Histoire

Soixantenaire de l'indépendance : 1962, remettre en route le système éducatif

Publié par Dknews le 25-07-2022, 18h13 | 9
|

Dans son ouvrage intitulé "Algérie 1962, une histoire populaire", l'historienne Malika Rahal propose à ses lecteurs de déplier les événements complexes et importants pour l'histoire de l'Algérie indépendante et revient, entre autres, sur l'urgence de remettre en route le système éducatif, un des premiers défis à relever par la autorités algériennes.

Cet ouvrage de 419 pages, paru dernièrement aux éditions Barzakh, délimite une tranche d'histoire allant de janvier à décembre 1962, et s'intéresse aux dossiers, tous plus urgents les uns que les autres, qui attendaient cette "Algérie de tous les futurs" au sortir de 132 ans de colonisation.

L'historienne expose, dans cet ouvrage, "l'Algérie de toutes les urgences" qui devait, en plus de la santé et de l'éducation, se nourrir, se loger, déminer les sols, faire fonctionner les usines, former des instituteurs, des médecins, des ingénieurs pour assurer ce changement vers un Etat national.

Pour aborder cette urgence scolaire, l'universitaire cite une brochure non datée du gouvernement colonial qui soulign ait "l'absurdité de vouloir loger et scolariser l'ensemble de la population colonisée d'Algérie".

La brochure relève que "la scolarisation de deux millions d'enfants est presque irréalisable, puisque la construction des écoles absorberait la totalité du budget algérien (...) et qu'il faudrait payer 40 000 maîtres supplémentaires".

Citant les chiffres de l'Office national des statistiques en 1970, Malika Rahal fait état de 2 078 361 enfants scolarisés du premier au troisième cycle, et précise que, d'après les mêmes données, l'Algérie comptait 23 602 enseignants à la rentrée de 1962 et qu'on en comptait 64 744 en 1972, à peine dix ans plus tard, soit plus de 40 000 de plus.

Selon les chiffres de la dernière rentrée des classes 2021-2022, ce sont plus de 10 millions d'élèves qui ont rejoint les bancs des établissements d'enseignement primaire, moyen et secondaire, soit près du quart de la population, alors que le nombre d'enseignants a atteint les 510 000.

Du côté des infrastructures, le nombre d'établissements scolaires a, quant à lui, atteint les 28 585 répartis sur les trois paliers.

Née en 1974, Malika Rahal est agrégée d'histoire, spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Algérie et chargée de recherche au Cnrs en France.

Elle dirige, depuis janvier dernier, l'Institut d'histoire du temps présent à l'Université Paris 8.

Elle est l'auteure de "Ali Boumendjel, une affaire française, une histoire algérienne" (2011) et de "L'Udma et les udmistes, contribution à l'histoire du nationalisme algérien" (2017).

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.