atrocités qu'avait fait subir l'armée française aux Algériens durant la guerre de libération, qui a voulu garder l'anonymat en se tenant à la disposition de la famille Audin.

D’après son témoignage, les événements se sont déroulés dans une ferme à Fondouk (actuellement Khemis el-Khechna, Boumerdès) où, dans une cabane fermée à clé, se trouvaient «deux cadavres enroulés dans des draps et cachés sous la paille», avait raconté le témoin de 82 ans pour «soulager sa conscience et se rendre utile pour la famille Audin».

«J'ai d'abord l'impression de loin que ce sont des Africains. Ils sont tout noirs, comme du charbon», avait-il précisé, faisant état des propos du soldat Gérard Garcet, désigné plus tard par ses supérieurs comme l'assassin de Maurice Audin qui racontait «fièrement» avoir passé les deux victimes à la «lampe à souder (...) pour éviter qu'on puisse les identifier».

«C'est une grosse prise. Il ne faut jamais que leurs corps soient retrouvés», avait-il ajouté aux jeunes appelés, dont le témoin. Selon le député Cedric Villani (mathématicien), le président Macron lui a fait part de son «intime conviction» que Maurice Audin a été «effectivement assassiné par l'armée française».

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.