Actualité

Cour de Tipasa : confirmation des peines de 3 et 5 ans de prison fermes requises contre l’activiste Amira Bouraoui

Publié par DK NEWS le 13-10-2021, 19h07 | 592
|

Le parquet général près la Cour de Tipasa a confirmé lors du procès en appel de l’activiste Amira Bouraoui, poursuivie dans deux affaires distinctes, les peines de 3 et 5 ans de prison fermes requises en première instance à son encontre.

L'activiste Amira Bouraoui a déjà été condamnée par le tribunal de première instance de Chéraga à deux (2) ans de prison ferme.

La requête du représentant du parquet fait suite au procès en appel qui s’est déroulé dans la soirée de lundi à la chambre correctionnelle de la Cour de Tipasa, en l’absence de l’accusée principale.

Suite à quoi, la présidente de l’audience a annoncé l’entame des délibérations sur le jugement qui sera prononcé le 18 octobre courant.

A noter que l’activiste Amira Bouraoui est poursuivie, dans la première affaire, pour "outrage à un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, atteinte à la personne du président de la République et diffusion de publications susceptibles de porter atteinte à l’ordre public".

Des accusations pour lesquelles le procureur de la République près le même tribunal avait requis une peine de 3 ans de prison ferme.

Concernant la 2eme affaire, le chef d'accusation retenu contre Amira Bouraoui est lié à "l'atteinte aux préceptes de l’Islam et au Prophète (QSSSL)", le procureur de la République près le tribunal de Chéraga a requis 5 ans de prison ferme assortie d’une amende de 50.000 DA.

Le 4 mai dernier, le tribunal de première instance de Chéraga avait prononcé une peine de deux (2) ans de prison ferme à l'encontre de Amira Bouraoui pour son implication dans ces deux affaires.

Le parquet et l’accusé ont interjeté appel contre ce jugement.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.