Actualité

Assemblée populaire nationale: de l'Assemblée constituante de 1962 à la 9é législature

Publié par Dknews le 09-06-2021, 20h29 | 7
|

Les élections législatives du 12 juin prochain donneront lieu à une nouvelle Assemblée populaire nationale pour une 9é législature de l'Algérie indépendante, depuis l'Assemblée constituante de 1962, en passant par le Conseil national de transition (CNT).

Le 20 septembre 1962, le peuple Algérien a approuvé par voie référendaire l'Assemblée nationale constituante (ANC) qui avait pour mission de désigner un gouvernement provisoire, légiférer au nom du peuple et élaborer un projet de Constitution.

Composée de 196 députés issus du Front de libération nationale (FLN), l'ANC a été présidée par Ferhat Abbas qui présenta sa démission en août 1963. Ce fut Hadj Ben Allah qui assura l'intérim avant d'être élu président le 1er octobre de la même année. Ben Alla sera, ensuite, réélu à la présidence de cette Assemblée constituée de 138 députés, le 7 octobre 1964 à l'issue des élections du 20 septembre 1964.

Le 8 mars 1977 a connu la naissance de la première Assemblée populaire nationale avec ses 273 députés, présidée par Rabah Bitat. Ce dernier détient le record de longévité au poste de président de l'APN. En effet, Bitat a été réélu pour la seconde fois pour le compte de la 2ème législature en février 1982 (285 députés), avant d’être réélu pour la troisième fois en février 1987 (295 députés). Cependant, il n’a pas assuré cette 3ème législature jusqu’à la fin du mandat, puisqu’il a présenté sa démission en octobre 1990.

C'est Abdelaziz Belkhadem qui occupait le poste de vice-président à l'époque, qui le remplace jusqu’à sa dissolution le 4 janvier 1992. Après l’arrêt du processus électoral, le pouvoir législatif a été assuré par le Conseil national de transition (CNT) qui a exercé une fonction législative par ordonnance du 18 mai 1994 au 18 mai 1997.

Composé de 192 membres désignés, le CNT était dirigé par Abdelkader Bensalah, réélu, ensuite, à l’unanimité à la tête de la quatrième législature, composée de 380 députés, du 14 juin 1997 au 10 juin 2002. Karim Younes lui succède avant de présenter sa démission le 3 juin 2004.

Et c'est Amar Saâdani qui le remplace le 23 juin de la même année jusqu'en mai 2007, mois de l’élection de la sixième législature (2007-2012). Comprenant 389 députés installés officiellement le 17 mai, la présidence de la chambre basse a été présidée par Abdelaziz Ziari, avant que Mohamed-Larbi Ould Khelifa ne lui succède à ce poste pour le compte de la   septième législature (mais 2012-mai 2017).

Le nombre des députés a été revu à la hausse (462 parlementaires) appartenant notamment à de nouveaux partis politiques.

La dernière législative (8ème) issue du 4 mai 2017 a enregistré, quant à elle, trois présidents, à savoir Saïd Bouhadja, puis Mouad Bouchareb (octobre 2018) ensuite Slimane Chenine (juillet 2019), avant que le président de la République, Abdelamadjid Tebboune, n'annonce, le 18 février 2021, dans un discours à la Nation, la dissolution de l'APN et l'organisation d'élections législatives anticipées, répondant ainsi aux doléances du Hirak qui a appelé à la rupture avec l’ancien système et la dissolution de l’Assemblée.

La campagne électorale pour ces législatives comprenant 1.483 listes (646 listes présentées au titre d'un parti politique et 837 listes indépendantes) a été ouverte officiellement le 20 mai dernier, pour prendre fin mardi 8 mai à minuit. Les candidats en lice devront se disputer, le 12 juin, les 407 sièges de la neuvième législature.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.