Santé

Ganglions : quand faut-il s’inquiéter?

Publié par DK NEWS le 13-10-2021, 14h34 | 21
|

Vous avez palpé un ganglion au cou, à l'aisselle et cela vous inquiète ? C'est normal mais le plus souvent, cela veut juste dire que le corps se défend contre une infection locale. Quelles sont ses causes les plus courantes ? Quand est-il nécessaire de montrer son ganglion au médecin? Les réponses de nos spécialistes.  

L'apparition de petites boules palpables sous le cou ou à l'aisselle peuvent déstabiliser. D'où ils viennent, quand consulter et quels sont les signes à ne pas négliger... Les réponses à vos questions sur les ganglions.

Sentir certains ganglions, c'est normal ?
Oui. "Un ganglion de petite taille est quelque chose de normal, rappelle le Dr Grégoire Cozon, immunologiste. Certaines chaînes ganglionnaires superficielles sont palpables, notamment au niveau de l’aine." Il est possible aussi de sentir les ganglions cervicaux (au niveau du cou) ou sous-mandibulaires (sous la mâchoire), notamment chez les adolescents et les jeunes adultes. C’est seulement s’ils augmentent de volume qu’il faut s’inquiéter.

Une infection dentaire peut-elle favoriser un ganglion?
Oui. "Dans la grande majorité des cas, il est lié à une infection sur son territoire de drainage", explique le Dr Gilles Lazimi, généraliste. "Dans le cou, sous la mâchoire, il peut s’agir d’une infection ORL; au niveau de l’aine, d’une infection gynécologique", précise le Dr Cozon. Le ganglion régresse en moins de sept jours dans les infections bénignes, sous l’effet d’un traitement antibiotique efficace. S’il persiste, soit le médicament n’est pas adapté au germe responsable, soit il s’agit d’une autre cause. Des examens complémentaires peuvent alors être nécessaires.

Un ganglion sous le bras après une épilation de l’aisselle, c’est fréquent?
Non, contrairement à une idée reçue. "L’apparition d’un gros ganglion sous le bras n’est pas liée à l’épilation", indique le Dr Nina Roos, dermatologue. On observe plutôt une folliculite, inflammation d’un follicule pileux formant une bosse douloureuse. "Une boule sous la peau, cela peut aussi être un bouton, un lipome (boule de graisse), un kyste, un abcès sous-cutané…", ajoute le Dr Lazimi. Le mieux est donc de consulter son médecin pour avoir un diagnostic précis.

Un ganglion douloureux, c’est mauvais signe?
Non, c’est plutôt le contraire… "Plus il est douloureux, plus on pense à une inflammation aiguë, donc à une réaction banale de l’organisme", explique le Dr Cozon. Dans ce cas, le ganglion est plutôt mobile sous les doigts. Il peut être chaud et la peau peut être rouge. En revanche, un petit ganglion indolore, très adhérent au tissu sous-jacent est souvent plus inquiétant. Il peut être le signe d’une infection chronique (tuberculose…), parfois d’un cancer. Mais il ne faut pas aller trop vite! "La taille du ganglion (moins de 1cm ou très gros), sa consistance (ferme ou mou) et sa localisation sont des éléments importants, mais le contexte et l’examen clinique sont indispensables pour poser le diagnostic", souligne le Dr Lazimi.

Un ganglion isolé doit-il inquiéter?
On pense vite au cancer lorsqu’on découvre un ganglion enflé, sans signe d’infection. "En fait, il est très rare de faire un diagnostic de cancer lymphatique (lymphome, maladie de Hodgkin) uniquement sur un ganglion", rassure le Dr Cozon. En général, d’autres symptômes sont associés, comme une perte de poids, de la fatigue, des sueurs nocturnes. Cependant, un ganglion isolé apparaissant au niveau du creux sus-claviculaire gauche (au-dessus de la clavicule) peut être le signe d’un cancer digestif. Et un ganglion axillaire (sous l’aisselle) peut aussi être le révélateur d’un cancer du sein. C’est pourquoi tout ganglion qui persiste sans raison évidente doit inciter à aller chez le médecin pour se faire examiner.
Des ganglions enflés à des endroits différents, c’est grave?
Non, pas forcément, mais cela indique que l’origine n’est pas seulement locale. "Plusieurs ganglions sur des zones différentes, c’est le plus souvent le signe d’une infection virale générale", indique le Dr Roos. Les causes les plus courantes? La mononucléose infectieuse, la toxoplasmose, la rubéole, une infection à cytomégalovirus (CMV). Cela peut aussi signaler une infection bactérienne (maladie des griffes de chat, par exemple). La plupart du temps, quand il s’agit d’une maladie infectieuse, les ganglions s’accompagnent d’autres symptômes, comme de la fièvre, de la fatigue… Un avis médical s’impose si vous découvrez plusieurs ganglions enflés.
Quand consulter un médecin pour des ganglions?
Un ganglion qui disparaît au bout de vingt-quatre à quarante-huit heures n’a rien d’inquiétant. 
En revanche, s’il ne régresse pas ou grossit, il faut s’en occuper. "Un ganglion isolé qui persiste depuis plus de huit jours doit être montré à un médecin", insiste le Dr Cozon. 
En l’absence de cause évidente à l’examen clinique, une prise de sang à la recherche d’une infection virale, bactérienne ou parasitaire peut être nécessaire. 
Plus rarement, le médecin peut demander une ponction ganglionnaire (prélèvement) afin de vérifier la nature des cellules qui le composent.

 

 

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.