Histoire

Massacres du 8 mai 1945 : appels à approfondir les recherches

Publié par Dknews le 08-05-2022, 19h12 | 9
|

La wilaya de Sétif, avec ses 60 communes, ses villages et ses douars, se remémore encore le mardi noir du 8 mai 1945, sur fond d’appels à intensifier les études et les recherches sur ces événements sanglants et leurs conséquences, et à fournir une documentation et une vision claire sur ces faits aux générations futures.

Les documents historiques et les quelques témoignages vivants recueillis par le Musée du moudjahid de Sétif indiquent que certains parmi ceux ayant vécu ces événements sanglants ont souligné que "les assassinats de masse qui ont eu lieu au centre-ville de Sétif, durant ce mardi noir, se sont poursuivis sur plusieurs semaines et se sont propagés à d'autres régions à l’instar d’El Mouane, El Ouricia, El Kharba, El Behira, Ain Abbessa et autres".

Le moudjahid Khaled Hafadh a indiqué, dans une déclaration à l'APS, à la veille de la commémoration du 77e anniversaire de ces événements sanglants, que "la souffrance endurée par les citoyens lors de ces terribles massacres ont fait de la région de Sétif un charnier inimaginable", soulignant que "l'image de son père, arrêté par les soldats français à cette époque, n’a jamais quitté son esprit".

L'intervenant, qui n'avait pas plus de six ans à l’époque, estime que "les massacres du 8 mai 1945 n'ont pas encore pris leur juste place dans les recherches, les études et la documentation", ce qui nécessite, a-t-il appuyé, "d'intensifier les efforts au niveau local et national afin de faire la lumière sur ces événements et sur les réactions face à ces tragiques évènements".

"La mission principale des acteurs du domaine aujourd'hui est de consolider l'écriture de l'histoire des massacres du 8 mai 1945 pour les générations montantes pour préserver la mémoire collective", a affirmé le moudjahid qui se rappelle à chaque fois ces scènes au cours desquelles Sétif s'était transformée, lors de ces événements, en ruisseaux de sang.

A l’occasion, le moudjahid Khaled Hafadh a appelé à faire du lieu de départ de la marche du 8 mai 1945, plus précisément devant la mosquée Abou Dhar Al Ghifari, dans le quartier Langar, un musée pour faire connaître ces événements à travers des fresques qui relatent l’événement, en plus de transformer le "Café de France" de la rue Constantine, lieu où tomba le martyr Saâl Bouzid, en un petit musée dédié à ces massacres. Il a également rappelé que "les académiciens et les chercheurs doivent faire ressortir les documents non dévoilés jusque-là et partir à la recherche de témoignages oraux, pour mettre en évidence ces événements, les transcrire et en parler dans les amphithéâtres des universités, dans les médias et autres".

Pour sa part, le professeur Sofiane Loucif du département d'histoire de l'université Mohamed Lamine Debaghine (Sétif -2) a souligné que les massacres du 8 mai 1945 ont eu un grand écho sur le plan médiatique, mais la recherche académique jusqu'à aujourd'hui demeure "insuffisante car les archives en France étaient inaccessibles pendant très longtemps".

Pr Loucif a également relevé que les témoignages de prisonniers, de témoins oculaires et de personnes torturées lors de ces massacres "sont peu nombreux et se limitent à des initiatives individuelles", notant qu’en accédant aux archives, on peut aboutir à des documents plus fournis en matière de recherches historiques.

L'universitaire a aussi appelé à "la nécessité d'encourager les chercheurs,  constituer des équipes de recherche spécialisées dans l’étude de ces massacres, à créer un centre de recherche spécialisé dans les crimes du colonialisme français et faciliter l’accès des chercheurs aux centres d'archives français".

 

Des efforts continus pour documenter les massacres

Le directeur du Musée du moudjahid de Sétif, Kamel Fraya, a rappelé que la collecte de la matière historique des archives françaises et des différents pays dont la presse a couvert les massacres du 8 mai 1945 est devenue "nécessaire afin de les étudier et de les examiner profondément".

Il a ajouté que les "quelques" témoignages et données historiques documentant ces massacres, disponibles au Musée du moudjahid de la région, ont été rassemblées dans un livre intitulé "Encyclopédie des martyrs de la Révolution algérienne 1954 -1962".

Les rayons des bibliothèques ont également été enrichis par un livre sur les massacres, intitulé "Sétif, le charnier-Massacres du 8 mai 1945" du journaliste Kamel Beniaiche, composé de 352 pages et qui relate les détails ces évènements, en s'appuyant sur un nombre important de sources et de références, puisées à partir de témoignages et de documents d'archives.

Cet ouvrage qui constitue un travail distingué à tous les égards, est une opportunité aux étudiants, universitaires, académiciens et à tous ceux qui s'intéressent à cette étape importante de l'histoire de l’Algérie pour mener des recherches en raison du peu d’études et d’écrits spécialisés consacrés à l’événement, a-t-on indiqué.

A travers cette publication, l'écrivain a pu retracer des faits historiques sur ces massacres, sur l'identité des victimes algériennes, et révéler la vérité sur les tortures qu'ils ont subies au point de les priver de tombes pour abriter leurs corps mutilés, au milieu du black-out total de l'administration coloniale française, a souligné M. Fraya.

A l’occasion, il a été procédé au recensement des martyrs au niveau des communes en coordination avec la Direction des moudjahidine et les kasma de moudjahidine pour les besoins du livre "L'Encyclopédie des martyrs", en plus d'attribuer un pavillon permanent dans le musée sur l’événement qui comprend des documents, des images et des documentaires ainsi que la réalisation d’émission intitulées "Des Gloires de la nation" diffusées sur Facebook notamment.

Un livre commémoratif en marbre, installé dans le Jardin du Moudjahid, dans la cité El Maâbouda, à la sortie Ouest de la ville de Sétif, renferme les noms des victimes du 8 mai 1945, les condamnés à mort, ainsi que le nombre de mechtas et de maisons incendiées.

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.