Actualité

Forum intergénérationnel pour soutenir l'action arabe commune : Des participants soulignent l’importance du Sommet arabe en Algérie dans le renforcement de l’action arabe commune

Publié par Dknews le 13-09-2022, 17h51 | 36
|

Les participants au Forum intergénérationnel pour soutenir l'action arabe commune, dont les travaux se sont poursuivis lundi à Oran, ont souligné l'importance du prochain Sommet arabe prévu en Algérie pour régler les différends et promouvoir l'action arabe commune, selon des déclarations recueillies par l’APS.

La présidente de l'Institut des femmes pour le développement et la paix, Al-Kawthar Al-Jouan du Koweït, a indiqué, en marge des travaux du forum, que le Sommet arabe que l'Algérie accueillera les 1er et 2 novembre, est une opportunité pour "résoudre les différends et les conflits arabes".

L'avocate Kawthar Al-Jouan a souligné que "l'Algérie a une grande responsabilité dans ce sommet pour résoudre les différends arabes.

Nous sommes optimistes quant à la capacité de l'Algérie à régler ces conflits", notant que le prochain sommet sera celui de "la réconciliation entre les parties en conflit".

"Nous ne voulons pas qu'il y ait des différends au sein de la maison arabe, mais nous aspirons à les régler et à réaliser la sécurité intérieure des pays arabes en premier lieu", a-t-elle ajouté, affirmant que le prochain Sommet d'Algérie renforcera l'action arabe commune et sonnera "un nouveau départ" pour les pays de la région.

S'agissant du volet économique et commercial, Mme Al-Jouan a indiqué qu'"il y a des interventions étrangères qui soutiennent les différends entre les pays arabes au service de leurs économies".

Pour elle, le prochain sommet sera une opportunité pour "ressusciter des projets arabes en panne, comme celui du marché commun arabe, la promotion des échanges commerciaux et la circulation des personnes, entre autres".

De son côté, le Dr Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et les pays méditerranéens à Genève, a estimé que le prochain Sommet arabe pourrait être un "sommet de consensus et de résolution des conflits", notant que le sommet "tentera de mettre des questions fondamentales telle que la question palestinienne au cœur du dialogue".

Pour sa part, Jaber Al-Harmi, vice-président exécutif de Dar Al Sharq Media Group au Qatar, a jugé que le monde arabe avait besoin d'une action d'intégration pour faire face aux enjeux et défis des prochaines étapes, affirmant qu'il est attendu du prochain sommet de "rassembler des pays arabes qui ont beaucoup perdu en opérant individuellement".

 Le directeur du Centre arabe d'études politiques et sociales de Genève, le penseur, chercheur et écrivain tunisien Riad Al-Sedawi, a estimé, de son côté, que le choix d'organiser le Sommet arabe en Algérie est porteur d'un grand espoir car le pays hôte a "une grande symbolique".

Il a relevé que la date de la tenue de ce sommet, le 1er novembre, revêt "une très grande symbolique, renvoyant à la libération du colonialisme, à la libération nationale, à la souveraineté nationale, et à la non soumission au colonialiste qui a pillé nos richesses et anéanti nos peuples".

Il a également estimé que la cause palestinienne reviendra "en force" et deviendra un enjeu central, que ce soit au sommet arabe ou au forum intergénérationnel.

Il a souligné que "l'Algérie établira le véritable agenda qui représente les peuples arabes et non des agendas très éloignés des préoccupations du citoyen arabe".

 

Le Sommet de tous les espoirs

L'expert dans les questions de géo-stratégie et de sécurité, l'Algérien Mohand Barkouk, a indiqué, pour sa part, que la cause palestinienne devrait être inscrite en bonne place à l'ordre du jour du prochain sommet, afin de contrecarrer les stratagèmes des lobbies sionistes qui veulent l'affaiblir, louant la position constante et inconditionnelle de l'Algérie sur cette question.

Il a ajouté que le Sommet arabe sera uni autour d'une aspiration commune à un travail plus rationnel de la Ligue des Etats arabes et à une action arabe plus commune basée sur la solidarité et la coopération entre les pays, la réunification pour faire face aux défis actuels de façon à servir les intérêts arabes communs.

Le même intervenant a également rappelé les positions constantes de l'Algérie, à savoir la préservation de la souveraineté et de l'unité des Etats et la non-ingérence dans leurs affaires internes, qui seront "le début de la solution en encourageant l'inter-dialogue au sein de ces Etats et entre les divers acteurs de leurs peuples".

De son côté, le Dr Jamal Al-Shalabi, professeur de sciences politiques à l'Université hachémite (Jordanie), a considéré le Sommet d'Algérie, prévu les 1er et 2 novembre, comme "un sommet de tous les espoirs et du retour sur la voie de la solidarité arabe après une série de crises dont la région arabe et le monde ont été le théâtre".

Il sera aussi, a-t-il estimé, un sommet de la réunification des positions concernant les problèmes directs et les crises liées à la sécurité nationale arabe, et la sécurité alimentaire et énergétique de la région.

M. Salah Al-Jawda, membre du Centre mondial du Roi Hamad pour la coexistence pacifique du R oyaume de Bahreïn, a, lui, affirmé que le prochain sommet arabe sera une opportunité pour restaurer la cohésion dans l'intérêt des peuples arabes et œuvrer conjointement afin d’assurer leur sécurité intérieure.

Il a dit son optimiste quant aux retombées du Sommet d'Alger, qui aboutira, a-t-il estimé, "sans nul doute à des décisions importantes et fortes qui serviront les pays et les peuples arabes".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.