Actualité

Demande de démission du président de l’APN: les groupes parlementaires de la majorité refusent toute médiation

Publié par DK News le 10-10-2018, 16h07 | 28
|

Les cinq groupes parlementaires représentant la majorité ont réitéré, mardi à Alger, le maintien de leur revendication de démission du président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Said Bouhadja, refusant toute médiation en ce sens.

Dans une déclaration à la presse à l’issue d'une réunion des présidents des cinq groupes parlementaires, le président du groupe parlementaire du FLN, Mouaad Bouchareb, a réitéré l’attachement de ces groupes à la revendication de démission du président de la chambre basse, Said Bouhadja, ajoutant "nous sommes déterminés à travailler de concert jusqu'à l'aboutissement de notre objectif, à savoir la démission, dans les jours à venir, du président de l’Assemblée".

Le représentant des groupes parlementaires de partis de la majorité a démenti les informations faisant état d'un volte face de certains députés, affirmant que "tous les députés restent engagés par les décisions des groupes et aucun n'est allé à contre-courant".

Par ailleurs, M. Mouad a exprimé, au non des groupes parlementaires de la majorité, "le rejet de toute médiation" avec le président de l'APN, qualifiant de "mort-nées" les initiatives émanant de certains partis.

En réponse à une question sur l'accusation des groupes parlementaires de +comploter+ contre le président de l'APN, il a déclaré "il n'est pas de nos principes de comploter contre les Hommes de l'Etat Pour rappel, les présidents des groupes parlementaires des partis du Front de Libération nationale (FLN), du Rassemblement national démocratique (RND), de Tajamoue Amel El Djazair (TAJ), du Mouvement populaire algérien (MPA) et des Indépendants avait remis il y'a 10 jours, au président de l'APN, une motion de retrait de confiance exigeant sa démission avant le gel de toutes les activités des structures de l'APN jusqu'à satisfaction de leur revendication.

Les députés avaient dénoncé des "dépassements et violations" enregistrés au sein de l'institution législative, à savoir "marginalisation éhontée, l'ajournement prémédité de l'adoption du Règlement intérieur de l'APN, marginalisation des membres de la Commission des affaires juridiques, mauvaise gestion, frais exagérées déboursées illicitement, la non répartition des missions à l'etranger sur la base de la représentation proportionnelle et recrutement aléatoire et douteux".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.