Santé

Angola : Un comité de l'ONU préoccupé par la malnutrition et le faible taux d'enregistrement des naissances

Publié par Dknews le 08-06-2018, 15h52 | 2
|

Le Comité des droits de l'enfant de l'ONU attend beaucoup des nouvelles autorités angolaises pour qu'elles s'occupent davantage des enfants après l'adoption de onze nouveaux engagements en faveur de la protection de l'enfance, a indiqué Hynd Ayoubi Idrissi, experte du Comité des droits de l'enfant et co- rapporteuse du Comité pour l'examen du rapport de l'Angola.

Les onze engagements, qui figurent dans la loi de 2012 sur la protection et le développement intégral de l'enfant, permettront une mobilisation de tous les secteurs concernés directement ou indirectement par la question de l'enfance.

"Nous espérons qu'avec les nouveaux engagements de l'Etat, il y aura une meilleure protection et promotion des droits de l'enfant en Angola", a déclaré l'experte.

En attendant, les experts du Comité ont indiqué que "beaucoup restait à faire", notamment concernant la situation des enfants réfugiés, le travail des enfants dans les mines de diamant, la malnutrition des enfants et surtout les disparités notées dans les enregistrements de naissance entre zones urbaines et rurales.

Si le Comité des droits de l'enfant s'est félicité des efforts déployés par l'Angola pour arriver à l'enregistrement universel des naissances, notamment en exemptant les citoyens angolais des frais d'enregistrement pour les premières demandes d'enregistrement civil et de délivrance de cartes d'identité, les experts onusiens se sont tout de même dits préoccupés par le fait que l'objectif du Plan national de développement 2013-2017 de 100% d'enregistrements à la naissance d'ici à 2017 n'ait pas été atteint.

Face à ces insuffisances, le Comité a invité Luanda à étendre sa campagne nationale d'enregistrement des naissances aux parents, y compris aux citoyens non-angolais, aux réfugiés et aux demandeurs d'asile.

Cette sensibilisation devrait se focaliser aussi dans les zones rurales.Lors de l'examen du rapport de l'Angola le 17 mai dernier, la délégation avait rappelé avoir créé près de 92 postes d'enregistrement dans les maternités, avec 15.000 enfants enregistrés.

Selon Luanda, les obstacles à l'enregistrement des naissances en Angola relèvent de la tradition, avec des parents qui ont parfois tendance à retarder l'attribution du prénom de leur enfant, la pratique étant de consulter pour ce faire la famille élargie.

"Il est donc souvent impossible de déclarer l'enfant au moment même de la naissance", avait souligné Ruth Madalena Mixinge, secrétaire d'Etat à la famille au ministère angolais de l'Action sociale, de la Famille et de la Femme.

Le Comité s'est aussi inquiété de la prévalence de la dénutrition symbolisée par les chiffres de retard de croissance des enfants de moins de cinq ans qui sont passés de 29% en 2015 à 38% en 2015-2016. Selon les experts indépendants de l'ONU, la dénutrition est également associée à 45% des décès d'enfants en Angola.

Le Comité invite instamment Luanda à allouer des ressources financières, humaines et techniques suffisantes à la mise en £uvre de sa Stratégie nationale de nutrition et d'envisager une nouvelle politique alimentaire et nutritionnelle nationale, qui accorderait une importance primordiale à la nutrition maternelle et infantile.

Enfin, sur le sujet du travail des enfants dans les mines de diamant, Luanda a rappelé que le travail est autorisé dès l'âge de 14 ans, pour autant que l'activité vise la formation de l'enfant. Le travail des enfants dans les mines est totalement interdit, a indiqué la délégation angolaise.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.