Histoire

Histoire de la Révolution : La génération d’aujourd’hui doit consolider la communication avec celle de la Révolution et tirer les leçons de ses sacrifices

Publié par Dknews le 20-06-2022, 18h35 | 6
|

Le président de l’association nationale des condamnés à mort Mostefa Boudina a appelé dimanche à Sétif la génération d’aujourd’hui à consolider la communication avec la génération de la Révolution et tirer des leçons de ses sacrifices qui ont permis le recouvrement de la souveraineté nationale.

Intervenant lors de la première rencontre nationale sur "Les condamnés à mort durant la Révolution libératrice", organisée à l’université Sétif-2,

M. Boudina a estimé que la génération de novembre a puisé les valeurs de la liberté et du militantisme de la génération qui l’avait précédé et qui avait semé et enraciné en lui l’amour de la patrie depuis leur jeune âge.

Cette génération, a-t-il ajouté, "a affronté des massacres horribles en demeurant constante et en utilisant le peu de moyens disponibles pour défendre la patrie et recouvrer la souveraineté".

Il a, en outre, invité les jeunes d’aujourd’hui à exploiter les grands moyens à leur disposition, à unir leurs rangs, faire montre de loyauté envers la patrie, découvrir l’histoire de la Ré volution et transmettre le message des chouhada aux générations montantes.

De son côté, Sofiane Loucif, du département d’histoire de l’université Sétif-2, a relevé que la question des condamnés à mort "soulève une multitude de questions et de problématiques, car elle rappelle l’histoire de la terreur coloniale à travers la pratique de la torture, les procès et les exécutions sommaires".

Condamné à mort le 19 juin 1957 alors qu’il n’avait que 21 ans, Souassi Seghir de la wilaya de Sétif a raconté à l’assistance, composée d’un grand nombre d’étudiants, la terreur que vivaient les condamnés à mort pour lesquels chaque nouvelle aube signifiait mort et peur.

Il a également évoqué avec émotion les sévices indescriptibles qu’il avait subis en prison, affirmant que "nous avions de la force pour supporter cette peur et cette terreur qui avait étonné nos tortionnaires", assurant avoir été présent à l’exécution par guillotine de 20 compagnons d’arme.

Pour sa part, la moudjahida El Khamessa Attaout, condamnée à mort, a évoqué les tortures horribles qu’elle avait endurées lors de son interrogatoire à propos des moudjahidine avec qui elle a participé à des attaques dans la ville de Sétif.

Elle a précisé que sa peine de mort avait été ramenée à la prison à vie, puis à 10 ans de prison, pour être finalemen t réduite à deux ans de prison durant lesquels elle a connu toutes formes de torture.

Cette rencontre, de deux jours, réunit des chercheurs de 15 universités dont celles de Sétif, M’sila, El Oued, Tipasa et Constantine, selon les organisateurs.

L’objectif de la rencontre est de recueillir des témoignages oraux et documentés de condamnés à mort et favoriser l’écriture de l’histoire nationale par la multiplication des manifestations scientifiques, a indiqué le vice-recteur de l’université Sétif-2, Boutalbi Bendjedou.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.